| Actualité / journal SEV, BLS

Personnel des travaux

Repas et WC à l’heure du covid

Comment le semi-confinement se répercute-t-il sur le personnel des travaux des CFF et de BLS en ce qui concerne les repas, les pauses et les toilettes? Les lacunes qui existent déjà en temps normal sont amplifiées.

La fermeture des restaurants implique de plus longs trajets jusqu’aux cantines, pour autant que la pause soit suffisante et que les cantines soient ouvertes. Et parfois lorsqu’elles le sont, alors elles sont bondées. Depuis peu, les restaurants ont le droit d’ouvrir entre 11 heures et 14 heures pour les travailleurs des chantiers si ceux-ci sont annoncés au préalable par leur employeur. A voir comment cela va fonctionner... A cause du Covid, le personnel des travaux a aussi moins accès aux locaux du personnel des autres teams CFF. Par exemple il n’est plus le bienvenu sur certains sites Cargo. Ainsi, le personnel des travaux doit souvent se contenter d’un menu acheté dans un take-away ou d’un pique-nique pris de la maison, et se trouver un coin pour manger. S’il fait beau, tout le monde apprécie de manger dehors mais s’il fait froid ou s’il pleut, alors il faut manger dans un véhicule ou un local à relais… « Au moins la direction a trouvé nécessaire de suspendre momentanément l’interdiction de manger dans les locaux techniques, et de le permettre seulement à certaines conditions », déclare Hubert Koller, vice-président de la sous-fédération BAU, membre de la CoPe Division Infra et lui-même monteur à Telecom DFF.

Et de toute façon même s’il fait beau, on peut avoir besoin d’aller aux toilettes et on doit pouvoir se laver les mains. « Malheureusement dans beaucoup de gares, les toilettes sont aujourd’hui bouclées ou supprimées », regrette Jan Weber, président central BAU et technicien des installations de sécurité (IS) à Berne. « Notre team a une clé seulement pour quelques WC dans la gare. » Dans d’autres teams, les choses ne sont pas meilleures. Au moins en Suisse romande, les efforts déployés par la CoPe et le SEV semblent porter leurs fruits en ce qui concerne l’accès aux WC dans les gares. « Le problème est apparemment que CFF Immobilier attend une contribution de l’Infrastructure. » Heureusement, le team de Jan Weber s’est organisé lui-même un accès aux toilettes de l’entreprise d’à côté. Et il a une réserve d’eau et du savon dans le minibus.

« En principe, le personnel de l’Infra doit faire un décompte des frais pour l’utilisation des toilettes payantes , ajoute Koller. Il en va de même pour les petites consommations dans les restaurants afin de pouvoir utiliser leurs toilettes. » Mais en ce moment ceci n’aide pas beaucoup…

Sur les chantiers de construction de la voie, selon les prescriptions, dès le 3e jour il faut que soient installés des toilettes avec de l’eau ou du liquide de désinfection. « La bonne organisation de ces toilettes dépend fortement du chef de projet », explique Hubert Koller. On entend souvent que les entreprises privées de construction de voies ferrées sont mieux organisées que les CFF : elles ont des containers pour le personnel avec des locaux de pause chauffés, des micro-ondes et des installations sanitaires avec eau chaude et lumière. De tels modules ont été commandés pour les teams des lignes de contact et ils ont déjà été livrés ici et là. Mais le SEV et la CoPe demandent qu’un effort dans ce sens soit fait aussi pour le personnel de construction de la voie.

Chez BLS également le problème est connu : les collègues de la construction de la voie et des lignes de contact (Travaux et Entretien) nous annoncent qu’en plein hiver, avec le froid et l’humidité pendant le semi-confinement, sur certains chantiers il n’y avait aucune possibilité de prendre un repas chaud durant la pause de midi, de se réchauffer et de se tenir au sec. Soit il n’y avait pas de locaux de pause, ou alors ils étaient beaucoup trop loin. En conséquence, les repas de midi ont dû être pris dans les véhicules de fonction, des espaces confinés sans mesures de protection. Le problème existait déjà avant la crise du covid. Avec la fermeture des restaurants la situation sur certains sites s’est encore corsée.

Un exemple positif chez BLS est le site de Spiez : les collègues des travaux et de l’entretien peuvent manger dans les bâtiments du service des travaux, ils font trois équipes et les repas sont préparés pour eux sur place.

Le SEV a demandé une discussion avec la direction des travaux et de l’entretien chez BLS. Il aimerait pour les chantiers de longue durée une solution adéquate pour les pauses. Par exemple en organisant pour le personnel un container de chantier avec possibilité de faire la cuisine lorsqu’il n’y a pas de locaux prévus pour cela, ni de restaurant du personnel à distance respectable. Avec la possibilité d’ouvrir les restaurants à certaines catégories professionnelles, BLS dispose d’une option supplémentaire. Mais il y a encore beaucoup de points et de questions à éclaircir.

BLS a reconnu qu’il y avait là un potentiel d’amélioration et a assuré au SEV que des possibilités de prendre les repas allaient être organisées. Hélas rien ne s’est passé depuis. Un autre échange a eu lieu après le délai rédactionnel. Le SEV va jauger l’entreprise sur ses actes et se tient à disposition de ses membres BLS.

Au-delà de la situation de pandémie, il est important que le personnel des travaux ait des possibilités dignes de ce nom de faire les pauses et de manger dans le cadre des chantiers prévus.

Chantal Fischer et Markus Fischer
Enable JavaScript to view protected content.

Solutions au lieu de portes fermées

Restauration et toilettes : ces deux thèmes ont toujours été d’actualité parmi le personnel de l’entretien et des travaux et ils ont toujours donné lieu à beaucoup de discussions. Ça n’était pas toujours mieux avant, mais au moins il y avait un peu partout des cuisinières d’équipes et les gares étaient desservies. Les dernières cuisinières d’équipes ont aujourd’hui disparu et les gares sont déshumanisées. Les WC qui s’y trouvent sont bouclés pour le personnel de l’Infrastructure parce qu’il ne travaille pas dans la « bonne division »! Avec le covid il y a eu des solutions pragmatiques qui démontrent que quand on veut, on peut ! Le SEV exige que pour le personnel d’Infra (entretien et travaux), des solutions soient vite trouvées. Il faut que les responsables enlèvent leurs œillères, c’est ce que demandent les managers des CFF à leur personnel. Nous serions p. ex. très heureux si les portes des toilettes pouvaient être déverrouillées !

Commentaire d’Urs Huber, secrétaire syndical SEV et responsable du team Infra CFF au SEV

Commentaires

  • GIBI

    GIBI09/03/2021 20:28:27

    Mense???? Quali mense esistono ancora in Ticino ,a disposizione dei operai dove si può prendere un pasto caldo a qualsiasi orario ??

  • Gavin.M

    Gavin.M11/03/2021 16:10:27

    Merci pour cette article, en effet les collaborateurs de la ligne de contact disposais déjà d'un wagon refectoire utiliser pour les transports et pour les pauses. Le service de la voie n'avait rien en Suisse romande. Pourtant la ligne de contact reçois de nouveau un wagon tout neuf. Croisons les doigts pour qu'un wagon soie également commandé prochainement.

  • Sandro

    Sandro11/03/2021 17:00:35

    Lachhaft diese Bemühungen, seit Jahren gibt es Defizite, während dem Corona konnte ich noch auf keiner Baustelle mich angemessen verpflegen oder Hände waschen....... jeden Tag eine andere Lok und andere Arbeitsorte..... und nirgends ist das oben erwähnte vorhanden, Millionen ausgeben für die Teppichetage aber uns nichts zur Verfügung stellen, Rottenküchen wurden abgeschafft, Wc Anlagen geschlossen und und und, aber grossartig von 25.- auf 19.- Zulagen kürzen. Die Zustände werden mit jedem Tag schlimmer und nichts bewegt sich, sehe in den letzten Kahren nur Abbau und nirgends etwas das besser wurde..........

  • Stefan

    Stefan13/03/2021 18:42:31

    Ich kann auch nirgends irgend eine verbesserung sehen... seit Jahren reklamieren wir das keine WC etc. für uns vorhanden sind.
    Was bringr mir ein Toitoi auf baustellen ab 3 Tagen?
    Es gibt Leute die sind zu 100% mobil unterwegs mit dem VW-Bus... von Bahnhof zu Bahnhof, von Weiche zu Weiche und nirgends ist ein WC offen!
    Aber hauptsache man weis im Wankdorf immer welche Zeit ist...

    Eigentlich Höchste Zeit das die Büezer mal aufstehen!

Ecrire un commentaire