| Actualité / journal SEV

La LNM en eaux troubles

Un article dans l’Express/Impartial du 1er juillet a mis le feu aux poudres. Consacré aux comptes 2015 de la Navigation sur les Lacs de Neuchâtel et Morat (LNM), le papier a mis en exergue les comptes largement déficitaires à hauteur de 1,5 million de francs environ. Au-delà de la situation financière de la LNM, c’est bien les propos du président du Conseil d’administration, Olivier Arni, et du directeur Jean-Jacques Wenger qui ont poussé le SEV à écrire au CA, avec copie à la presse. « Nous avons appris par la presse que la LNM vit une mue profonde et que la société de navigation se trouve dans la dernière ligne droite pour la stratégie 2022 qui sera présentée aux actionnaires début 2017. Le personnel craint d’être mis devant le fait accompli. Il demande donc à rencontrer le président du CA à la fin de la saison de navigation », explique Jean-Pierre Etique qui a formulé cette demande dans la lettre envoyée lundi 4 juillet à Olivier Arni. Les 21 employé-e-s exigent notamment des garanties concernant l’avenir de l’entreprise et de leur place de travail. La stratégie 2022 de la LNM doit impliquer le personnel de manière réelle et aboutir à un résultat qui tienne compte de la pérennité des places de travail actuelles et régionales. Le personnel n’acceptera pas d’externalisation de prestations. Olivier Arni a répondu à Jean-Pierre Etique le 11 juillet. Il se veut rassurant : « La stratégie 2022 sera présentée aux actionnaires lors d’une AG extraordinaire début 2017. Il est clair que la stratégie sera auparavant présentée au personnel de notre Société, sans qui elle ne pourrait tout simplement pas délivrer les prestations de qualité que nous offrons à la clientèle de la LNM. »

Un autre élément suscite de l’inquiétude. « Dans l’article de l’ImpEx, nous pouvons lire que les frais liés à la formation font partie des éléments majeurs plombant les coûts de ces deux dernières années et qu’aujourd’hui les gens étant formés, ces dépenses ne chargeront pas les comptes des années à venir », poursuit Jean-Pierre Etique. Le total consacré à la formation aurait, en 2014 et 2015, atteint un total de 370 000 fr. « La LNM n’aurait donc plus besoin de former du monde ces prochaines années ? Pourtant, en raison de l’âge du personnel navigant, dans quatre à cinq ans, six employés auront l’âge de la retraite. Ces personnes devront être remplacées. N’est-il donc pas prévu de former du personnel pour leur succéder ? », s’interroge Jean-Pierre Etique.

A la demande du SEV, on sait aujourd’hui qu’une collaboration entre la CGN et la LNM existe. Selon le courrier de la direction de la LNM du 29 février 2016, cette collaboration a pour but de former le personnel de la LNM, d’apporter un appui technique et d’échanger des compétences, particulièrement pour la prise en charge du « vapeur ».

Tout ceci est trop opaque pour le SEV et le personnel qui souhaitent donc connaître avec précision comment ont été utilisés ces 370 000 fr. et quels sont les projets de formation des années à venir. Il n’y a pas encore le feu au lac, mais ça chauffe à bord de la LNM. Le CA se penchera sur la lettre du SEV le 26 septembre. Fin septembre aura lieu un entretien entre les parties. De quoi tempérer l’atmosphère ?

Vivian Bologna

Ecrire un commentaire