| Actualité / journal SEV

CFF

Il faut plus d’agents de train

Le nombre de contrôleurs dans les trains CFF n’a cessé de baisser au cours des dernières années, malgré la hausse constante des voyageurs. Le SEV exige l’engagement de plus de personnel et le retour du double accompagnement.

Entre 2014 et 2018, le nombre d’emplois plein-temps a diminué de 7%. Autrement dit, en chiffres absolus, le secteur contrôleurs des CFF a perdu 154 postes à 100% en quatre ans. L’an dernier, on ne comptait plus que 1977 emplois, contre 2131 en 2014.

La baisse du nombre d’agents CFF dans les trains contraste avec l’augmentation toujours plus forte du nombre de passagers. Selon les chiffres de l’ex-régie fédérale, le volume voyageurs a crû de plus de 25 millions entre 2014 et 2018 pour atteindre plus de 455,85 millions de passagers. Les CFF ont aussi abandonné fin 2018 un principe vieux de dix ans, celui de la double dotation en personnel sur tous les trains longue distance. «On compte jusqu’à 400 passagers par jour sur la ligne Intercity 2 entre la gare centrale de Zurich et Lugano, et un seul contrôleur» pour tous ces voyageurs, illustre Angelo Stroppini, secrétaire syndical SEV.

Son collègue Jürg Hurni enfonce le clou: «Il faut de toute urgence repenser le système et engager davantage de personnel pour que les trains puissent à nouveau circuler ponctuellement et en toute sécurité.»

De leur côté, les CFF renvoient au nouveau descriptif des tâches des contrôleurs: «Il a beaucoup changé, notamment à l’aune de la numérisation. Aujourd’hui, les contrôleurs font figure de préposés à la clientèle et sont déployés là où le plus grand bénéfice clients peut être obtenu.» Par exemple, dans les gares ou sur les quais.

La compagnie ferroviaire ne souhaite pas revenir au double accompagnement: «Nous sommes convaincus de notre nouveau concept d’engagement flexible», rétorque un porte-parole des CFF à la critique du SEV. Le système des duos était très rigide et ne répondait pas aux besoins de la clientèle. Indépendamment de cela, l’effectif des contrôleurs devrait être à nouveau porté à environ 2000 équivalents plein-temps d’ici la fin de 2022.

Jürg Hurni ne croit pas à ces affirmations: «Le double accompagnement a très bien répondu aux besoins de la clientèle.» Sans compter que les CFF ont également réduit leurs effectifs dans les gares et sur les quais. «C’est pourquoi ils doivent maintenant y déployer des agents de train, qui manqueront à nouveau dans les convois», ajoute le secrétaire du SEV.

SEV avec Keystone-ATS

Trains bondés au Gothard: le personnel n’en peut plus

Les trains bondés qui transitent par l’axe du Gothard font régulièrement les gros titres dans les médias. Trouver une place assise à certaines heures est difficile voire mission impossible, et ceci pas uniquement le week-end. «Les usagers en font les frais mais également le personnel des trains; tous essaient tant bien que mal de faire face à une situation pénible», explique Angelo Stroppini, secrétaire syndical SEV. Tout ceci alors que le nombre d’agents de train baisse.Le personnel est fréquemment le souffre-douleur des usagers se plaignant d’avoir payé leur billet mais ne trouvant pas de place assise. En parallèle aux nombreuses réclamations justifiées émanant de clients, la direction des CFF a reçu beaucoup de plaintes de la part du personnel au sujet de cette situation qui devient de plus en plus insupportable.

La section tessinoise de la ZPV a rencontré les CFF à Lucerne pour discuter du problème des trains bondés et trouver des solutions opérationnelles. Le personnel a demandé que des trains supplémentaires soient prévus quand une recrudescence du trafic est attendue. Les explications du service de presse des CFF ont fait sortir le personnel de ses gonds. «Ni la météo, ni les vacances en Suisse allemande – et surtout pas non plus l’absence de train supplémentaire ne sont des raisons valables pour que les trains circulant sur l’axe nord-sud soient constamment bondés!», poursuit Angelo Stroppini. Les CFF doivent rester une entreprise de transport fiable. Les fortes intensités de trafic sont absolument prévisibles. frg

Commentaires

  • Gerber Jakob

    Gerber Jakob24/10/2019 10:16:26

    Die aktuelle Personalplanung des Zugpersonals ist gelinde gesagt eine Farce. In obligatorischen Kursen wird vermittelt, dass die Zweierbegleitung in Zügen mit Modulen oder Zügen mit z.B. zwei ICN sowie Zügen nach 22:00 Uhr die Zweierbegleitung aufrecht erhalten wird. Alles leere Versprechungen die aufgrund der angespannten Personalsituation gar nicht eingehalten werden können. Zudem werden Touren von Kundenbegleitern mit einem Stern gekennzeichnet, welche ohne weiteres gestrichen werden können ohne dass dies Zugsausfälle zur Folge hat. Der Zugchef ist dann einfach alleine unterwegs ungeachtet der Zusammensetzung des Zuges oder ob der Zug nach 22:00 Uhr unterwegs ist. Auf Kosten des Zugpersonals werden Stellen eingespart oder nicht besetzt um so Personalkosten einzusparen und auf dem Rücken des Personals Gewinne zu generieren. Wie soll ein Zugbegleiter mit zwei ICN mit 14 Wagen und 894 Sitzplätzen eine angemessene Präsenz oder Fahrausweiskontrolle durchführen. Ganz zu schweigen von der Sicherheit der Reisenden und der der Zugbegleiter. Mit der Kundenbegleitung 2020 ist die Belastung des Zugpersonals weiter angestiegen. Zudem werden durch die seltenen Fahrausweiskontrollen Reisende dazu animiert das kaufen der Fahrausweise zu unterlassen. Auch dies führt zu einer höheren Belastung und zu mehr Konflicktpotential.
    Alle Kundenbegleiter vom Regionalverkehr werden gezwungen die Umschulung 2020 zu machen um " flexibel" einsetzbar zu sein, auch im Fernverkehr. Eine Schnellbleiche ohne Fahrdienstliche Kompetenzen welche dem Zugchef noch mehr Verantwortung aufbürdet. Nur haben die SBB - Verantwortlichen nicht damit gerechnet, dass viele der Zugbegleiter vom Regionalverkehr keine Lust hatten eine erneute Prüfung abzulegen noch zusätzliche Sprachen zu erlernen.
    Viele von ihnen haben geküdigt und so fehlt nun das Personal um die Stichkontrollen im Regionalverkehr zu machen. Um Stafzahlungen für nicht ausgeführte Kontrollen im Regionslverkehr vom Kanton zu verhindern werden nun weiter Kundenbegleiter vom Fernverkehr, welche die Zusatzschulung für die Sichkontrolle im Regionalverkehr gemacht haben, abgezogen um Stichkontrollen im Regionalverkehr zu machen. Das verschärft die Situation weiter und viele weitere Züge werden, ungeachtet ihrer Zusammensetzung, nur noch Einmännig mit Zupersonal besetzt. Es ist äusserst bedenklich dass so auf Kosten des Zugpersonals Gewinne generiert werden!
    Das Zugpersonal wird so zusätzlich belastet und gestresst. Die Kundenbegleitung 2020 bringt keinen Kundennutzen und bringt im Gegenteil weniger Präsenz und Sicherheit für Reisende und Zugpersonal.

  • Turin Michel

    Turin Michel24/10/2019 13:35:03

    En même temps, quand vous voyez 2 contrôleurs se vautrer en 1ère classe, et qui entre 5 gares discutent en autres de piercing, dans un train qui a tous les jours des resquilleurs,quelle image croyez-vous que l'on donne aux clients? Que l'on manque de contrôleurs?

Ecrire un commentaire