| Actualité / journal SEV

Securitrans

Protection des chantiers: mêmes salaires garantis pour 2022

L’entreprise Securitrans va être divisée au 1.1.2022: la Protection des chantiers sera transférée dans la division Infrastructure des CFF et la Surveillance spéciale restera chez Securitrans, qui changera de nom et sera une filiale des CFF à 100%. Lors des discussions avec les salarié-e-s par voie numérique et dans la surface, le SEV a pu rassembler de nombreuses questions encore ouvertes, dont il a entre-temps discuté avec les CFF.

©Securitrans

Une décision importante a été prise: les collaboratrices et collaborateurs de la Protection des chantiers conserveront en 2022 leurs salaires actuels.

Les discussions par voie numérique et dans la surface ont reçu bon accueil. Mais elles ont montré que le personnel de la Protection des chantiers avait encore beaucoup de points demandant clarification, et beaucoup d’incertitudes concernant leur transfert aux CFF en 2022. Certaines questions restent en suspens, même après les discussions qui ont eu lieu avec les CFF. Toutefois, de premières décisions ont pu être prises en faveur du personnel. Parmi elles une garantie salariale est donnée pour 2022: en lien avec le changement d’entreprise, le contrat de travail CFF assure le maintien du niveau salarial individuel de chaque employé-e de Securitrans pour l’année 2022. De plus les CFF prennent à leur charge toutes déductions éventuellement plus élevées pour la caisse de pensions. Les employé-e-s de la Protection des chantiers n’auront donc aucune conséquence sur les salaires durant la première année aux CFF. De plus, les CFF ont assuré au SEV que les années de service accumulées chez Securitrans seront prises en compte pour le calcul de leur prime de fidélité.

Le SEV est toujours en discussions intensives avec les CFF afin de clarifier si possible rapidement les nombreuses questions encore ouvertes. Les revendications suivantes en font partie :

• pas de licenciement pour raison économique;

• clarification rapide des classifications individuelles et du futur salaire dès 2023;

• réglementation des questions liées au chemin du travail et au futur lieu de service; le SEV veut pouvoir participer aux discussions et demande que la situation personnelle des employé-e-s soit prise en compte;

• recherche de bonnes solutions pour la reprise des contrats de formation;

• maintien des structures des teams suite au transfert;

• formation immédiate et suffisante des supérieurs et des employés sur la Loi sur la durée du travail (LDT) et la CCT CFF.

Le SEV met tout en oeuvre pour trouver les meilleures solutions pour tout le personnel. Il va poursuivre les échanges avec ses membres et les tenir au courant de l’évolution.

Le SEV s’est engagé afin que le personnel de la Surveillance spéciale soit également transféré au sein des CFF; toutefois ceci n’est pas prévu (voir encadré). Cette situation est acceptable durant une phase transitoire. Mais il est important d’adapter la CCT au 1.1.2022. Depuis longtemps, on tente de la renouveler mais les négociations dans ce sens ont été suspendues l’automne dernier. Il faut les reprendre maintenant que la situation a été clarifiée. Le SEV va demander un mandat de négociations à ses membres et au final, ce sont eux qui accepteront ou non le résultat.

En outre, le changement de caisse de pensions donnera lieu à beaucoup de discussions car les employé-e-s ne peuvent pas rester dans la Caisse de pension Securitas, où ils étaient assurés jusqu’ici.

A ce propos le personnel a un droit de co-décision. Le SEV est en train d’élaborer avec la CoPe les détails de ce droit de co-décision.

Chantal Fischer
Enable JavaScript to view protected content.

Pour le SEV, la Surveillance spéciale devrait également être intégrée aux CFF

« La plupart des employés de la Surveillance spéciale (OS) ne comprennent pas pourquoi ils ne sont pas intégrés aux CFF comme leurs collègues de la Protection des chantiers », déclare le président central SEV-AS Peter Käppler. Pour lui, la Surveillance spéciale est proche de CFF Immobilier : ses tâches principales comprennent la sécurité des bâtiments en plus du service de sécurité dans les gares. « Elles consistent en un Facility Management classique. OS devrait donc être intégré dans ce service », poursuit Käppler. Ceci faciliterait l’engagement du personnel en supprimant les interfaces et la charge des mandats périodiques donnés à des entreprises (et les mises au concours).

Une appartenance du personnel OS aux CFF augmenterait sa motivation, en aidant à régler le problème de fluctuation élevée. Il aurait plus de possibilités de développement et serait assujetti à la CCT CFF. Mais est-ce justement ce que la direction de CFF Immobilier aimerait éviter ? Voudrait-elle faire des économies au niveau des conditions d’engagement ? Suite à notre demande, nous avons reçu une réponse très vague: « Avec la formation d’une filiale, les CFF veulent garantir sur le long terme l’existence de la Surveillance spéciale. En outre, ce sont d’autres profils de collaborateurs qui sont demandés par rapport au secteur de l’Immobilier, et ceci est déterminant pour l’encadrement, le recrutement et le développement de ce personnel. » Markus Fischer

Commentaires

  • Quantin

    Quantin01/05/2021 10:05:11

    Donc si je comprend bien, les mécanicien B100 Securitrans auront aussi leurs salaires garantis?
    temps-mieux pour eux, mais encore une fois les B100 infra seront les dindons de la farces...
    Il va falloir rapidement trouver une solution pour adapter les salaires des mécaniciens B100 infra.

Ecrire un commentaire