| Actualité / journal SEV

Première CCT de l’histoire de la LNM (navigation sur les lacs de Neuchâtel et Morat)

La LNM a une CCT. Enfin!

La LNM et le SEV ont signé fin juin, à bord du bateau «Morat», la 1ère CCT de l’entreprise. Il s’agit là d’un moment particulier puisque cette CCT était attendue depuis 2001.

De gauche à droite: Jean-Jacques Wenger, directeur de la LNM, Jean-Pierre Etique, secrétaire syndical SEV, Barbara Spalinger, vice-présidente du SEV, Raoul Béguelin, président de la section VPT Neuchâtel Navigation, Olivier Arni, président du Conseil d’administration de la LNM et Pascal Aeby, vice-président du CA.

Le texte signé entre les partenaires apporte de réelles améliorations pour le personnel et constitue un élément central d’un partenariat social de qualité.

Jean-Pierre Etique, secrétaire syndical SEV à la tête de la délégation de négociation, a martelé: « L’entreprise a augmenté la masse salariale de 2,2%. Les maxima ont été relevés. Cela montre la volonté de rattraper le retard par rapport à d’autres entreprises de la branche. Il y a encore du chemin à faire, mais le signal est positif pour les employés. » Le personnel non navigant figure aussi dans la CCT.

Jean-Pierre Etique a aussi relevé que les porteurs de CFC ou titre équivalent obtiennent désormais 100 fr. par mois. « La formation professionnelle est ainsi revalorisée. » Le personnel bénéficiera d’une protection accrue en cas de maladie avec une couverture de 100% la première année et de 90% la deuxième. L’heure est maintenant à l’application. « Signer une CCT, c’est bien, mais l’appliquer de manière optimale ça nécessite une étroite collaboration, surtout quand il s’agit d’une toute nouvelle CCT ! »

De son côté, la vice-présidente du SEV Barbara Spalinger a relevé l’importance de cette CCT pour le SEV: « Le SEV assied donc encore un peu plus sa position de syndicat n°1 dans les transports publics suisses. Désormais, toutes les sociétés de navigation de Suisse romande ont une CCT avec nous. Et dans le reste du pays, il ne manque que les lacs de Constance et des Quatre-Cantons et le Walensee. En renforçant notre position dans la navigation, nous avons une meilleure vue d’ensemble des conditions de travail dans la branche et pouvons défendre le personnel avec des compétences et une expertise en constante augmentation. Et ce n’est pas rien, alors que les communes, les cantons et la Confédération mettent toujours d’avantage de pression sur les entreprises de transport public. »

Le président du Conseil d’administration, Olivier Arni, a insisté sur le fait qu’une CCT est une reconnaissance du personnel pour son engagement dans l’entreprise. « Je tiens aussi à souligner le climat de travail très constructif dans lequel se sont déroulées les négociations. Ce climat est prometteur pour l’avenir. D’un point de vue du contenu de la CCT, le congé paternité de 10 jours est un signe de modernité. Symboliquement, c’est très important. » Quant au directeur de la LNM, Jean-Jacques Wenger, il considère que ces négociations ont permis d’apprendre à mieux se connaître avec le SEV. « On a ainsi pu sentir les sensibilités de toutes les parties et on a pu constater que chaque mot peut est important. Ce texte est très complet. Je ne pense pas qu’il faudra changer énormément de choses à l’avenir. »

Pour Pascal Aeby, vice-président du CA, il s’agit « de l’aboutissement d’un long chemin avec parfois des moments figés et difficiles. Au finale, il s’agit d’un texte véritablement en faveur de la LNM. »

L’heure est maintenant à l’application du texte. Le SEV et la direction se rencontreront régulièrement pour veiller à la bonne mise en œuvre de cette CCT historique.

vbo

Ecrire un commentaire