| Aktuell / kontakt.sev

Pensionskasse SBB: Stiftungsratswahlen müssen wiederholt werden

Stiftungsrat nimmt SEV-Rekurs gegen unerlaubte Wahlwerbung an

Der SEV hat gegen die Wahlen rekurriert, weil die Kandidaten der Liste 3 «Wahlvor-schlag für eine generationsgerechte PK» Insider-Wissen für unerlaubte Wahlwer-bung genutzt haben. Diesen Rekurs hat nun der Stiftungsrat gutgeheissen. Dies be-deutet, dass die Wahlen nochmals durchgeführt werden müssen.

Die Wahlen hatten ein denkbar knappes Resultat ergeben. Dies, die Qualität des Rekurses und die Überzeugungsarbeit der SEV-Vertreter im Stiftungsrat haben sicher den Ausschlag gegeben dafür, dass der Stiftungsrat die Position des SEV teilt und stützt.

Ausschliesslich elektronische Wahl fördert Teilnahme nicht

Ein Kritikpunkt des SEV betraf auch die elektronische Wahl und die angebliche Ausnahme für 500 Personen. In der Zwischenzeit hat sich herausgestellt, dass diese Personen nur die Zugangsdaten für die Wahl brieflich erhalten haben, aber ebenfalls elektronisch wählen mussten. Das Reglement für die Stiftungsratswahlen sieht «auch» die Möglichkeit der elektronischen Wahl vor. Nach Meinung des SEV benachteiligt der Zwang zur elektronischen Wahl diejenigen Berufsgruppen, die weniger «internet-affin» sind oder nicht den ganzen Tag am Computer sitzen. Er dürfte zur tiefen Wahlbeteiligung beigetragen haben.

Möglicherweise haben sich viele Wahlberechtigte zudem in der falschen Sicherheit gewiegt, dass schon die Richtigen gewählt würden. Sicher ist: Eine Wahlbeteiligung von nur 15,58 % ist eine Schande!

SEV garantiert bestmögliche Bedingungen

Zu meinen, dass es keine grosse Rolle spiele, welche Leute im Stiftungsrat sässen, ist ein Trugschluss. Natürlich können die Vertreter/innen des SEV im Stiftungsrat nicht zaubern, sie können die Bedingungen auf dem Finanzmarkt nicht in ihrem Sinn ändern. Aber sie werden sich wie in der Vergangenheit weiterhin dafür einsetzen, dass die Pensionskasse gute Leistungen ausrichtet – insbesondere an jene Leute, die im Alter wirklich auf eine gute berufliche Rente angewiesen sind.

Es muss dem SEV gelingen, bis zu den Wahlen aufzuzeigen, dass die SEV-Vertretung mit ihrer lösungs- und konsensorientierten Politik viel zum guten Funktionieren des Stiftungsrates beiträgt. Und im zweiten Anlauf muss unbedingt eine «anständige» Wahlbeteiligung erreicht werden. Auch ohne grosse Begeisterung für den Computer müssen alle an der Wahl teilnehmen.

Kommentare

  • Peter Sonderegger

    Peter Sonderegger 31/10/2016 18:06:57

    Gratulation, erfolgreicher Rekurs bei den Wahlen in den Stiftungsrat der Pensionskasse. Ich bin pensioniert und habe nichts von diesen Wahlen mitbekommen. Ist das nur für die Aktiven?

  • jmatter

    jmatter 02/11/2016 07:38:27

    Wählen dürfen im Fall der PK SBB nur die Aktivversicherten.
    Trotzdem zählen wir auf die wertvolle Unterstützung der Pensionierten, die mittels Mobilisierung im Bekanntenkreis die Aktivversicherten zur richtigen Wahl bewegen können.

  • H.Schaer

    H.Schaer 02/11/2016 17:32:57

    Vous êtes une belle brochette de mauvais perdants : pendant que les candidats alternatifs essayaient de se faire connaître avec les moyens du bord, les differents partenaires sociaux faisaient de la propagande pour leurs candidats sur leurs sites Internet respectifs (probablement financés en partie par le racket lié aux frais d'application de la CCT).
    Admettez une fois pour toute que vous ne représentez plus grand monde et trouvez une autre activité : l'agriculture manque de bras.

  • SEV

    SEV 03/11/2016 08:34:24

    Monsieur Schaer,
    si l'on vous suit, tous les moyens sont bons pour gagner une élection, même l'utilisation illicite de mails. C'est pour le moins surprenant cette défense des tricheurs...
    Pour le taux de représentativité, on vous rappellera seulement que le SEV organise plus de la moitié des employé-e-s CFF et que la modeste contribution aux frais d'application que vous versez chaque mois vous permet de bénéficier d'une CCT, parmi les meilleures du pays. Mais peut-être rêvez-vous d'une entreprise sans CCT et donc de moins bonnes conditions de travail et sociales?

  • H.Schaer

    H.Schaer 03/11/2016 14:08:54

    Bonjour SEV,

    Je trouve intéressante votre manière de dénigrer d'emblée vos "adversaires" en les traitant de tricheurs. Si ce n'est pas de la diffamation ça y ressemble pas mal.
    Concernant la représentativité à laquelle vous prétendez, vous devez admettre que si la moitié (c'est vous qui l'annoncez) des collaborateurs sont membres de votre association, l'autre moitié ne se reconnait pas dans votre mouvement et ne souhaite pas (ou pas forcément) être représentée par vos soins.
    Dès lors votre recours n'avait aucune raison d'être puisque même avec un siège en moins les syndicats restaient largement surreprésentés au sein du conseil de fondation. Du coup, je m'inquiète un peu de votre réaction dans l'éventualité où le nouveau scrutin vous serait encore moins favorable.
    Pour finir sur la CCT, je la prends comme elle est. Si vous pensez que c'est la meilleure et que c'est grâce à vous je n'essaierai même pas de vous ôter vos illusions.

  • SEV

    SEV 03/11/2016 16:19:52

    Rebonjour,
    La surreprésentation syndicale que vous invoquez est une hypothèse puisque chaque collaborateur et collaboratrice, syndiqué-e ou non, peut voter la liste syndicale. Et l'inverse est aussi possible puisque des syndiqué-e-s ont tout le loisir de voter pour d'autres listes. Le respect des règles d'élections est fondamental. Encore une fois, je m'étonne de votre soutien à des moyens illicites. Et lorsque certains en font usage, ils ne doivent pas craindre d'être traités de tricheurs. Dans certaines élections, on exclut ceux qui ne respectent pas les règles. Dans le cas présent, la "sanction" est relativement clémente.
    Le tout repartant de zéro, le SEV se réjouit que des élections correctes puissent avoir lieu. Et si tel est le cas, le résultat sera accepté, quel qu'il soit.
    Le SEV vous remercie par avance pour votre volonté de débattre. Et que les meilleurs gagnent!

  • h.Schaer

    h.Schaer 03/11/2016 18:01:48

    Vous parlez de moyens illicites avec l'envoi de cet e-mail, mais quelles possibilités les listes indépendantes ont-elles pour se faire connaître ? Elles ne bénéficient pas de vos moyens comme les sites Internet sur lesquels vos collègues de Transfair, VSLF et KVÖV ont publié des recommandations (vous je ne sais pas) ou l'affichage sur les lieux de travail comme vous l'avez pratiqué (sauf erreur à Olten).
    Tout ceci a pour résultat de bétonner la représentation syndicale au conseil de fondation, ce que vous ne semblez pas particulièrement heureux de voir changer.
    Avant de clore le débat et de souhaiter -tout comme vous- que le meilleur gagne, je vais vous poser une simple question : dans le contexte du nouveau scrutin, admettrez-vous que la ou les liste(s) indépendantes reçoivent des soutiens de la part de collaborateurs (entre autres) dans le but de financer une campagne électorale digne de ce nom?

    Je me réjouis de vous lire et vous souhaite une agréable soirée.

  • SEV

    SEV 03/11/2016 22:23:01

    La question des moyens financiers à disposition se pose évidemment comme lors de toute élection. Sur quel soutien financier une liste toute fraîche peut-elle compter? A moins d'une collecte de fonds préalable ou de cotisations je ne vois pas. Parvenir à décrocher un siège est un vrai défi pour toute liste créée quelques semaines avant les élections. sans existence préalable difficile de se faire connaître.

  • H. Schaer

    H. Schaer 04/11/2016 08:43:47

    Je suis entièrement d'accord avec vous. C'est pourquoi je vais casser ma tirelire et m'employer à trouver d'autres contributeurs.

    Excellente journée.

  • Mathi

    Mathi 08/11/2016 21:29:46

    Na ja, der SEV hat bei der Wahl 2 Sitze verloren. Die Wahl wird nun nicht akzeptiert. Nun sucht man das Haar in der Suppe der Liste3-Vertreter. Demokratieverständnis "à la Trump" - und dies vom SEV...

Kommentar schreiben