| Actualité / journal SEV

CFF

«Nous nous trouvons au-devant de négociations difficiles»

Barbara Spalinger en discussion avec un employé des CFF. C’était le 9 septembre 2019, bien avant l’obligation du port du masque.

Nouveau système salarial, incertitudes chez CFF Cargo, clarifications nécessaires pour les compensations des comptes de temps durant la période de confinement: ces prochains mois le SEV va affronter de grands défis. La vice-présidente du SEV Barbara Spalinger s’exprime sur la situation aux CFF.

En juillet, le SEV a demandé aux employé-e-s des CFF et de CFF Cargo de s’annoncer s’ils n’étaient pas d’accord avec la manière dont leur compte de temps était compensé après la période de coronavirus. Des retours?

Nous avons reçu environ 70 annonces et les trions selon la nature du problème et le secteur. Au vu de la grandeur de l’entreprise on peut dire qu’il n’y a pas eu trop d’erreurs et que la situation n’est pas si dramatique. Dans quelques cas des fautes ont clairement été commises et doivent être corrigées. C’est surtout pour le personnel à temps partiel que nous demandons clarification.

Et quelle est la suite à donner pour ces cas ?

Les personnes concernées seront contactées par nos services. De plus nous conviendrons d’une rencontre avec les CFF et les cas qui n’ont pas été traités correctement seront examinés et si possible réglés collectivement si on constate un grand nombre de cas similaires. Avec CFF Cargo nous avons convenu d’une discussion de fond car nous avons constaté en juillet déjà que l’entreprise voulait régler la question des comptes de temps de manière différente de celle prévue par le groupe CFF. Ceci au détriment du personnel concerné. Il n’en avait jamais été question puisque nous avions toujours discuté de solutions pour tout le groupe. Ainsi CFF Cargo enfreint le principe de la bonne foi. Nous devons immédiatement entrer en négociation à ce sujet.

Le 19 août, il y a eu un premier échange sur le nouveau système salarial aux CFF. Que peux-tu nous dire à ce sujet?

Lors de cette rencontre, on nous a présenté les attentes concrètes des CFF pour le renouvellement du système salarial. Les CFF ont exprimé le voeu de négocier en même temps sur le nouveau système salarial et des mesures d’économies qui se répercuteront sur le personnel. Nous avons assuré de notre bonne volonté à négocier sur un renouvellement du système salarial mais nous ne nous sommes pas encore prononcés sur les mesures d’économie. Cette décision va être prise lors de la conférence CCT du 27 août qui nous donnera un mandat de négociation. Ce sera une tâche difficile.

Pourquoi difficile?

La situation à fin 2018, alors nous avons accepté le renouvellement du système salarial, était tout autre qu’aujourd’hui. Entre-temps l’assainissement du modèle de retraite anticipée Valida a aussi été intégré dans ces négociations, et voici maintenant encore des mesures d’économies! Ceci dans une période où les choses ne sont pas claires, ni pour CFF Cargo, ni pour l’évolution générale dans le contexte de la crise du coronavirus. Les CFF se comportent d’une manière assez difficile à suivre car toutes les demandes se retrouvent liées les unes aux autres et la situation devient de plus en plus compliquée. Tout ceci est-il vraiment nécessaire en ces temps où les gens ont surtout besoin de stabilité.

Elisa Lanthaler

Voilà comment CFF Cargo va de l’avant

CFF Cargo est actuellement en cours de restructuration, car ils ne sont plus une division des CFF mais en train de devenir une filiale. Après une longue période d’incertitude, certaines questions en suspens ont trouvé une réponse lors d’une réunion au sommet entre le SEV et CFF Cargo le 24 août.
CFF Cargo ne participera pas au développement du système salarial. En lieu et place, ils ont annoncé qu’ils entameront leurs propres négociations CCT avec le SEV l’année prochaine. « CFF Cargo est soumis actuellement à une pression financière massive et le covid a aggravé cette situation », explique Barbara Spalinger. Cargo veut donc s’écarter de la CCT existante sur un certain nombre de points. «Mesures d’économies, diminution des coûts et flexibilisation: ces concepts ont été évoqués, car l’autofinancement prescrit par la loi sur le transport de marchandises doit se concrétiser », dit elle.
Cargo ne pourra en dire plus que vers la fin de l’année. Ce qui est sûr, c’est que ce ne seront pas des négociations usuelles pour le SEV, mais qu’elles constitueront un défi majeur à plusieurs niveaux.

Commentaires

  • peter nef

    peter nef02/09/2020 15:20:06

    Hallo. Ein grosses Danke erstmal an Euch für Euren Einsatz!
    Zu den Verhandlungen: Wenn das SBB-Management von Weiterentwickung des Lohnsystems spricht, klingt das nicht vertrauenserweckend. Wenn diese Leute grossspurig verkünden, sie würden auf 15% der Boni verzichten, behaupte ich, dass es einer Firma immer noch gut geht, wenn sie Boni ausschütten kann.
    Und was ist mit der halben Milliarde CHF Gewinn vom letzten Jahr? Wurden denn keine Reserven gebildet?
    Sparen könnte das Management bei sinnlosen Projekten und dem Administrativ-Personalbestand
    in Wankdorf!
    Der SEV sollte dem Kader das Sparpotenzial aufzeigen. Ich wünsche mir einen fordernden und starken SEV.
    Das Personal sollte nicht für Fehlentscheide und Unfähigkeit dieser Leute bezahlen müssen.

Ecrire un commentaire