| Actualité / journal SEV

navigation

Soutien financier fondamental

(CGN)

A cause de la pandémie et de la suspension de toute exploitation ordonnée par la Confédération, les compagnies de navigation ont dû repousser l’ouverture de la saison d’été et mettre leur personnel au chômage partiel. La branche demande depuis longtemps déjà une aide financière de la Confédération.

La plupart des bateaux n’accueillent pas beaucoup de passagers. En comparaison avec l’année dernière, la fréquentation est de 30 à 50% inférieure. Ce sont surtout certaines lignes qui sont touchées: celles qui transportent habituellement beaucoup de touristes étrangers. On peut imaginer que le port du masque imposé dès le 6 juillet agit aussi négativement sur le taux d’occupation des bateaux. Cette mesure semble exagérée surtout sur les ponts extérieurs. La branche estime qu’elle représente une réduction supplémentaire du nombre de passagers de l’ordre de 10 à 20%. Une demande de supprimer le port obligatoire du masque sur les ponts extérieurs a été adressée au Conseiller fédéral Alain Berset, la branche est dans l’attente de sa réponse.

La situation est tendue pour le personnel également. Beaucoup de collaboratrices et collaborateurs sont au chômage partiel depuis plusieurs mois, ou alors ils seront à nouveau touchés bientôt au vu du peu de passagers. Par exemple, BLS et la Compagnie de navigation sur le lac de Bienne réduisent leur offre de 15%, resp. de 25%. Dans les deux entreprises le chômage partiel va être réintroduit. Sur le lac des Quatre-Cantons (SGV) et le lac Majeur (NLM), l’offre réduite est maintenue et le chômage partiel se poursuit. L’horaire d’automne va être réduit plus que d’habitude dans certaines compagnies. Dans la Compagnie de navigation sur le lac de Zurich (ZSG), le même horaire est appliqué de juin à septembre. On a renoncé à introduire l’horaire de la haute saison (juillet/août). Au moins ceci permet de ne pas devoir réduire à nouveau l’offre.

Sur le lac Léman, la situation est moins grave et l’offre n’a pas été réduite. Ceci est certainement dû au fait que la CGN exploite une ligne vers la France qui ne fait pas partie de l’offre touristique et qui bénéficie donc de subventions, ce qui permet de compenser les autres lignes qui sont moins fréquentées. De plus le personnel peut être employé dans le cadre d’autres projets.

Le Conseil fédéral a décidé d’atténuer les pertes financières découlant du coronavirus des entreprises de transports publics et du transport ferroviaire en octroyant quelque 700 millions de francs. La «Loi urgente sur le soutien des transports publics durant la crise du Covid-19» sera certainement traitée par les Chambres lors de la session d’automne. Toutefois la navigation est exclue de cette loi car ce plan de sauvetage ne prévoit pas de soutien pour les transports touristiques. Mais cela n’empêche pas les compagnies suisses de navigation de souffrir: cette année, ce sont au minimum 30 millions de recettes qui manqueront dans les caisses. Dans sa prise de positionur la loi urgente, l’Union des transports publics a demandé que les transports touristiques soient inclus dans le plan de soutien de la Confédération et que 50 à 100 millions de francs soient prévus pour atténuer le manque de recettes lié au Covid-19. Le SEV soutient cette revendication et va intervenir à différents niveaux lors de la prochaine session.

Chantal Fischer

Ecrire un commentaire