| Communiqués de presse

Le CEO des CFF veut détruire Cargo avant de quitter la présidence de son CA

CFF Cargo: 750 postes de travail et 100 points de desserte sacrifiés?

Au milieu des débats en Commissions des transports des Chambres fédérales concernant l'avenir de CFF Cargo, les CFF prévoient des coupes drastiques: le 28 février, le Conseil d'administration doit donner son feu vert pour une réduction de 2'115 à 1'790 postes de travail (-325 postes à temps complet) d'ici 2020 puis 1400 postes (-390 postes à temps complet) d'ici 2023. Quant aux 350 points de desserte, la moitié d’entre eux seront passés en revue en parallèle dans l'optique d’en fermer en premier lieu 50, puis par la suite encore 25 à 50. Pour les syndicats SEV, transfair, VLSF et ACTP, ces mesures d'économie sont tout simplement inacceptables. Le personnel de CFF Cargo vit déjà dans l'insécurité et ne peut pas en supporter davantage. La communauté de négociation syndicale exige que le Conseil d'administration des CFF stoppe immédiatement ce projet.

Fausse stratégie: restreindre une nouvelle fois les capacités dans la surface, alors que le trafic marchandises croîtra de 45% d'ici 2040, signifie un transfert du rail à la route.

«Alors que les deux Commissions des Chambres fédérales soutiennent la proposition du Conseil fédéral stipulant que la présidence du conseil d'administration de CFF Cargo devrait être retirée au Directeur des CFF, celui-ci propose encore vite un démantèlement d'un tiers du personnel et de plus d'un cinquième des points de desserte chez CFF Cargo: c'est absolument inacceptable», affime Philipp Hadorn, secrétaire syndical, au nom de la communauté de négociation des syndicats pour CFF Cargo. Cette dernière demande instamment au Conseil d'administration des CFF, qui va traiter le dossier le 28 février, de stopper immédiatement ce projet de démantèlement pour éviter que le personnel ne doive pâtir d'un nouveau changement de stratégie à court terme. L’insécurité du personnel est énorme. La hausse de la charge de travail et le manque de personnel liés aux dernières réorganisations ont déjà conduit à des situations précaires.

Dans la centrale de Cargo à Olten, la réduction du "overhead" bat son plein, le personnel est surmené et déboussolé, et voilà déjà la prochaine restructuration...

«Ils veulent procéder à une nouvelle réorganisation alors que la dernière n'est pas encore terminée. De plus, il est clair que le Conseil d'administration de CFF Cargo va acquérir davantage de pouvoir et d'indépendance», affirme Philipp Hadorn, qui est également conseiller national (PS/SO). En effet, les deux Commissions des transports du Conseil national et du Conseil des Etats ont accepté la proposition contenue dans le rapport du Conseil fédéral selon laquelle des tiers doivent aussi siéger au Conseil d'administration de CFF Cargo et la présidence doit être occupée par un tiers. Cette mesure vise à impliquer à long terme les partenaires et clients importants de CFF Cargo, à augmenter le volume des mandats, améliorer le savoir-faire, fournir de nouveaux produits et permettre de s'imposer financièrement en tant qu'entreprise.

Trahir le service public et le transfert du trafic de la route au rail?

«Restreindre une nouvelle fois les capacités dans la surface, alors qu'on parle d'une croissance de 45 % du trafic marchandises d'ici 2040, serait une catastrophe pour l'entreprise sur le plan social et pour la politique de transport et de transfert», ajoute Philipp Hadorn, membre de la Commission des transports et de la Commission des finances du Conseil national. «Après les sévères mesures de démantèlement entreprises l'année dernière, qui sont encore mises en oeuvre à l'heure actuelle, CFF Cargo doit engager une nouvelle stratégie durable et tournée vers l'avenir et ceci avec une nouvelle présidence du CA. Cette stratégie doit respecter l'idéologie du service public et poser des objectifs clairs en matière de climat et de transfert modal – vis-à-vis du personnel, de la confédération et du peuple qui, lors de votations populaires, s'est prononcé à plusieurs reprises en faveur du transfert du trafic de la route au rail».

Dans une motion adressée au Conseil national, Philipp Hadorn demande au Conseil fédéral qu'il lui garantisse que ni l'ancien Conseil d'administration de CFF Cargo ni le Conseil d'administration des CFF ne vont mettre en place des stratégies qui pourraient marquer l'évolution de CFF Cargo durant les années à venir avant la nomination d'une nouvelle présidence au CA de CFF Cargo.

Pour de plus amples renseignements:

Philipp Hadorn                                                             079 600 96 70
Enable JavaScript to view protected content.

Coup de théâtre d'Andreas Meyer, encore président du CA CFF Cargo, aux dépens du personnel Cargo

Ce démantèlement est inacceptable pour le SEV pour les raisons suivantes:

  • Le personnel subit déjà les répercussions des constantes réorganisations qui, avant même d'être appliquées jusqu'au bout, sont suivies du prochain projet de démantèlement massif.
  • L'insécurité du personnel est énorme et depuis les dernières réorganisations, les charges de travail et les sous-effectifs amènent déjà des situations de précarité.
  • Les deux Commissions des transports du Conseil national et du Conseil des Etats ont accepté la proposition du Conseil fédéral visant à retirer au CEO CFF Andreas Meyer la présidence du CA CFF Cargo. Dans le rapport du Conseil fédéral, il est écrit de manière très claire: «Le Conseil d'administration de CFF Cargo doit être renforcé et son indépendance accrue. Il doit être complété par des tiers externes, la présidence étant assumée par un tiers. Des partenaires et gros clients de CFF Cargo devront également être intégrés à long terme, amener dans l'entreprise un volume de mandats supplémentaire, du savoir-faire et des nouveaux produits, et participer sur le plan financier et dans l'entreprise.»
  • En ce moment, le CEO CFF, qui est aussi l'actuel président du CA CFF Cargo, et son équipe préparent une réorganisation qui doit fixer la direction à suivre durant les six prochaines années et prévoit la suppression de centaines de postes et de dizaines de points de desserte.
  • Le transport des marchandises est en pleine croissance: on parle d’une augmentation de 45% jusqu'en 2040. Décider maintenant d'un redimensionnement, c'est empêcher d'établir un développement durable et dirigé vers l'avenir.
  • Depuis le 1er juillet 2016, la nouvelle Loi sur le transport des marchandises est en vigueur. Il s'agit tout d'abord d'attendre les répercussions du concept et des plans d'utilisation du réseau.

A la fin de la procédure de consultation, le SEV adresse le message suivant à ses membres, au public, ainsi qu'aux autorités politiques par le biais d'une motion au Conseil national:

Ne touchez pas à CFF Cargo jusqu'à ce qu'une nouvelle stratégie d'avenir soit élaborée avec une nouvelle présidence du CA. Cette stratégie devra prévoir des nouveaux postes et de nouvelles perspectives, et en assurer le financement.

Commentaires

  • Franz Weber

    Franz Weber24/02/2018 19:27:05

    Nehmt euch mal den Film als Beispiel
    Nicht nur schwatzen sondern handeln

  • Weber

    Weber24/02/2018 19:44:21

    Peinlich!
    Daniel Perrin
    Wisst ihr nicht einmal wie der Chef von CARGO heisst

  • Savary Charles

    Savary Charles25/02/2018 16:29:27

    On fait exactemment le contraire qui devrait être fait. Le transfert de la route au rail va devenir celui du rail à la route. Il faut absolument lutter contre cette ineptie. Et ce n'est pas Madame Leuthard qui lève le petit doigt pour éviter cette catastrophe.
    A bon entendeur. Salut.

  • Ehemaliger (10 Jahre)

    Ehemaliger (10 Jahre)14/01/2021 14:05:52

    Bin ich froh, dass ich nicht mehr in diesem Sau Laden arbeite.
    Mitarbeiter der IT wurden systematisch rausgeekelt welche zwischen 40 -58 Jahre alt waren. Pfui pfui pfui!