| Communiqués de presse

Hâte discutable

CFF Cargo supprime 49 postes de mécaniciens de locs à Arth-Goldau et Brigue

Avec la mise en exploitation du tunnel de base du Ceneri en décembre qui signe la clôture des NLFA, des questions doivent se poser sur l'avenir du dépôt de Goldau. Il fallait s'y attendre et toutes les parties concernées le savaient. Cependant la décision de fermeture précipitée est discutable selon le Syndicat du personnel des transports SEV.

Arth-Goldau.

Au début de l'année, l'ancien CEO de CFF Cargo, Nicolas Perrin, avait constaté lors d'une visite dans la région que le dépôt de Goldau pouvait être encore utile à l'avenir. Tout le monde avait été soulagé et les bruits de fermeture du dépôt ont été étouffés. Le personnel qui, quelques années auparavant, avait dû venir d'Erstfeld à Goldau, s'en est trouvé rassuré.

Et voici que quelques mois plus tard, le vent tourne: les CEO des CFF et de CFF Cargo ont changé et soudain, sous le diktat de la division Infrastructure, il ne sera bientôt plus possible de s'arrêter à Goldau. «Ceci soulève des questions. Il faudrait faire preuve d'un peu de patience et attendre de voir comment va se structurer le transport dans le cadre de l'exploitation ordinaire des NLFA», déplore le secrétaire syndical Philipp Hadorn, responsable du dossier Cargo au SEV.

En marge d'une discussion au sommet exigée par le SEV au sujet des mesures d'économies indécentes requises par CFF Cargo, la direction a présenté le 9 novembre dernier à la délégation du SEV la nouvelle procédure concernant le dépôt de Goldau. Le SEV a immédiatement exigé la mise sur pied d'une table ronde. «Il s'agit de soupeser s'il n'y aurait pas d'autres alternatives aux mesures envisagées, et si elles peuvent vraiment produire l'effet escompté», explique Philipp Hadorn. Le SEV a déjà remis un catalogue complet de questions, ce qui a apparemment causé des retards dans la coordination de la table ronde de la part de CFF Cargo. «Pour le SEV une chose est claire: le transport des marchandises ne doit pas être compromis par des besoins de l'Infrastructure aux dépens de CFF Cargo et de son personnel», souligne Philipp Hadorn. «Ce n'est pas sans raison que le nouveau CEO des CFF a ordonné il y a quelques semaines un arrêt intermédiaire dans ce projet. Ce changement de cap menace d'entamer le quota de confiance élevé que l'on accorde à Vincent Ducrot. Mais si un manager a le courage de corriger une mauvaise décision, il peut recréer un climat de confiance. Et cela, le personnel de Cargo, qui souffre déjà suffisamment de la situation incertaine, le mériterait», conclut Philipp Hadorn.

Nous vous informerons de la suite.

Pour de plus amples informations:

Philipp Hadorn, secrétaire syndical SEV, 079 600 96 70

49 postes supprimés – les arguments de CFF Cargo

Sous le titre "Nouvelles opportunités pour les mécaniciens de locomotives", CFF Cargo a rendu public le 16 novembre au soir sur son blog sa décision de supprimer 45 postes de mécaniciens à Arth-Goldau (SZ) d'ici la fin 2022, et quatre à Brig. Ces derniers pourraient passer à la division voyageurs. Un groupe de travail aurait défini "35 postes possibles pour les mécaniens de Arth-Goldau, tant en interne qu'en externe, dans le trafic voyageurs, chez CFF Cargo International, dans d'autres dépôts de CFF Cargo et chez SOB, et d'autres suivront". CFF Cargo a assuré "qu'une solution existe pour tous les conducteurs de train concernés et qu'ils continueront à être employés au sein des CFF si possible".

Cargo justifie la suppression des emplois par l’achèvement de la NLFA  qui rendrait impossibles les arrêts de trains marchandises en Suisse centrale "du point de vue de l'exploitation", c'est-à-dire du point de vue de CFF Infrastructure. Pour cette raison, les changements de conducteur se feraient aux points de frontière de Bâle et de Chiasso. "Toutefois, d'ici la fin de l'année 2022, CFF Cargo a pu s'assurer des arrêts en Suisse centrale." En outre, le trafic international à Arth-Goldau et à Brig aurait diminué "en raison de la stagnation de l'économie et de la crise Corona". "Cela signifie que le personnel des locomotives de CFF Cargo à ces endroits n'a plus assez de travail à partir du changement d'horaire en décembre 2020."

 

Les arguments des conducteurs de trains

Déclaration de Beat Kieliger, coordinateur Cargo au comité central LPV, dans le Journal SEV No 13 du 24 settembre 2020:

«Le tunnel du Ceneri ne peut servir de prétexte à la fermeture du dépôt Cargo de Goldau. Notre coopération avec CFF Cargo International a encore du sens. En outre, une grande partie des quelque 50 mécaniciens de locomotive de Goldau viennent de l’ancien dépôt de marchandises d’Erstfeld et ne veulent pas se rendre à Zurich ou à Bâle. Certains d’entre eux pourraient quitter l’entreprise, ce qui n’a aucun sens avec la pénurie de mécaniciens actuelle aux CFF. Du côté de l’infrastructure, l’argument selon lequel le changement de mécanicien à Goldau prend environ 5 minutes n’est pas très convaincant, car de nombreux trains doivent de toute façon attendre devant le tunnel de base du Gothard. Il n’est pas vrai non plus qu’il manque des voies dans la région de Goldau pour permettre des dépassements, d’autant plus qu’il n’y aura guère de trains de 750 mètres en circulation pour le moment. Et l’Allemagne est loin d’être prête pour cela. Je trouve assez cynique de s’en prendre ainsi à 50 collègues méritants pour peu de wagons supplémentaires dans quelques trains de marchandises.»

Ecrire un commentaire