| Actualité / journal SEV

Sur les traces de...

Mélissa Farine, pétillante jeune du SEV

La relève du SEV pointe le bout de son nez. De nouveaux et nouvelles militant-e-s viennent renforcer la Commission Jeunesse. Rencontre avec l’une d’elle, Mélissa Farine, pétillante jeune femme de 19 ans.

Mélissa Farine à Bruxelles le 27 mars 2019, enveloppée dans le drapeaux de l’ETF.

Mercredi 27 mars. Mélissa Farine, drapeau SEV Jeunesse en main, défile, énergique, dans les rues de Bruxelles lors de la manif de l’ETF en faveur de transports garantissant des conditions de vie décentes aux travailleurs et travailleuses et contre le dumping. Un jour plus tard, Mélissa est attablée dans un petit restaurant avec le reste de la délégation de la Jeunesse du SEV venue dans la capitale belge.

Entre l’apéro et le plat principal, l’occasion est belle de mieux faire connaissance avec cette Imérienne (Jura bernois) devenue agente de train - assistante clientèle doit-on dire maintenant. «Une fille qui était en formation avec moi à Fribourg a parlé de moi à Jordi D’Alessandro qui m’a ensuite invitée à la dernière séance de la Commission Jeunesse de 2018. J’ai adoré l’ambiance! J’ai ensuite participé au week-end des jeunes en Autriche en début d’année à l’initiative des jeunes de Vida, le syndicat interprofessionnel autrichien. La participation était impressionnante et chaleureuse. On a été accueillis comme si on se connaissait depuis des années!»

Très vite, l’enthousiasme de Mélissa incite la responsable des jeunes, Xenja Widmer, à l’envisager comme déléguée à la conférence CCT CFF de la jeunesse. Pour la petite histoire, c’est en la cherchant dans notre banque de données que Xenja réalise qu’en fait Mélissa est active dans la Commission mais pas encore membre... «C’est vrai que mon entrée au SEV s’est faite un peu à l’envers», rigole-t-elle.

Ses arguments pour les jeunes

Depuis, elle ne manque pas une occasion de parler en bien du SEV et de la Jeunesse en particulier. Quels sont ses arguments pour attirer de nouveaux membres? «Tout d’abord qu’on y trouve un esprit familial bien connu des cheminots. On entend qu’il tend à disparaître, mais je ne crois pas que ce soit le cas partout aux CFF. Et même si on pense que c’était mieux avant, c’est à nous d’être persévérant et de nous battre pour que la famille du rail se renforce. S’engager ensemble pour des causes communes est motivant. La manifestation bruxelloise d’hier donne de l’énergie.

Ensuite, j’insiste sur le fait qu’être syndiqué offre un appui en cas de conflit. Les compétences du SEV sont connues et reconnues dans ce domaine. Enfin, la Commission des jeunes offre des activités variées qui permettent de décompresser, mais aussi de se retrouver entre personnes ayant des horaires irréguliers. On contre-balance ainsi les inconvénients de notre job.»

Ses arguments et son engagement portent leurs fruits puisqu’elle connaît de plus en plus de monde dans les dépôts romands et on l’identifie toujours davantage comme une figure du SEV. «Mon objectif est d’amener autant de Romands que d’Alémaniques au sein de la Commission, sourit-elle. Je suis persuadée que le potentiel est là. Je le vois au dépôt de Genève où je travaille.»

L’avenir du SEV

L’engagement au sein de la Jeunesse ouvre des portes au sein du SEV. «Grâce à la Commission, on peut se faire une place sérieuse au milieu de cheminots qui sont là depuis 30 ans. Je n’ai pas encore de mandat dans ma section, la ZPV Léman, ou dans la sous-fédération, mais notre travail militant dans la Jeunesse renforce notre crédibilité et offre des perspectives pour l’avenir du SEV.»

Rien ne la prédestinait à atterrir dans le monde des transports. «Je suis à l’aise dans les langues. C’est donc comme ça que je me suis intéressée au travail dans les transports publics. J’aime être au contact de la clientèle et si je peux effectuer les contrôles en équipe, c’est encore mieux», raconte celle qui est aussi engagée pour les statisques des trajets des voyageurs.

On l’aura compris, avec une relève pétillante, le SEV a de l’or en barre entre ses mains. Et pour la petite histoire, la Jeunesse organise les festivités finales du centenaire, le 30 novembre 2019 à Berne. A fête à leur image, tournée vers le futur!

Vivian Bologna

Enable JavaScript to view protected content.

Ecrire un commentaire