agents de train

Au moins une satisfaction morale

Lorsqu’il s’agit de payer des dommages-intérêts, les tribunaux sont plutôt réticents. Pour deux agents de train, le SEV a toutefois obtenu réparation.

Deux cas différents mais avec des similitudes : L’agent de train A. – une femme - tombe en 1ère classe sur un couple muni de billets 2ème classe. Elle leur demande, comme il se doit, de payer le changement de classe, sans succès. Au lieu de s’exécuter, les deux contrevenants se précipitent sur elle et la suivent même lorsqu’elle décide de s’en aller. Ils lui crachent alors à la figure, la battent et la saisissent à la gorge. Elle doit finalement s’enfermer dans les toilettes jusqu’à ce que la police vienne la délivrer.

A minuit, l’agent de train B. est vers son train en gare de Zurich. Un groupe de jeunes se dispute violemment sur le quai. Lorsqu’ils se dirigent vers le train, l’un d’entre eux hurle en passant, sans raison, à l’oreille de B. Arrivé dans la voiture, il lui donne une gifle ce qui lui fait perdre l’équilibre et se cogner la tête contre la paroi. Lors du contrôle des billets, l’agent B. et sa collègue sont à nouveau agressés et blessés.

Succès devant le tribunal

Dans ces deux cas, le SEV a fait recours à un avocat pour représenter les intérêts des membres qui ont dû suivre un long traitement médical. Dans l’intervalle, les débats judiciaires ont eu lieu et les auteurs des délits ont été condamnés. Tous deux ont un long casier judiciaire.

Toutefois, à cause des blessures corporelles et morales subies par les victimes, l’avocat du SEV ne s’est pas contenté d’une condamnation pénale mais a demandé également des dommages-intérêts, de CHF 1'000.— pour A. et de CHF 500.— pour B. Les tribunaux ont considéré que ces revendications étaient fondées et ont approuvé les décisions de justice.

Pour les victimes, ces sentences sont une vraie satisfaction ; le tribunal reconnaît en effet qu’elles ont enduré une réelle souffrance. Maintenant, si elles verront vraiment la couleur de l’argent est une autre paire de manches car les agresseurs ne sont pas solvables. Pour le SEV, ces décisions sont un signal positif même si il ne faut pas espérer pour chaque cas le versement de dommages-intérêts.

Team de la protection juridique SEV

Ecrire un commentaire