| Actualité / journal SEV

Le coronavirus et les transports publics: Protéger le personnel, c'est essentiel (au même titre que la protection des voyageurs)

En ce qui concerne le Coronavirus, le SEV a les attentes suivantes à l'égard des entreprises de transport en termes de protection de leur personnel :

  1. La protection de la santé et les besoins du personnel doivent être pris au sérieux.
  2. L'information régulière du personnel sur la situation actuelle.
  3. Une information régulière sur les recommandations de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).
  4. D'ordonner des mesures de protection si nécessaire.
  5. De fournir du matériel de protection tel que des désinfectants, si nécessaire.

Le SEV recommande à chacun de faire face à la situation de la manière la plus rationnelle et la plus professionnelle possible. En clair: ne pas créer de panique ni minimiser le problème, mais agir de manière réfléchie et avec bon sens.

NOUVEAU - Deux bonnes nouvelles pour le personnel de vente et les chauffeurs à la mi-mars ! Suite aux exigences du SEV, les CFF viennent de mandater un fournisseur pour installer dans les meilleurs délais des vitres de protection aux guichets pour le personnel de la vente. Pour les chauffeurs de bus, de nombreuses entreprises ont répondu positivement aux sollicitations du SEV : fermeture de la porte avant, pas de vente de titres de transport par le conducteur et installation d’une séparation pour le poste de conduite.

SEV

 

Recommandations OFSP

Comment peut-on se protéger d’une infection par le nouveau coronavirus ?

Ces mesures de l'OFSP existent en version facile à lire.

Les mesures suivantes permettent de réduire le risque d’infection:

  • Se laver soigneusement les mains avec de l’eau et du savon ou utiliser un désinfectant pour les mains plusieurs fois par jour.
  • Tousser et éternuer dans un mouchoir ou dans le creux du coude.
  • Jeter les mouchoirs usagés dans une poubelle fermée.
  • Éviter les poignées de main. Ne touchez pas votre nez, votre bouche et vos yeux.
  • En cas de fièvre ou de toux, rester à la maison.
  • Toujours téléphoner avant d’aller chez le médecin ou aux urgences.
  • Gardez toujours une certaine distance avec les autres. De préférence, 2 mètres au minimum. Dans les réunions : laissez toujours une chaise libre entre vous et les autres. Quand vous saluez d’autres personnes : Evitez de leur faire la bise.
  • Restez chez vous si vous avez de la fièvre et de la toux ! N’allez pas au travail ou à l’école. Ne sortez pas de chez vous.

Attention également :
• Evitez de porter des bagues.
• Soignez votre peau.
• Coupez-vous vos ongles très courts.

 

Symptômes ?

 Quels sont les symptômes de l’infection au nouveau coronavirus?

Les symptômes les plus courants sont

  • La fièvre
  • La toux
  • La difficulté à respirer
  • L’inflammation des poumons

Ces symptômes peuvent être d'une gravité variable. Des complications de type pneumonie sont également possibles. Des symptômes digestifs et oculaires (conjonctivite) ont également été observés chez certains malades.

L’Office fédéral a mis en place une Hotline pour toutes questions concernant le COVID2019: 058 463 00 00. Tous les jours, 24 heures sur 24.

Infographique: COVID-19

 

Questions les plus fréquentes en matière de droit du travail

Pour le personnel des transports, le SEV répond à la question de leurs droits face face au Coronavirus en cas de possibles baisses ou de hausses de leur temps de travail. Voir aussi notre dernière info : Coronavirus, tes droits, nos revendications !

L'Evénement syndical (journal de Unia) rappelle également nos droits face au Coronavirus et que les syndicats veulent des mesures économiques et sociales.

Le SECO a établi un catalogue qui apporte des réponses, sur la base du cadre juridique actuel, aux questions les plus fréquentes en matière de droit du travail.
Si le Conseil fédéral venait à décider d’un droit d'urgence, certaines réponses du présent catalogue pourraient ne plus être applicables.

Document «Pandémie et entreprises» (PDF, 1 MB) établi le 02.03.2020.

 

NOUVEAU - Personnes à risque testées en priorité

Face à la forte progression de l'épidémie en Suisse, l'OFSP a changé lundi 9 mars ses règles de quarantaines pour éviter la paralysie du pays. Les quarantaines deviennent plus courtes et touchent moins de monde. Les personnes ne présentant que de faibles symptômes et pas de risque particulier ne sont pas testées. Seules les personnes particulièrement vulnérables ou devant être hospitalisées et le personnel des établissements médicaux sont contrôlés. En cas de retour positif, ils seront mis en isolement pendant au moins dix jours par leur médecin traitant - et non plus le médecin cantonal. Leurs contacts très proches uniquement sont mis en quarantaine pendant au moins cinq jours. "Retrouver et avertir toutes les personnes ayant été en contact plus de 15 minutes à moins de deux mètres d'un cas avéré [...] aboutirait [...] rapidement à la mise en quarantaine d'une grande partie de la population", a expliqué Virginie Masserey, cheffe de la section du contrôle de l'infection de l'OFSP.

 

Qui sont les personnes les plus en danger ?

voici les dernières infos de l'OFSP (état au 14.3.20).

Les personnes de plus de 65 ans sont particulièrement en danger. Elles tombent souvent gravement malades.
Les personnes qui souffrent de ces maladies sont aussi en danger : Tension artérielle trop élevée, Diabète, Maladies du coeur et de la circulation, Maladies des voies respiratoires Par exemple : l’asthme, Maladies et traitements qui affaiblissent le système immunitaire, Cancer.


Qu’est-ce qui est important pour les personnes âgées et déjà malades ?

Vous avez plus de 65 ans ? Ou vous avez déjà une autre maladie ?
Alors l'OFSP vous recommande :
• Ne prenez pas le bus ou le train.
• Allez au magasin quand il y a peu de monde. Ou mieux, demandez à quelqu’un d’aller faire les courses pour vous.
• N’allez pas dans des lieux où il y a beaucoup de monde. Par exemple : au cinéma, au concert, à une rencontre sportive, à une sortie en groupes.
• N’allez pas rendre visite à une personne dans un home ou à l’hôpital.

 

 

 

 

Commentaires

  • Martin Abegglen

    Martin Abegglen27/02/2020 09:57:13

    Billettkontrolle insbesondere von SwissPass wird zum Glücksspiel. Von Tag zu Tag beschweren sich mehr Reisende über die Vorgehensweise seitens SBB und wie wir als Kundenbegleiter damit umgehen. Zum Punkt, worum es geht:
    Reisende, in meinem Fall aus Deutschland in die Schweiz unterwegs, reichen mir wie gewohnt ihren SwissPass. Ich nehme die Karte in die Hand, was bei einem Drittel gar nicht gut ankommt wegen dem Corona Virus, das sich übertragen könnte. Sie haben Angst vor Übertragung und werfen mir vor, ich hätte die Karte auch nur einlesen können. Ja, das hätte ich tatsächlich auch gemacht, wenn man es mir sagt, bevor man mir den SwissPass hinhält. Ich werde dann auch noch beschimpft, ich hätte das Ganze nicht im Griff...

    Anmerkung der Redaktion:
    Deponiert wurde dieser Kommentar vor der gestrigen SBB-Weisung, dass das Zugpersonal den Swisspass eben nicht mehr in die Hand nehmen soll.

Ecrire un commentaire