| Communiqués de presse

Le congrès SEV adopte des textes d’orientation et des résolutions

Le personnel des transports publics exige du respect!

Congrès 2007 - En Suisse comme dans toute l’Europe, la pression sur le personnel des transports publics s’amplifie. Au lieu d’encourager les transports publics, les gouvernements les mettent en concurrence et favorisent ainsi une politique erronée au détriment du personnel. Le congrès du Syndicat du personnel des transports SEV exige « Du respect ! » - son slogan - et demande des règles claires contre les conséquences de la libéralisation et de la dérégulation.

Les délégués syndicaux des transports publics sont d’accord sur ce point: La suppression des prescriptions officielles et l’extension de la libéralisation et de la dérégulation sont des faits qu’on ne peut contourner. Les délégués du congrès du Syndicat du personnel des transports SEV sont d’accord pour dire qu’il ne sert à rien de se lamenter mais qu’il faut trouver des solutions pour empêcher les conséquences néfastes d’une telle situation.

Pour la Suisse, cela veut dire qu’il faut conclure des conventions collectives de travail de branches pour le trafic ferroviaire comme pour toutes les autres formes de trafic régional. Selon le cas, ces conventions doivent être négociées au niveau suisse avec les associations d’employeurs – comme pour les chemins de fer à voies normales – ou avec les cantons et leurs entreprises de transports. Ainsi, on obtient des règles homogènes protégeant le personnel lors des mises au concours où des lignes spécifiques, voire des réseaux entiers, passent aux mains d’autres fournisseurs de prestations. Ces contrats-cadre fixent aussi des normes standard pour les conditions d’engagement, qui sont ensuite détaillées et améliorées dans des conventions collectives de travail d’entreprises.

Pas de fusion sans CCT

Les regroupements dans les transports publics allant se poursuivre, le SEV pose comme principe qu’il ne doit pas y avoir de fusion sans CCT. Là où des entreprises ferroviaires ou de transport fusionnent, une convention collective de travail doit être conclue entre la nouvelle entreprise et les syndicats pour fixer les droits du personnel (ancien et nouveau). Le SEV demande, dans le cadre de la 2e réforme des chemins de fer, que toutes les entreprises de transport concessionnaires et autres entreprises de transport autorisées à circuler en Suisse aient l’obligation de conclure une CCT. Pour les CFF, cette obligation est réglée par la loi.

Au niveau international, le SEV soutient les revendications de l’ETF (Fédération européenne des travailleurs des transports), surtout en ce qui concerne l’affectation du personnel transfrontalier. Une convention avec les employeurs et s’appliquant sur tout le territoire de l’UE stipule que le personnel des chemins de fer peut passer, si nécessaire, une nuit à l’étranger et qu’il doit ensuite retourner sur son lieu de travail. Les entreprises souhaitent pourtant rendre ces règles plus souples. Le SEV soutient l’ETF qui veut conserver le règlement actuel et, comme elle, il lutte contre les mises aux concours obligatoires dans le trafic régional. Il demande également une certification uniforme européenne des mécaniciens de locomotive et du personnel des trains.

Le congrès SEV a inscrit ces prises de position sur la libéralisation et la dérégulation dans deux textes d’orientation qui serviront de fil conducteur au syndicat pour ses activités durant ces deux prochaines années.

Caisses de pension: Le Conseil fédéral a des obligations

Le congrès a adopté d’autres textes d’orientation sur la réforme interne du syndicat et sur les questions relatives aux caisses de pension. Les caisses de pension des CFF et des entreprises de transport qui sont ou ont été affiliées à l’Ascoop doivent être assainies. Les assurés actifs tout comme les retraités ont déjà fourni de gros efforts à cette fin, les uns avec de grandes déductions prélevées sur leurs salaires, les autres en devant renoncer à la compensation du renchérissement. C’est au tour maintenant de la Confédération de faire des efforts, elle qui, depuis des années, rechigne à verser sa part, voire même la remet en question. Ce qui est important pour les syndicalistes, c’est que l’objectif d’une rente se montant à 60 pour cent du dernier salaire soit maintenu et que les retraites (partielles) anticipées soient possibles dès 58 ans. Ils veulent en outre la pleine compensation du renchérissement sur les rentes. Ils soutiennent aussi un âge de la retraite flexible qui prévoit une rente AVS complète dès 62 ans.

Le congrès du SEV adopte des résolutions

Solidarité avec les collègues de Bellinzone et de Genève

Le congrès SEV critique durement dans une résolution les démantèlements de CFF Cargo dans les ateliers industriels de Bellinzone. Une fois de plus, CFF Cargo investit dans les machines et l’immobilier et pas dans le personnel. Le SEV pose entre autres les conditions suivantes :

  • Des garanties pour les postes de travail et fixation d’un effectif du personnel dans les ateliers de Bellinzone et dans tout l’entretien du matériel roulant des CFF (Cargo et Division Voyageurs) ;
  • Une réglementation des postes de travail temporaires (actuellement 60 aux ateliers de Bellinzone),
  • Le retrait des transferts déjà effectifs dans le pool d’orientation professionnelle NOA ;
    Les collaborateurs qui perdent leur place de travail doivent être formé pour pouvoir continuer de travailler ;

Les mises à la retraite anticipées doivent être financées par CFF Cargo

Une deuxième résolution concerne aussi l’entretien du matériel roulant CFF : Elle demande l’arrêt immédiat du projet Zephyros (Joint-venture avec Stadler Rail à Winterthour avec 100 postes de travail qui passent à la trappe). Elle condamne avec véhémence la revendication des CFF de réouvrir des négociations CCT - quatre mois seulement après la conclusion de la nouvelle CCT - et trouve que cela constitue une rupture de confiance totale entre les partenaires sociaux.

Dans une troisième résolution, les délégués se montrent solidaires avec un délégué syndical qui a été licencié des Transports publics de Genève TPG avec des arguments cousus de fil blanc. Le SEV demande aux TPG de réengager immédiatement cette personne qui, autrefois, siégeait au Conseil d’administration en tant que représentant du personnel.

Dans une résolution présentée par le personnel des trains, le congrès demande que les trains qui traversent des tunnels d’un kilomètre ou plus soient systématiquement accompagnés par deux agents. Il fait la même demande pour les trains du samedi et du dimanche matin car la sécurité des voyageurs et du personnel est de moins en moins bien garantie avec un seul agent de train.

Dans une cinquième résolution, le SEV demande à l’association des employeurs des chemins de fer à voie normale d’intégrer le trafic marchandises dans la CCT cadre Voie normale et de mener à bien le plus rapidement possible les négociations sur cette CCT.

Ecrire un commentaire