| Communiqués de presse

Congrès intensif du Syndicat du personnel des transports SEV

Signal clair contre le dumping salarial et la libéralisation

Par une action de protestation et des paroles ciblées, les délégués au congrès SEV se sont prononcés aujourd'hui contre le dumping salarial avalisé par l'Office fédéral des transports. Le personnel des transports n'accepte pas un tel démantèlement!

La discussion sur le thème de la politique des transports a occupé le centre des débats au congrès du Syndicat du personnel des transports. L'orateur et invité Peter Füglistaler, directeur de l'Office fédéral des transports (OFT), s’est trouvé dans une situation délicate. Avec sa décision d'autoriser les bas salaires de l'entreprise de transport de marchandises Crossrail à Brigue et de les considérer comme étant «conformes à la branche», l'OFT s'est attiré les foudres du personnel des transports. L'opposition a été affichée de manière bien visible: lorsque Peter Füglistaler a pris la parole, les quelque 400 personnes présentes ont enfilé des pèlerines pour signaler qu'elles ne resteront pas sous la pluie déclenchée par l'OFT, et quelques personnes ont ouvert des parapluies.

Peter Füglistaler a justifié cette décision en invoquant les besoins de la libéralisation prônée par l'OFT dans sa stratégie OFT 2030. Mais les syndicalistes s'opposent également à cela. Ils craignent un large démantèlement si, au nom de la concurrence, toujours plus de privés opèrent dans les transports publics. Selon Peter Flügistaler, une détérioration de l'offre mais aussi de moins bonnes conditions de travail sont inévitables parce que la concurrence se fait au niveau du prix, et que les prix plus bas doivent bien être supportés par quelqu'un - la plupart du temps, il s'agit du personnel!

Plusieurs personnes parmi nos membres sont intervenues pour répondre à Peter Füglistaler, expliquant on ne peut plus clairement que le personnel n'allait pas rester sous la pluie et qu'il s'opposerait avec tous les moyens à sa disposition contre un démantèlement dont il devrait payer le prix. Dans son discours d'ouverture, le président SEV Giorgio Tuti a déclaré que: «depuis quelques temps déjà, on a noté dans les démarches de l'OFT une tendance vers le démantèlement des transports publics – et cela porte la griffe de sa cheffe, la Conseillère fédérale Doris Leuthard.» .» Tuti a symboliquement transmis à Füglistaler la plainte au Tribunal administratif fédéral que le SEV a déposer aujourd'hui contre la décision de l’OFT dans le dossier Crossrail.

Gorgio Tuti a également prévenu d'un démantèlement de la politique sociale, plus particulièrement dans le projet de «Prévoyance vieillesse 2020». Il nous faut inverser la tendance: avec l'initiative AVSplus concernant la prévoyance vieillesse (le SEV y participe activement) mais aussi en votant Oui à l'initiative sur la fiscalité successorale en juin prochain, et surtout lors des élections en octobre: «Nous n'allons pas choisir notre bourreau!» s'exclame Giorgio Tuti devant l'assemblée.

Sur le plan syndical, la politique contractuelle représente toujours le sujet le plus important. Dans le domaine des transports publics, il n'y a plus que quelques trous noirs sans CCT. Nous devons aussi renouveler les CCT existantes et contrôler qu'elles soient appliquées correctement. A ce propos, les CFF en particulier font l'objet de critiques car ils n'ont pas tenu parole concernant un point important de la nouvelle CCT négociée l'année passée: l'accord prévoyant que les employés temporaires soient engagés de manière fixe après quatre ans est repoussé et clairement piétiné dans de nombreux cas documentés.

Pour terminer, Giorgio Tuti a appelé les délégués à participer à l'avenir du SEV, aussi bien dans le cadre du recrutement des membres, qui évolue de manière positive mais n'a pas encore atteint un niveau suffisant, que sur le plan des développements internes qui ne doivent jamais cesser d'évoluer dans un syndicat.

Congrès ordinaire

Le congrès est l’autorité suprême du SEV. Il se compose de 250 délégués issus des sections, des sous-fédérations et des commissions. De plus, quelque 150 invités ont participé au congrès au Kursaal à Berne.

Le congrès a traité environ deux douzaines de propositions de la base, accepté six textes d'orientation sur la direction stratégique du syndicat, et procédé à des élections. A la tête du congrès et du comité SEV, Andreas Menet en tant que président et Danilo Tonina en tant que vice-président ont été réélus. Ils représentent les sous-fédérations du personnel des trains et du personnel de la manoeuvre.

La direction syndicale, quant à elle, se présentera pour élection lors du prochain congrès SEV, les 23 et 24 mai 2017.

Commentaires

  • Gilbert D'Alessandro

    Gilbert D'Alessandro28/05/2015 18:46:08

    aujourd'hui notre syndicat est devenu encore plus syndicat.
    Fort très fort les prises de parole et l'action contre idée OFT.
    Bravo, je suis fier d'être SEV.

  • Giuseppe Lanini

    Giuseppe Lanini30/05/2015 09:46:34

    Adesso , più di prima, dobbiamo unirci contro questa politica che giustifica solamente il lato economico. Anche le FFS al loro interno stanno attuando questa scellerata politica, esternalizzando certi servizi e/o settori, con il risultato alla fine di metterci gli uni contro gli altri. Buona parte di colpa va ai quadri che sostengono questa idea. Uniamo le nostre forze solamente in questo modo possiamo contrastarli.

Ecrire un commentaire