| Actualité / journal SEV

Conférence CCT CFF/CFF Cargo

« Il faut que les salaires progressent plus vite »

La Conférence CCT a fixé les priorités pour les négociations CCT CFF/CFF Cargo : protection du personnel contre les méfaits de la numérisation, une progression salariale plus rapide et des mesures en faveur des employé-e-s en congé maladie ou accident. Autre point très important : les difficultés de la Caisse de pension CFF.

La CCT CFF/CFF Cargo va être négociée en début d’année prochaine pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2019. Dans son discours trilingue, le président du SEV Giorgio Tuti n’a pas laissé planer de doutes sur le contexte qui va entourer ces pourparlers : « L’OFT veut libéraliser les transports publics en introduisant de la concurrence notamment dans le trafic longue distance. La décision de l’OFT quant aux concessions du trafic grandes lignes tombera sûrement au milieu des négociations CCT ce qui ne les facilitera pas. Mais l’étape suivante est encore plus dangereuse. On ne parlera pas seulement de concurrence entre les CFF et bls, mais des groupes tels que Deutsche Bahn et la SNCF voudront mettre un pied dans le trafic grandes lignes. »

Giorgio Tuti a aussi rappelé aux 123 délégué-e-s que la Suisse n’est pas le seul pays à être confronté à des contextes difficiles. Dans les pays voisins, la pression sur les conditions de travail est énorme : « Rien qu’en Allemagne il y 126 entreprises de locations de temporaires et pas seulement des mécaniciens. »

Le président du SEV s’est dit confiant pour ces négociations car les membres du SEV ont toujours montré les limites de l’acceptable. Dans un contexte dur, « il s’agira sans doute de manifester avec des drapeaux mais il faut se préparer à devoir mener des actions plus dures. Vous êtes nos ambassadeurs. Parlez des négociations, parlez de cette CCT avec vos collègues qui ne sont pas membres ».

Le SEV s’attend à des attaques contre le contrat social et à des revendications du management des CFF en faveur d’une flexibilisation accrue. Le SEV est bien armé pour défendre les conditions de travail du personnel grâce à ses membres mais aussi grâce aux compétences des secrétaires syndicaux, solides sur les contenus qui sont importants : le temps de travail, la numérisation et les salaires. »

De son côté, le chef de délégation Manuel Avallone a insisté pour dire qu’une seule CCT doit être négociée. Pas question de scinder la CCT CFF et CFF Cargo.

Le SEV s’engage pour tous !

L’esprit des revendications au SEV est marqué par la solidarité. « Les revendications doivent concerner toutes et tous les employé-e-s. C’est l’une de nos forces, nous négocions pour tous ! »

Parmis les orientations principales acceptées par le plénum se dégagent deux grands thèmes: la progression salariale et l’impact de la numérisation sur les conditions de travail. « Il faut modifier le mécanisme de hausse salariale. Avec 0,8% de masse salariale à dispostion, le corset est trop étroit et dépend du nombre d’employé-e-s en progression. Les jeunes ont besoin d’une progression plus rapide qu’ils attendent depuis très longtemps », a martelé Manuel Avallone.

Des mesures contre les méfaits de la numérisation

La conférence CCT l’a répété et les témoignages ont été nombreux concernant la réalité numérique. « Je dois être à jour sur les changements au sein de mon entreprise. Et cette mise à jour, je dois la faire sur mon temps libre parce que je reçois 30 à 40 pages à lire ! » Un de ses collègues a renchéri : « On ne peut être joignable 24h/24h. Ce n’est pas un futur intéressant. »

Les collègues veulent donc des compensations en temps mais aussi des formations pour s’adapter aux changements. Un autre s’est demandé ce qui allait se passer pour ceux qui sont dépassés par l’évolution numérique. Celle-ci ne doit pas être le prétexte pour laisser mourir des professions, voire les faire effectuer par des machines ... « On ne pourra pas éviter la numérisation, mais ce qu’on peut et on doit faire c’est revendiquer des mesures de protection de la santé et de formation. Et nous voulons être partie intégrante, partenaire de ces changements notamment dans le développement des profils professionnels ! », a précisé Manuel Avallone.

D’autres revendications ont été approuvées pour une meilleure conciliation de la vie privée et de la vie professionnelle, mais aussi dans la gestion du temps de travail. La protection des personnes en congé maladie et accident, ainsi que l’ancrage de l’invalidité professionnelle dans la CCT figurent aussi dans le cahier de revendications.

Vivian Bologna

Nuages noirs sur la Caisse de pension CFF

La Caisse de pension CFF, comme toutes les caisses du pays souffre. Elle souffre du faible taux d’intérêt sur les marchés et de la pyramide des âges. C’est pourquoi le Conseil de fondation réfléchit aux mesures à prendre. Il en résulterait une baisse des prestations si elles taient inroduites immédiatement.

Pour le SEV, il est clair qu’elles seraient insoutenables, même introduites pas étapes.

C’est pourquoi le SEV a discuté de mesures d’atténuation avec les CFF. Pour l’heure, il n’y a pas de solution en vue. Le SEV exige que ces mesures soient financées par la Caisse de pension CFF elle-même, sachant que ceci entraînerait une baisse du taux de couverture.

Le SEV demande aussi que les CFF apportent une garantie en cas de sous-couverture.

En échange, le SEV serait prêt à discuter une hausse paritaire des cotisations et une hausse - sous conditions – du taux d’employé-e-s soumis au Code des obligations – un maximum de 5% est autorisé aujourd’hui.

Les revendications concrètes et la position du SEV ont été adoptées par la conférence CCT après des discussions nourries. Nombre de délégué-e-s estiment que le personnel est déjà souvent passé à la caisse dans le dossier de la Caisse de pensions.

Le SEV est prêt à discuter. La balle est désormais dans le camp des CFF.

vbo

Commentaires

  • Martinez Jose Luis

    Martinez Jose Luis 09/11/2017 20:47:33

    Et les declassements, Avec les nouveaus postes, 26 ans de CFF, en faisant des horaires irreguliers, bosser les week-ends, etc., pour me retrouver Avec garantie de salaire et donc salaire bloqué jusqu'à ma Retraite, car j'ai bientôt 55 ans, si il ne baisse pas, car les garanties de salaire, sont garanties jusqu'à quand ? Et sur les affiches de notre cher employeur c'est écrit que c'est une Valorisation, et bien bravo !!Le syndicat devrait être plus acharné pour nous defendre, les models de Retraite, je n'en parle même pas parce que c'est du pipo !!

Ecrire un commentaire