| Communiqués de presse

Le SEV critique le mandat donné à McKinsey

Suppression de postes aux CFF: leurs plans ne sont pas réalistes

Malgré la tendance et les prévisions de développement du trafic, les CFF veulent supprimer des postes à tout va. Ceci est absolument incompréhensible pour le syndicat SEV.

Les CFF ont demandé à McKinsey de ficeler un paquet de démantèlement prévoyant dans les prochaines années plus de mille suppressions de postes. Le Syndicat du personnel des transports SEV considère que cela est complètement irréaliste: «Les prévisions actuelles liées à la mobilité ainsi que les extensions déjà prévues au niveau de l'infrastructure et de l'offre montrent qu'à l'avenir, on n'aura certainement pas besoin de moins de personnel dans les transports publics» déclare le président SEV Giorgio Tuti. On peut comprendre que les CFF veuillent examiner leurs structures et leurs déroulements. C'est le devoir de toute direction d'entreprise sérieuse. Les CFF prévoient cependant déjà des suppressions de postes au lieu de réfléchir ouvertement à la situation.

«Nous allons garder un oeil très critique sur ce mandat et ne manquerons pas d'intervenir si nous constatons une évolution dans la mauvaise direction» ajoute Giorgio Tuti. Il souligne que, grâce à la convention collective de travail, il est exclu d'en arriver à des licenciements. Mais ce n'est pas suffisant: «C'est le devoir des CFF de donner à ses collaboratrices et collaborateurs les moyens nécessaires pour qu'ils puissent contribuer à l'évolution technique et structurelle» précise Giorgio Tuti. Au vu de la vague de départs à la retraite qui va bientôt s'abattre et du constant sous-effectif dans certains groupes professionnels essentiels, les CFF sont tenus d'avoir du personnel qualifié pour assurer un service public de haut niveau.

On ne peut pas éviter que l'évolution technique ait des répercussions sur les postes de travail. Mais la solution n'est pas de se séparer du personnel existant pour engager de nouvelles forces. Il faut au contraire offrir une formation continue adaptée et planifier les carrières des personnes déjà en fonction.

Les perspectives de démantèlement des CFF pour 2030 dépassent tout entendement. Le peuple suisse a tout de même accepté le projet FAIF qui prévoit un renouvellement durable du trafic ferroviaire ! Et Giorgio Tuti de conclure: «Si les CFF se préoccupent convenablement des changements prévisibles au niveau de la mobilité, ils ne développeront pas des projets d'économie fantasmagoriques mais seront plutôt prêts à trouver toutes sortes de solutions leur permettant de relever les nouveaux défis».

Ecrire un commentaire