| Actualité / journal SEV

Comité SEV

« La CCT CFF, c’est notre phare »

Les négociations CCT CCF/CFF Cargo étaient au centre de la séance du comité SEV du 17 novembre. Priorité numéro une pour le SEV en 2018. Notre édito ci-contre y est consacré.

Le responsable de la délégation de négociation CCT CFF/CFF Cargo Manuel Avallone a rappelé que le SEV va actuellement sur le terrain pour sensibiliser le personnel des CFF aux négociations CCT de l’an prochain : « Cette présence sur le terrain est bien vue par les employé-e-s. Notre message est clair : la CCT ne tombe pas du ciel. »

Manuel Avallone a rappelé que pour le SEV, il n’est pas question de négocier deux CCT différentes pour les CFF et CFF Cargo. Lui emboîtant le pas, le président Giorgio Tuti a illustré l’importance de la CCT CFF/CFF Cargo ainsi : « C’est le phare de notre politique contractuelle. Nous devons nous mobiliser, toutes et tous pour ce dossier qui est notre priorité numéro un en 2018. Du personnel SEV aux sous-fédérations et sections, nous devons toutes et tous mettre nos forces dans ces négociations primordiales car elles influcencent les CCT des autres entreprises de transports. »

Visite à la gare de Cornaux avec des collègues de Cargo CFF.

Gilbert D’Alessandro, président de la sous-fédération VPT a renchéri : « Aux Transports publics fribourgeois, nous renégocierons notre CCT en 2020. La teneur de la CCT CFF sera d’une extrême importance. A la VPT, nous sommes donc pleinement solidaires des sous-fédérations CFF et les enjoignons à se mobiliser fortement. On l’a vu aux Transports publics de la région lausannoise, lorsqu’on se mobilise, cela porte ses fruits aussi sur le plan du recrutement. »

La CCT CFF/CFF Cargo figure donc en bonne place des points forts 2018 du SEV. Ils ont fait l’objet d’une première lecture et reviendront à l’ordre du jour du comité le 15 décembre pour approbation.

Le comité a aussi adopté le nouveau Règlement sur les mesures en cas de conflit de travail, qui réunit désormais celui sur les mesures de luttes et celui sur le fonds de lutte. Il précise notamment les questions d’indemnisation en cas de grève et les conditions nécessaires pour voter des mesures de lutte.

A noter aussi que Sven Zimmermann a été élu par la Jeunesse pour siéger au comité SEV dès 2018. Il succède à Janos Jorosch qui devient remplaçant.

vbo

«Nous devons nous battre tous ensemble. Pour que chaque membre puisse encore bénéficier d’une très bonne CCT.»

Giorgio Tuti, président SEV

Le renouvellement de la CCT CFF/CFF Cargo est notre priorité absolue pour 2018. Il n’est pas inutile d’en rappeler les raisons. Cette CCT concernera presque l’entier du personnel de CFF SA et de CFF Cargo SA. Et la moitié d’entre eux sont membres du SEV. Ces négociations se déroulent alors que les CFF appliquent RailFit 20/30 avec un zèle aveugle. En témoigne le déclassement d’employés chez P-Operating (voir en page 12). Les disparitions d’emplois et la dégradation des conditions de travail touchent le personnel CFF de plein fouet. La direction des CFF a annoncé qu’elle attaquerait la CCT pour réaliser des économies et augmenter la productivité de son personnel. Pour la défendre, le SEV a donc lancé cet automne sa campagne «Ma CCT tombe du ciel...»

Une autre élément majeur nous guide dans ces négociations : le rôle de cette CCT sur l’entier de la branche. Les regards de toutes les entreprises de transports publics sont tournés vers les CFF. Combien de fois a-t-on entendu de directions d’ETC qu’elles ne pouvaient pas accepter une revendication parce que même les CFF ne le font pas.

Et de notre côté, nous nous appuyons sur les conditions de travail et salariales aux CFF pour fixer les usages de la branche. Cette question qui semble si éloignée était pourtant au cœur de notre combat contre les salaires de dumping pratiqués chez Crossrail qui voulait offrir quelque 2000 fr. de moins par mois à des mécaniciens de locomotives. En portant l’affaire en justice, le SEV a défendu jusqu’au bout les salaires du personnel des transports publics. Avec une victoire de principe, puisque la justice n’a pas pu trancher, Crossrail ayant renoncé à ce modèle d’affaires.

Et pour conclure, il m’importe de rappeler que la défense de la CCT CFF/CFF Cargo est d’autant plus importante aujourd’hui que nombre de cantons ferment les robinets des finances et sacrifient les conditions de travail et les salaires sur l’autel de la concurrence prônée par l’OFT. Ce sont donc aussi les CCT des ETC qui sont sous forte pression. Une baisse de leur qualité aurait un impact sur la branche et donc sur les collègues des CFF. C’est donc un cercle vicieux contre lequel nous devons nous battre tous ensemble, du personnel SEV aux sous-fédérations et aux sections. Pour que chaque membre puisse encore bénéficier d’une très bonne CCT.

Ecrire un commentaire