| Actualité / journal SEV

Police des transports

La gare de Zurich restera-t-elle sûre ?

La police des transports déménage: elle part de Zurich gare centrale pour se rendre à Altstetten. Un risque sur le plan de la sécurité, du point de vue du secrétaire syndical SEV Jürg Hurni.

La police des transports CFF, basée jusqu’ici à la gare centrale de Zurich, voit son lieu de service en grande partie transféré vers la gare d’Altstetten. Etant donné que la gare de Zurich représente le plus grand lieu de service de Suisse, ce déménagement concerne une très grande partie des 190 policières et policiers. Les vestiaires et les bureaux seront à l’avenir à Altstetten. Le lieu où le personnel se prépare pour leur engagement change donc également de place et à la gare centrale de Zurich, il ne restera plus qu’un petit poste extérieur. Ce qui est indispensable pour la collaboration avec d’autres organisations, comme les polices municipale et cantonale, explique Jürg Hurni, secrétaire syndical SEV.

Jürg Hurni considère qu’un tel déménagement est dangereux : « La gare centrale de Zurich est particulièrement dangereuse en tant que plus grande gare de Suisse. Par exemple si l’on considère les actes de terrorisme. A la gare de Zurich, il y a non seulement beaucoup de voyageurs mais aussi beaucoup d’employé-e-s CFF. Le déménagement du lieu de service de la police des transports remet en question la sécurité de tous. » Les CFF ne voient au aucun risque en lien avec ce déménagement car, après leur entrée en service, les policières et policiers passeront la plus grande partie de leur temps de travail dans la gare de Zurich. Mais Jürg Hurni de riposter : « Comme les équipes devront se préparer à Altstetten, pour chaque tour il faudra compter avec deux trajets de service supplémentaires. Dans une situation d’urgence, cette perte de temps peut avoir des conséquences. »

Karin Taglang/mv

Commentaires

  • falquet

    falquet29/06/2017 16:27:42

    Il faut espérer qu'il n'y aura pas de problèmes, car si il y a un attentat terroriste ,bonjour les dégats.

Ecrire un commentaire