| Comunicati stampa, Coronavirus

Coronavirus

Il SEV accoglie con soddisfazione la chiusura dei cantieri FFS – Meyer poco preciso

© SBB / CFF / FFS

Le FFS hanno annunciato oggi la chiusura di tutti i cantieri non essenziali per l’esercizio della rete delle FFS. Il Sindacato del personale dei trasporti SEV accoglie con grande soddisfazione questa decisione. Nonostante que-sta buona notizia, il SEV esige che le FFS adottino tutte le misure igieniche e organizzative per rispettare rigorosamente le raccomandazioni dell’UFSP.

Contrariamente a quanto affermato dal CEO delle FFS Andreas Meyer in occasione della conferenza stampa odierna sul coronavirus, le FFS chiudono i cantieri non indispensabili all’esercizio.

Da giorni oramai serpeggia una grande incertezza e addirittura paura sui cantieri a causa dell’impossibilità di rispettare in parte o totalmente le norme di sicurezza e di tutela della salute. In Ticino in particolare, ma anche nel resto della Svizzera, la confusione era grande e la situazione concreta sui cantieri era diventata insostenibile. «Molti dipendenti dei cantieri hanno contattato il SEV e hanno chiesto drastici cambiamenti. Il SEV si è confrontato per giorni su questo tema, ponendo domande e avanzando richieste, ed è ora soddisfatto che sia stata trovata una soluzione coerente», spiega Urs Huber, segretario sindacale responsabile del team Infrastrutture FFS presso il SEV.

La sicurezza è una grande sfida nella costruzione di binari e in tutti i tipi di cantieri ferroviari, anche durante l’abituale operatività, poiché il lavoro viene solitamente svolto mentre il traffico ferroviario è in funzione. 

«Oltre ai collaboratori delle FFS, su questi cantieri lavorano spesso anche numerosi lavoratori di ditte terze. Spesso si è constatato che tali aziende non si preoccupavano molto delle misure legate al coronavirus, il che rendeva la situazione sui cantieri ancora più difficile e insostenibile», aggiunge Huber.

I collaboratori delle FFS fanno fondamentalmente tutto il possibile per far funzionare la loro ferrovia. Ma quando non è più possibile e non è indispensabile per l’esercizio, occorre fermarsi.

A causa dell’esercizio ferroviario in corso, altri collaboratori dei settori guasti e picchetto dovranno continuare a lavorare. Per il bene di queste colleghe e di questi colleghi e di tutti coloro che dovranno continuare a lavorare, il SEV invita le FFS a fare tutto il possibile per garantire che le misure di tutela della salute e di sicurezza siano sempre rispettate.

A disposizione dei media:

Barbara Spalinger, vicepresidente: 079 642 82 64
Urs Huber, segretario sindacale: 078 674 79 11

Commenti

  • Amiet

    Amiet19/03/2020 18:18:36

    Bonjour je voulais savoir ce qu’il en était aux ateliers d’yverdon par exemple? Mon frère y travaille et des fois ils sont 4 dans 1m2 et apparemment travaillent sans protections car il y en a plus ou alors ont été volées. Mais apparemment ils ne pensent pas fermer merci pour votre réponse meilleures salutations Cyndie Amiet

    Réponse du SEV:
    Les tâches qui ne peuvent pas être effectuées dans les respect des normes de l’OFSP doivent être arrêtées. Dans votre exemple la distance entre personnes n’est pas garantie, de ce fait, il n’est pas admissible de poursuivre ce travail. En cas de besoin nous sommes là, si les règles ne sont pas respectées, votre frère ou vous-même pouvez nous contacter.

  • Trajilovic

    Trajilovic22/03/2020 16:19:36

    Je suis comptent pour ces collègues . Bravo . Mais qu'on est il des collègues qui travaillent dans les centres d'entretien , qui travaillent comme avant , souvent très proche les uns des autres dans un environnement fermé . Ils travaillent aussi avec la boule au ventre , pour effectuer les réparations , alors qu'on voit que deux ou trois personnes prendre le train . Merci aussi de penser a eux.

    Réponse du SEV:
    Merci pour le commentaire, il nous parait primordial que les mesures de l’OFSP soient appliquées à toutes les places de travail, aussi dans les centres d’entretien, il faut que des distances de sécurité puissent être respectées, et si ce n’est pas le cas, que le nécessaire soit entrepris pour protéger le personnel.
    En principe il n’est pas admis que des personnes travaillent ensemble sans le respect de cette distance minimale. Si les recommandations de l’OFSP ne sont pas respectées, il faut nous faire remonter les cas concrets, notamment de quelles tâches il s’agit, les protections mises à disposition etc. pour que nous puissions intervenir.
    Merci

  • Burri

    Burri22/03/2020 18:45:31

    Bonjour,
    Mon fils travail aussi aux ateliers CFF d‘Yverdon.
    J‘ai bien compris que malgré le virus les ateliers sont obligés de travailler, mais un minimum est de mettre de l‘hydrogel et masques à disposition et que le Clean désinfecte un maximum les lieux. Aussi dans la cantine on peut faire en sorte qu‘une place sur deux soit occupé et personne en face.
    Merci de me répondre si à partir du 23 mars le nécessaire sera fait. Sont quand même env. 500 employés qui se mettent en danger ainsi que leurs familles!
    Meilleures salutations

    Réponse du SEV:

    Bonjour,

    Selon les dernières infos que nous avons reçu en provenance des ateliers d’Yverdon, des produits hydro alcooliques sont mis à disposition dans chaque team. Nous demandons à chacun.e de respecter les directives de l’OFSP, notamment le distancement entre personnes, pas uniquement dans l’exercice du travail mais aussi dans les vestiaires, locaux de repos, dans les coins fumeurs…
    Lorsque cette distance minimale ne peut pas être respecté, d’autres mesures doivent être prévues par l’employeur pour protéger la santé de leur personnel.
    Si des manières de travailler contraires aux directives de l’OFSP sont demandées par les supérieurs, ou que les équipements et produits de protections ne sont pas mis à disposition il faut nous en informer.
    Merci pour votre commentaire et prenez soins de vous.

Scrivi commento