| Actualité / journal SEV

Sous-fédération du personnel de la manoeuvre (RPV) : 121e assemblée ordinaire des délégués

Appel à la direction Cargo

Les délégués RPV ont adopté une lettre ouverte à l’attention du président du Conseil d’administration et du CEO contre la suppression d’un tiers des 2200 postes chez CFF Cargo et de près de la moitié des 347 points de desserte. Deuxième point fort de cette assemblée très animée: les négociations CCT CFF/CFF Cargo.

Les délégués avec la lettre ouverte adoptée: «Stop à la mauvaise gestion - donnez une chance au trafic de marchandises par le rail!».

En plus des 27 délégués avec droit de vote, de deux anciens délégués invités et des cinq membres de la commission centrale, deux traducteurs et trois personnes du secrétariat central SEV ont pris part à l’AD du 23 mai à Berne.

CFF Cargo

Le président central Hanspeter Eggenberger a informé sur la réduction de sept collaborateurs prévue en juin dans le team de manoeuvre à Ziegelbrücke à cause de la suppression de wagons à manoeuvrer. Des solutions sur d’autres sites ont été trouvées pour toutes les personnes touchées. Ceci est un exemple du fonctionnement du partenariat social avec CFF Cargo, a déclaré le secrétaire syndical SEV Philipp Hadorn. Si la disparition d’une partie de la clientèle aboutit à une réorganisation le SEV l’accompagne mais il ne cautionne pas la réduction massive prévue pour le réseau de desserte du trafic par wagons isolés (WLV). De tels démantèlements ont souvent eu lieu ces dernières années chez Cargo mais jamais il n’a été possible d’obtenir l’auto-financement que l’on espérait. Ceci n’est pas réaliste en ce qui concerne le seul WLV, et un transfert sur la route serait économiquement préjudiciable, d’autant plus que le trafic des marchandises augmente en Suisse. Cargo a besoin d’une stratégie innovatrice et d’une nouvelle équipe de direction incluant des logisticiens.

Au cours de la discussion, les délégués ont critiqué la mauvaise planification de la réorganisation «WLV17». Il est très difficile de satisfaire la clientèle dans de telles conditions. Cela se répercute sur la santé et la sécurité: irrégularités et accidents sont à la hausse. Avec ce nouveau démantèlement la pression augmente. Le chaos menace. Nous devons apprendre à dire «Non!» car attention: si quelqu’un est accusé de négligence grave, il devra répondre personnellement des dommages causés. «Automatisation et numérisation, oui, mais avec la formation adéquate!» a-t-il été répété. La formation ne doit pas pâtir des sous-effectifs. Les délégués ont discuté de deux variantes de lettre ouverte à l’attention de la direction Cargo et ont voté pour la plus dure .

Négociations CCT

La vice-présidente SEV Barbara Spalinger a informé sur l’avancée des négociations, celles-ci s’avèrent difficiles. Lors de la discussion, les délégués se sont exprimés en majorité contre la réduction de la durée minimale du travail de 6 heures à 4 heures par jour, et aussi contre une intégration dans le salaire-assuré des indemnités, utile par exemple pour les cas de maladie et la caisse de pensions. Cela serait trop cher surtout pour les jeunes. Ce serait mieux de demander pour eux une évolution plus rapide dans la plage salariale. Une autre pierre d’achoppement se situe au niveau de l’évaluation du personnel (EP) qui a des effets sur le salaire, car beaucoup de jeunes se trouvent défavorisés.

La majorité des délégués a voté pour la suppression de l’EP avec répercussion salariale, préférant un entretien d’évaluation plus ouvert. Une large majorité veut conserver la possibilité de toucher la prime d’ancienneté sous forme de vacances.

Fabbio Winiger a été élu en tant que nouveau membre de la commission centrale. Pour la commission de gestion SEV, la RPV proposera au congrès 2019 Richard Schlegel pour succéder à Werner Graf. Les délégués ont accepté des comptes annuels 2017 déficitaires et un budget 2019 qui prévoit aussi un déficit (incluant 4000fr. pour le centenaire du SEV). 

Fi/MV

Lettre ouverte des délégués de la RPV à l’attention de la Direction de CFF Cargo

Stop à la mauvaise gestion – donnez une chance au trafic de marchandises par le rail !

Monsieur Andreas Meyer (président du Conseil d’administration de CFF Cargo)
Monsieur Nicolas Perrin (CEO de CFF Cargo)

Maintenant, ça suffit !

« Un démantèlement grossier », c’est ainsi que les chargeurs de l’industrie qualifient la politique commerciale et la politique des transports que vous avez menées ces dernières années ! Les employés et les points de desserte de CFF Cargo n’ont pas seulement été décimés, ils ont carrément été réduits d’un tiers, voire de moitié ! Les processus de démantèlement semblent programmés depuis la fondation de CFF Cargo.

Les exigences imposées au personnel ne cessent de croître, une pression énorme s’exerce sur les conditions de travail et la sécurité au poste de travail n’est plus assurée.

Nous en avons assez !

Que reste-t-il de l’innovation dont CFF Cargo a su faire preuve et qui a contribué à sa croissance actuelle et continuera de le faire à l’avenir ?

Laquelle des restructurations effectuées jusqu’ici a-t-elle atteint les objectifs économiques promis, tandis que les salariés payaient les pots cassés sous la forme de suppressions d’emplois, de stress et de mesures improvisées ?

Pour quelle raison Monsieur Meyer et son équipe procèdent-ils encore en toute hâte à un redimensionnement historique de l’offre en matière de transport de marchandises par le rail, alors même que le Conseil fédéral et le Parlement réclament une réorganisation du Conseil d’administration de CFF Cargo ?

Comment CFF Cargo peut-il tolérer sans résistance la suppression des compensations pour prestations de service public, alors même que cette mesure conduit à un accroissement du nombre de camions, de bouchons et du chaos sur les routes, à une augmentation des nuisances pour la population et l’environnement, ainsi qu’à des dépenses supplémentaires pour l’entretien, le renforcement et le renouvellement des routes.

La confiance des agents de la manœuvre dans la gestion actuelle de CFF Cargo par Andreas Meyer est morte !

A l’unanimité, les délégués de la sous-fédération SEV du personnel de la manœuvre adressent donc les requêtes suivantes :

  • Mettez un terme à ce démantèlement ! Suspendez immédiatement toute forme de restructuration stratégique !
  • Impliquez-vous auprès de la Confédération, des cantons et des communes pour obtenir des contributions en leur vendant mieux le trafic de marchandises par wagons isolés comme un réel service public ! Ce service épargne à la collectivité d’autres coûts et représente pour notre économie un moyen de transport fiable, surtout dans les régions périphériques et en hiver. Ces avantages valent bien une compensation financière.
  • Mettez-vous activement à la recherche de bonnes solutions avec vos clients, afin que les chemins de fer aient leur part dans la croissance du transport des marchandises.
  • N’exigez pas obstinément des volumes minimaux et ne laissez pas les petits clients croire qu’ils ne se sont plus les bienvenus. Au contraire, faites preuve d’innovation !
  • La crise permanente orchestrée « depuis en haut », qui résulte de toutes les restructurations imposées jusqu’à présent sans avoir jamais atteint les objectifs promis, doit cesser. La « réorganisite aiguë » de ces dernières années n’est pas encore digérée : si vous persistez sur cette voie, c’est le chaos et une recrudescence d’accidents et de burnouts qui menacent.
  • Laissez à une nouvelle équipe le soin de développer une stratégie visionnaire pour l’avenir, afin que les chemins de fer puissent eux aussi participer à la croissance. Ne faites pas que le dernier acte d’une stratégie d’entreprise inefficace soit la mise à mort du trafic de marchandises par wagons isolés et la suppression jusqu’en 2023 de 800 emplois, ce qui représente un tiers du personnel !

    Nous, les agents de la manœuvre, ne sommes pas prêts de risquer des incidents et accidents par crainte pour notre futur et nos places de travail.

    Mais nous conservons toute notre motivation. Nous souhaitons continuer de nous impliquer avec professionnalisme et engagement en faveur de notre entreprise, afin que le transport de marchandises par le rail ait un avenir !
     

    Berne, le 23.05.2018, Assemblée des délégués de la sous-fédération SEV-RPV

Ecrire un commentaire