| Actualité / journal SEV

Sur les traces de...

Yasmin Furrer, assistante-clientèle

Yasmin Furrer an der Jahresretraite der SEV-Jugendkommission am 15. November in Bern.

Yasmin Furrer est une assistante-clientèle quelque peu atypique car elle ne travaille pas seulement sur les trains mais aussi au bureau. On peut même la rencontrer au secrétariat central SEV. Comme le 15 novembre où elle a participé activement à la retraite de la jeunesse SEV. Elle s’engage aussi pour faire entendre la voix des jeunes dans les transports publics.

Aujourd’hui, l’assistante-clientèle des CFF Yasmin Furrer ne travaille pas comme d’habitude sur le train. Elle est en fait en vacances. Malgré tout elle arrive à 9 heures déjà au secrétariat central SEV avec tout plein de bonne humeur. Car aujourd’hui c’est la deuxième journée de la retraite annuelle de la commission de jeunesse du SEV. A la cafétéria il règne encore une odeur de raclette... normal puisque c’est ce qu’a partagé Yasmin avec ses collègues de la commission de jeunesse la veille au soir.

Représentante des jeunes de la ZPV

A la jeunesse SEV il y a en ce moment pas mal de nouveaux visages mais tout le monde connait Yasmin. Depuis un an et demi elle est la représentante des jeunes de la sous-fédération du personnel des trains (ZPV); elle a été élue lors de l’assemblée des délégué-e-s en mai 2018. «J’ai accepté ce nouveau défi avec reconnaissance car j’aime bien œuvrer parmi les jeunes», déclare Yasmin. On remarque tout de suite qu’elle est dans son élément: d’autres membres de la commission de jeunesse arrivent à la cafétéria et tout de suite, une collègue lui demande: «Tu es bien rentrée?», et voilà qu’elles commencent à discuter de la soirée, du travail, d’un tour qui a causé des soucis...

Programme varié grâce à son stage

Actuellement Yasmin n’est pas très souvent sur les trains car elle fait un stage de six mois et passe trois jours par semaine au bureau. «J’aime bien le travail sur les trains, nous dit-elle, mais je ne veux pas perdre l’expérience acquise lors de mon apprentissage de commerce.» Et son travail au bureau est étroitement lié à sa profession d’assistante-clientèle puisqu’elle travaille sur un projet de nouvel assistant électronique qu’elle sera elle-même amenée à utiliser plus tard.

Possibilités limitées de perfectionnement professionnel

En tant que représentante de la jeunesse, elle connait très bien les soucis et les problèmes de ses jeunes collègues de la ZPV. «Un des thèmes importants est bien sûr le salaire», explique Yasmin. Le personnel des trains manque en outre de possibilités de développement personnel. «Il est difficile d’évoluer dans la carrière. Car en tant que chef-fe de team on porte de grandes responsabilités. Et beaucoup ne veulent pas de cela», poursuit Yasmin.

Famille de cheminots

Pour toutes ces raisons, Yasmin s’engage pour les jeunes dans les transports publics. «Il en va de notre avenir. Ce que nous parvenons à obtenir aujourd’hui nous servira plus tard.» Yasmin s’engage pour faire entendre la voix des jeunes au SEV. Elle était prédestinée pour l’engagement syndical: «Dans ma famille, beaucoup sont ou étaient dans les chemins de fer et je savais à quoi m’attendre», nous confie-t-elle en riant. «C’est mon père qui m’a inscrite au SEV en 2014 parce qu’il est lui-même actif.»

Gagner des jeunes à la cause du SEV

La séance de la commission débute sous la direction de Xenja Widmer, secrétaire syndicale SEV responsable de la jeunesse. Les participant-e-s forment des groupes afin de discuter de l’avenir de la Jeunesse SEV. Yasmin et son groupe se retirent dans une petite salle de séance et se mettent au travail. Le groupe se penche sur la question de la définition des tâches de la commission de jeunesse. Yasmin s’exclame: «Il faudrait plutôt se demander comment intéresser les jeunes à participer à la commission de jeunesse, et donc au SEV. Car c’est cela notre objectif principal!»

Pour Yasmin il est important que la jeunesse SEV accomplisse quelque chose l’année prochaine, qu’elle obtienne un résultat concret et qu’elle ne se contente pas de discuter. «Nos séances doivent être plus productives», explique-t-elle. Son groupe propose de former au sein de la commission de jeunesse de petits groupes de travail chargés de thèmes spécifiques, afin de pouvoir travailler de manière plus efficiente. Yasmin approuve: «C’est une bonne idée!»

De retour en plénum, Yasmin parait un peu plus calme. Mais une flamme brûle en elle: son objectif, c’est de motiver les jeunes à s’intéresser au SEV, afin d’obtenir tous ensemble gain de cause!

Karin Taglang

Enable JavaScript to view protected content.

Ecrire un commentaire