| Communiqués de presse

Thèmes politiques du 75e congrès du SEV à Berne

Des questions sociales préoccupent le syndicat

Caisses de pensions, âge de la retraite, conventions collectives de travail : les questions de politique sociale étaient au centre des discussions du congrès SEV. Les invités se sont également exprimés sur ce sujet.

Deux propositions de notre base syndicale allaient dans le sens d’une retraite anticipée facilitée. Elles ont été clairement acceptées par les 250 délégués du congrès. Le SEV présentera cette revendication aux entreprises de transports publics lors des prochaines négociations sur les conventions collectives de travail.

Ces entreprises ont eu indirectement la parole cet après-midi, puisque Peter Vollmer, directeur de l’Union des transports publics, s’est exprimé devant le congrès. Peter Vollmer a fait remarquer que les moyens des entreprises des transports publics étaient limités. Le SEV devait en prendre acte. Si la rentabilité diminuait, l’ensemble des transports publics serait mis en péril. Il faudrait alors tirer sur la même corde, car « si les transports publics coulent, les employés des transports publics seront aussi entraînés dans la tourmente », prévient Peter Vollmer. Il a en outre remercié le SEV pour ses fréquentes interventions en faveur des transports publics.

Le président de l’Union syndicale suisse, Paul Rechsteiner, a encouragé le SEV. « Le SEV est un syndicat fort, prêt à s’attaquer activement aux défis du futur » constate-t-il. Paul Rechsteiner a mentionné la mauvaise conjoncture, mettant en garde contre les répercussions de la crise économique sur les travailleurs et les places de travail. Il a souligné en outre qu’une chance unique se profilait pour le SEV et ses membres avec le programme d’investissement qui pourrait donner aux transports publics un élan considérable dont profiteraient pendant des décennies l’environnement, la population et l’économie de notre pays. D’autre part, Paul Rechsteiner a soutenu la revendication du SEV pour un financement correct des caisses de pensions CFF et Ascoop. Une requête que Peter Vollmer considère aussi comme essentielle.

Alexander Kirchner, président du syndicat allemand des cheminots Transnet, s’est exprimé sur la crise économique. « On ne gagne pas de l’argent avec de l’argent, seul un travail gratifiant apporte le bien-être » a-t-il déclaré. Il a parlé avant tout de la nécessité d’une nouvelle stratégie des chemins de fer dans le monde libéralisé. Selon lui, durant les dernières années, les entreprises ont tout fait pour que les collègues deviennent des concurrents. Il s’agit maintenant de renverser la vapeur : « coopération au lieu de confrontation, voici le mot d’ordre que nous, syndicalistes, devons opposer à la libéralisation » a-t-il constaté. Il a en outre évoqué la proposition de participation minoritaire proposée par CFF Cargo à la Deutsche Bahn. Alexander Kirchner a conclu par ces mots, accueillis d’un applaudissement : « une concurrence acharnée fait du tort à tous, c’est pourquoi les coopérations sont le fondement d’une nouvelle politique des transports européenne ».

Le congrès SEV est présidé pour la première fois depuis 90 ans par une femme, Doris Wyssmann, active aux services centraux des CFF. Il a élu ce matin Giorgio Tuti, 45 ans, en tant que nouveau président. Demain, il se penchera sur les réformes internes qui devront donner au SEV une plus grande combativité en tant que syndicat du personnel des transports.

Ecrire un commentaire