| Actualité / journal SEV

Transports publics et touristiques

Covid: le travail politique du SEV a porté ses fruits

Le navire à moteur URh «Schaffhausen» à Diessenhofen. Photo : URh.

La compagnie de navigation Untersee und Rhein (URh) recevra désormais des aides Covid de la Confédération et des cantons pour 2020, après avoir été laissée les mains vides en ce qui concerne les aides pour cas de rigueur et les aides Covid prévues par la loi sur le transport de voyageurs. Edith Graf-Litscher, secrétaire syndicale SEV et conseillère nationale (SP/TG) a nettement contribué à ce changement de cap.

La pandémie a fait des ravages chez URh l’année dernière: les recettes ont baissé d’environ 1,7 million à 3,34 millions de francs. Ainsi, sans aide de l’Etat, URh devait faire face à un déficit d’environ 1,5 million. Heureusement, URh a pu bénéficier d’allocations de chômage partiel pour un montant total d’environ 490'000 francs pendant près de six mois – ce qui a suscité une résistance initiale, raison pour laquelle le SEV a dû intervenir l’année dernière. La Confédération et les cantons de Schaffhouse et de Thurgovie ont finalement accordé une aide à URh – ce qui semblait impossible au départ. Selon l’ordonnance sur les cas de rigueur, URh est exclue de cette aide fédérale parce que les deux cantons détiennent ensemble 33% des actions d’URh, soit 23% de trop. Et elle ne pouvait guère bénéficier de l’aide Covid au titre de l’article 28a de la loi sur le transport de voyageurs, car elle disposait encore de réserves à la fin de 2020, lesquelles, selon les règles actuelles, sont entièrement déduites des aides aux entreprises touristiques – contrairement aux entreprises de transport public.

Mais URh a besoin de réserves pour pouvoir supporter les interruptions de fonctionnement dues à un manque d’eau. En outre, le personnel nautique peut difficilement réduire toutes les heures supplémentaires d’été d’ici la fin de l’année. Le fait que cette réserve d’heures supplémentaires réduise l’aide Covid n’était certainement pas voulu par le législateur ... C’est pourquoi Edith Graf-Litscher a exigé une modification de l’ordonnance sur les cas de rigueur et de l’article 28a de la Loi sur le transport de voyageurs en faveur des entreprises touristiques comme URh. Bien que cet objectif n’ait pas encore été atteint, les initiatives ont eu pour effet que l’Office fédéral des transports soit désormais prêt à accorder une aide financière – à condition que les deux cantons participent, ce qu’ils font. Grâce à cette aide conjointe, le déficit 2020 d’URh est tombé à 421'000 francs, selon le rapport annuel.Cela signifie que, même si la situation d’URh reste difficile, elle est au moins meilleure qu’elle ne l’aurait été sans l’aide Covid.

Markus Fischer
Enable JavaScript to view protected content.

La Confédération aide les transports publics aussi en 2021

Autre bonne nouvelle: le Conseil national et le Conseil des Etats ont adopté la motion «Covid-19. La Confédération doit aussi contribuer pour l'année 2021 aux pertes financières des transports publics» émanant de la Commission des transports et des télécommunications du Conseil national. Ainsi, le Conseil fédéral doit proposer au Parlement un projet pour combler les pertes financières des transports publics de l’année 2021, lesquelles continuent de s’aggraver, notamment dans les secteurs du trafic local, du trafic touristique et du trafic longues distances. «Pour le trafic local et le trafic touristique, les règles définies pour l'année 2020 dans la loi urgente sur le soutien des transports publics durant la crise du Covid-19 (20.055) doivent être étendues à toute l'année 2021 dans une teneur si possible identique. Pour le trafic longues distances, une solution spécifique doit être trouvée», stipule la motion.

Le Conseil national et le Conseil des Etats ont également adopté une motion prévoyant des contributions fédérales aux entreprises de fret ferroviaire pour atténuer les conséquences du Covid.