| Actualité / journal SEV

DAniela Lehmann

Navettes automatisées?

Selbstfahrenden Linienbus der Verkehrsbetriebe Schaffhausen

Des tests ont été effectués à Sion, Marly, Cossonay, Genève et récemment à Zoug avec une navette automatisée. Quelle est la position du SEV sur ce point et sur les véhicules autonomes dans les transports publics en général ?

Daniela Lehmann

Les expériences faites lors des essais avec le minibus MyShuttle à Zoug démontrent que, malgré certains titres euphoriques tels que «Minibus MyShuttle maîtrise le trafic mixte», nous sommes encore bien éloignés d’une commercialisation.

D’un point de vue syndical, en premier lieu on peut se poser la question du personnel sur le véhicule. L’essai réalisé à Zoug a démontré que les passagers faisaient confiance au véhicule ainsi qu’à la personne responsable de la sécurité présente sur chaque trajet. A noter que le nombre de passagers était restreint et qu’il s’agissait avant tout de personnes intéressées par cette innovation. Mais ce qui retient l’attention, c’est l’importance accordée à la présence de la personne responsable de la sécurité. Car nous sommes d’avis que même sur les véhicules automatisés il est nécessaire d’avoir du personnel. Les transports publics doivent avoir un visage humain et le personnel contribue à donner un sentiment de sécurité aux usagers. A la lecture de l’article au sujet de MyShuttle, on note un élément contradictoire: pour l’introduction des nouveaux services complètement automatisés sans personnel d’accompagnement, il est nécessaire d’avoir un team compétent sur place qui puisse résoudre immédiatement les tensions entre les voyageurs.

Au niveau local, l’introduction de véhicules automatisés dans le contexte des transports publics ne fait sens du point de vue du SEV que là où les transports publics classiques n’ont pas d’offre à proposer, donc par exemple sur le dernier kilomètre.

Tu veux poser une question au SEV? Ecris-nous à Enable JavaScript to view protected content..

Ecrire un commentaire