| Actualité / journal SEV

ETF

Le SEV dirige le dialogue social européen

Vendredi dernier, le président du SEV Giorgio Tuti a repris les rênes du dialogue social européen de la branche rail pour une durée de deux ans. Une fonction très importante en vue de la lutte contre le dumping.

De g. à dr.: Sabine Trier, secrétaire générale suppléante de l'ETF, Giorgio Tuti, président de la section rail de l'ETF et Maria Cristina Marzola, vice-présidente.

Giorgio Tuti n’est pas homme à aimer les paillettes, ni les fleurs. Pourtant, son accession vendredi à la tête du dialogue social ferroviaire européen est une excellente nouvelle pour le personnel des entreprises ferroviaires européennes. Il a dans ses bagages sa longue expérience de négociations helvétiques. « Oui c’est vrai que mes 20 années au SEV vont indéniablement m’aider dans la direction du dialogue social de la branche rail. Ce dialogue social, qui est une plateforme paritaire réunissant les représentants des employeurs et des employés, doit être redéveloppé. La culture du dialogue et du partenariat social helvétique sont de précieux atouts », affirme le président du SEV.

Lutter contre le dumping, priorité de la section rail de l’ETF

Ce sont quelque 850 000 travailleurs et travailleuses qui sont concernés par les conditions cadre que l’Union européenne met en place. « Le dialogue social peut émettre des recommandations pour la branche rail ou décider d’accords contraignants », rappelle Giorgio Tuti.

Le programme d’actions approuvé par la section rail le 30novembre s’appuie sur trois axes prioritaires: la lutte contre la privatisation et la libéralisation, la lutte contre le dumping. « Notre plan d’action prévoit notamment d’analyser les bonnes et les mauvaises pratiques en Europe en lien avec le dumping. Nous voulons combattre le dumping salarial, la sous-enchère sur le temps de travail, ainsi que le dumping social, autant d’éléments qui mettent en danger la sécurité », ajoute Giorgio Tuti.

Premières négociations avec les employeurs

Vendredi s’est tenu la première séance employeurs/employés dans le cadre du dialogue social. Quels en sont les résultats ? Giorgio Tuti résume : « Le plan de travail a pu être approuvé. Un document qui manquait ces dernières années. Il prévoit notamment d’augmenter les taux de femmes dans le rail, de lancer un projet sur l’impact de la digitalisation sur l’employabilité et d’améliorer la sécurité dans la branche. »

Vivian Bologna

Ecrire un commentaire