| Actualité / journal SEV

Gastronomie ferroviaire

Plus de sécurité en cette prédiode incertaine pour le personnel d'Elvetino

Les partenaires sociaux se sont mis d’accord: le personnel de la gastronomie ferroviaire Elvetino renonce à l’évolution salariale 2021 mais en échange, il reçoit le plein salaire en cas de chômage partiel et bénéficie d’une prise en compte des temps de trajet et d’une sécurité sur le long terme. C’est maintenant aux membres des syndicats d’Elvetino de dire leur dernier mot.

L'année 2020 est également un défi majeur pour les employé-e-s de la restauration ferroviaire.

Le 3 novembre, les partenaires sociaux – SEV, Unia et Elvetino – ont pu se mettre d’accord sur une suspension en 2021 du relèvement du salaire de base, tel qu’il est prévu dans le procès-verbal de négociation sur la convention collective de travail (CCT) Elvetino qui date de 2017. Ainsi l’évolution salariale est repoussée d’une année. En contrepartie, la durée minimale de la CCT est prolongée également d’une année. La CCT dure ainsi jusqu’à fin 2023.

Pas de perte de salaire pendant le chômage partiel

En outre, le SEV et Unia sont intervenus en ce qui concerne l’octroi des indemnités de chômage partiel. C’est probablement à la mi-novembre que se produira la situation de chômage partiel, selon les décisions qui seront prises par le canton de Zurich. La différence salariale qui en découlera sera compensée par Elvetino durant six mois au minimum. Cela signifie que le personnel recevra le salaire fixé par le contrat de travail aussi pendant la période de chômage partiel.

Pour terminer, la prise en compte des temps de trajet a aussi été négociée. Aujourd’hui, les trajets des trains aux locaux de pauses ne comptent pas comme temps de travail. Ceci va changer avec la nouvelle réglementation qui sera introduite en deux étapes: la première au changement d’horaire 2021/22, la deuxième au changement d’horaire 2022/23. Elvetino veillera à ce que personne ni aucun lieu de service ne soit désavantagé.

Un bon résultat dans une situation difficile

Considérant que la gastronomie ferroviaire souffre elle aussi de la crise du coronavirus, on peut dire que les résultats des négociations sont bons. Mario Schmid, secrétaire syndical SEV responsable du dossier, est satisfait: «En ces temps difficiles, nous devons être conscients que le personnel doit aussi apporter sa contribution. La suspension de l’évolution salariale est certainement douloureuse. Mais le plus important est que personne n’ait moins de revenu. Avec le salaire versé à 100% en cas de chômage partiel nous avons pu obtenir cette garantie.» La prolongation de la CCT permet en outre d’augmenter la sécurité en ces temps incertains. Et finalement, «la prise en compte des temps de trajet à moyen terme représente un petit plus pour le personnel d’Elvetino», assure Mario Schmid.

Assemblée non conventionnelle

Le conseil d’administration d’Elvetino a accepté le résultat des négociations. Maintenant la balle est dans votre camp! Le SEV appelle ses membres d’Elvetino à prendre position jusqu’à fin novembre. «Nous considérons que le résultat est correct et recommandons à nos membres de l’accepter», souligne Mario Schmid.

Etant donné qu’il n’est actuellement pas possible de tenir une assemblée des membres à cause du coronavirus, la votation se fait par voie numérique. Les membres SEV (et Unia) d’Elvetino ont reçu une vidéo via un canal de «Telegram» qui leur explique le résultat des négociations. Par ce canal on leur demande de voter sur ce résultat. «Cette procédure est nouvelle pour nous tous mais je suis confiant et je pense que nos membres sauront le faire, et qu’ils apprécient de pouvoir donner leur opinion malgré la situation», conclut Mario Schmid.

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de l’issue du vote.

Chantal Fischer
Enable JavaScript to view protected content.

Ecrire un commentaire