| Actualité / journal SEV

Négociations CCT CFF / CFF Cargo

Le ton des CFF a changé

La conférence CCT du 28 juin a pris connaissance de la bonne nouvelle : la direction CFF semble prête à rechercher des solutions respectant les points sur lesquels le SEV n’entrera pas en matière. Certainement grâce à la pression exercée par les fortes réactions du personnel. Les 118 délégués ont accepté une réglementation anticipée sur le thème de la durée du travail afin que les CFF puissent planifier l’horaire dès le mois de décembre.

Les délégué-e-s ont adopté les propositions de solution pour les thèmes-clés.

Le vice-président SEV Manuel Avallone, qui préside la communauté de négociations (CN) CCT composée des syndicats SEV, VSLF, Transfair et ACTP, a expliqué aux personnes présentes que la délégation des CFF avait changé de ton lors des deux dernières journées de négociation. La forte participation du personnel motamment aux actions du 18 juin avec les ballons du SEV ont impressionné la direction CFF. Les prises de position déterminées de beaucoup de collègues sur le forum interne des CFF et dans les médias y ont aussi contribué, ainsi que les nombreuses adhésions au SEV. Soudain, la direction des CFF a réalisé que ses revendications extrêmes étaient très mal prises par l’ensemble du personnel et non pas seulement par une poignée de syndicalistes, selon Manuel Avallone. « La direction CFF a remarqué qu’elle ne pouvait pas continuer à camper sur ses positions sans que cela ne débouche sur des problèmes. En tous les cas, nous avions pour la première fois durant les deux derniers jours le sentiment de pouvoir mener une discussion objective et d’arriver à un résultat acceptable ». La conférence CCT s’est prononcée sur les solutions proposées, qui devront déboucher sur un résultat lors des prochaines négociations qui dureront jusqu’en septembre. Ensuite elle devra encore accepter ce résultat.

Les fruits de notre engagement

Dans son traditionnel discours à l’attention des délégués CCT, le président SEV Giorgio Tuti a complimenté tout le monde pour le bel engagement lors des actions, et pour les prises de position courageuses « contre les revendications indécentes de la direction CFF. Ceci a obligé cette dernière à entrer en discussion. Egalement le fait que nous ayons informé de manière transparente sur ce que la partie adverse voulait exiger du personnel. Beaucoup ont été choqués par de telles revendications. Grâce à tout cela, il est maintenant possible de faire de vraies négociations. Votre tâche aujourd’hui, à vous les délégués, est d’accepter la direction prise pour la suite des négociations. »

Les nouvelles positives du front ont poussé les délégués à discuter tout d’abord sur la situation des négociations et les solutions possibles, et de passer ensuite seulement aux deux propositions, qui demandaient l’une de suspendre les négociations jusqu’à ce que les CFF assument leurs responsabilités vis-à-vis de la CP CFF, et l’autre de rejeter l’accord sur la CP CFF étant donné que le Conseil d’administration des CFF n’avait pas accepté les trois mesures d’atténuation négociées, afin de faire monter la pression sur les négociations.

Solutions possibles

Manuel Avallone a souligné que les six points sur lesquels on n’entrait pas en matière subsistaient: 1. pas d’affaiblissement de la protection contre le licenciement comme le demandent les CFF; 2. pas de suppression des garanties salariales accordées en 2011 dans le cadre du système salarial Toco; 3. pas de suppression de la septième semaine de vacances pour le personnel de plus de 60 ans; 4. pas de suppression de la garantie de 115 jours libres par année; 5. octroi de la prime d’ancienneté possible à l’avenir encore sous forme de temps; 6. pas de suppression des allocations régionales.

Les négociations sont plus avancées en ce qui concerne le temps de travail. Le Conseil fédéral veut faire entrer en vigueur à la fin de l’année les révisions de la Loi sur la durée du travail (LDT) et de son ordonnance (OLDT). Ceci oblige les CFF à faire des adaptations au changement d’horaire 2018/2019 en ce qui concerne les interruptions de travail, les intervalles entre les dimanches de repos, le passage du personnel de l’administration de la LDT à la Loi sur le travail (LTr). Le SEV est prêt à entrer en matière sur ces points mais il demande plusieurs choses en échange: les CFF ne doivent pas octroyer seulement des dimanches de repos mais des week-ends entiers; avant les vacances, il doit être possible de terminer son service à 20h sur demande au lieu de 22h; et les CFF doivent renoncer à leurs revendications de réduire les jours libres garantis et de supprimer la septième semaine de vacances pour les plus de 60 ans. Les deux parties se sont montrées prêtes à signer des accords sur les points mentionnés afin que les CFF puissent établir leur planification au changement d’horaire.

La discussion a porté sur des questions de compréhension et des critiques ont été formulées, surtout de la part des représentants du personnel des travaux, parce que les dimanches libres (resp. les week-ends) seront espacés de 5 semaines avec la nouvelle règlementation alors qu’aujourd’hui, l’espacement est de 4 semaines pour eux. Toutefois lors de la votation, la grande majorité des délégués a suivi le spécialiste du temps de travail du SEV Martin Allemann et accepté l’accord qui, de manière générale, est correct et avantageux pour le personnel.

Pour conclure, Manuel Avallone s’est montré confiant en l’avenir car, avec les solutions acceptées, il sera possible d’obtenir un résultat de négociations, si les limites à ne pas dépasser du SEV sont respectées et que ses revendications sont prises en compte, surtout celles concernant l’évolution salariale et la numérisation.

Confiance limitée envers la direction des CFF

Parmi les deux propositions sur la CP CFF, l’une a été retirée et l’autre n’a pas obtenu la majorité des deux-tiers pour être déclarée urgente. Mais elles ont servi d’avertissement pour les CFF et pour cela, elles ont été vigoureusement applaudies. Ceci montre que la confiance rompue avec la direction des CFF en ce qui concerne la CP n’est pas encore digérée…

Fi / MV

Prochaines négociations les 9 et 10 août

Après la Conférence CCT / CFF du 28 juin, les délégations de négociations se sont retrouvées le 3 juillet pour une nouvelle ronde, la dernière avant une pause estivale. « On constate un léger changement de direction. Le ton est aussi différent et la délégation des CFF est entrée dans une logique de négociations que nous n’avions pas sentie jusqu’ici et que nous avions toujours demandée », souligne Manuel Avallone, vice-président du SEV, à la tête de la Communauté de négociation (SEV, transfair, VSLF et ACTP).

« La mobilisation du personnel ces derniers mois et notamment les manifestations du 18 juin ont déjà porté leurs fruits, poursuit-il. Mais cela ne veut pas encore dire qu’un accord est sous toit. Il y a encore diverses rondes de négocations qui reprennent les 9 et 10 août. Elles devraient se conclure les 6 et 7 septembre », conclut Manuel Avallone.

Le SEV tiendra évidemment ses membres au courant de la suite. Et maintenant on ne peut que souhaiter à tous une bonne coupure estivale.

vbo

Commentaires

  • Jaunâtre André

    Jaunâtre André 13/07/2018 11:11:58

    vorerst Gratulation an die Verhandlungsdelegation die im Namen der MA diese Hartnäckigkeit an den Tag legten. Es ist an der Zeit das unsere Spitze wieder die Wertschätzung den MA zukommen lässt welche Sie verdienen.

Ecrire un commentaire