| Actualité / journal SEV

Journée Clean

Allocation plus élevée pour travaux pénibles

Les participants à la journée Clean avec Hans Ruh (au milieu) qui a grandement contribué à la défense de l’allocation pour travaux penibles pour le nettoyage des WC.

Le 18 janvier à Olten, plus de 30 collaboratrices et collaborateurs des services du nettoyage et de la manoeuvre qui travaillent à la division Voyageurs des CFF se sont rencontrés. Les thèmes de cette journée: le résultat des négociations sur l’allocation pour travaux pénibles et le «nettoyage ciblé sur les besoins» (projet «Cleaning 4.0»).

Le secrétaire syndical SEV Jürg Hurni a rappelé que les CFF avaient voulu supprimer au printemps 2019 l’allocation pour travaux pénibles qui se montait à 1 fr.45 pour le nettoyage des WC dans les trains de voyageurs. Ils avaient motivé leur décision par le fait que depuis le début 2018, le nettoyage des WC figurait dans la description de poste du personnel Cleaning et que cette tâche était donc déjà couverte par le salaire. Le SEV n’a pas accepté la suppression de la cette allocation pour une catégorie professionnelle qui n’a déjà pas un salaire élevé, parce que le nettoyage des WC est une tâche particulièrement désagréable et qu’elle donne tout à fait le droit à l’allocation pour travaux pénibles selon le règlement R 113.2. Bien sûr, les CFF ont fait la modification de la description de poste de manière unilatérale. Comme ils persistaient à vouloir maintenir cette suppression et voulaient même l’étendre au nettoyage des graffitis, le SEV s’est adressé aux médias. Le public a assez mal accepté cette attaque vis-à-vis des personnes du nettoyage qui ont déjà de petits revenus. L’action de protestation courageuse de Hans Ruh (voir encadré) a grandement contribué à ce que les CFF négocient avec le SEV une solution transitoire acceptable pour 2019 et, à l’automne, une nouvelle solution pour 2020 et les années suivantes a été trouvée.

La somme de l’allocation pour le nettoyage des WC est considérablement plus élevée

Cette solution prévoit pour l’allocation pour le nettoyage des WC dans les trains de voyageurs les forfaits mensuels suivants:

• 50 francs pour le personnel Cleaning;

• 30 francs pour les chef-fe-s d’équipe Cleaning (car ces personnes sont employées selon leur description de poste à 60% pour les tâches de nettoyage);

• 20 francs pour le personnel de la manoeuvre auquel on a attribué des travaux de nettoyage.

«A l’avenir, chaque collaborateur et collaboratrice Cleaning recevra pour le nettoyage des WC une allocation annuelle de 600 fr. pour les travaux pénibles», a expliqué Jürg Hurni. «Ceci représente une augmentation considérable du montant de cette allocation pour tout le personnel Cleaning.» Il n’y aura par contre pas d’allocation forfaitaire pour le nettoyage des graffitis sur les véhicules ni pour la vidange des systèmes fermés de WC. Ces travaux continueront d’être enregistrés séparément et les indemnités seront payées individuellement selon la directive P 142.5.

Jürg Hurni a souligné que le SEV a accepté une solution forfaitaire pour l’allocation pour travaux pénibles à la seule condition que ces tâches soient distribuées de manière équitable dans les teams. On verra si cela fonctionne, des tests pratiques seront faits en mars et en avril sur plusieurs sites. «Nous vous prions de faire appel au SEV si le nettoyage des WC est réparti sur quelques personnes seulement», a demandé aux collègues le secrétaire syndical Christoph Geissbühler qui animait la journée. «Et contactez-nous aussi pour tout problème ou toute question!»

Daniel Purtschert, co-président RPV Zürich (debout, à gauche) et le secrétaire syndical Christoph Geissbühler (debout au fond) ont organisé ensemble la journée clean.

Améliorer la situation des temporaires

Malheureusement, les CFF ne sont toujours pas prêts à octroyer des allocations pour travaux pénibles au personnel temporaire. Le SEV avait proposé une majoration de temps puisqu’une allocation en argent serait encaissée en partie par l’agence temporaire. «De manière générale, le SEV veut améliorer la situation du personnel temporaire», a affirmé la vice-présidente du SEV Barbara Spalinger. L’objectif du SEV est d’obtenir pour ces personnes des salaires équivalents à ceux des employés fixes, de même que pour les allocations. «Aidez-nous à recruter le personnel temporaire!» a demandé Barbara Spalinger, «nous organiserons une assemblée pour eux au printemps.» Elle a rappelé que le SEV a baissé la cotisation de base pour le personnel temporaire de 30 à 22 francs par mois.

Besoin d’agir à CFF Immobilier

Barbara Spalinger a en outre annoncé que le SEV voulait aussi profiter des négociations sur un nouveau système salarial exigé par les CFF (qui débuteront probablement cet été) pour mettre à niveau les inégalités. «Il n’est pas admissible que le personnel de CFF Immobilier ne reçoive pas d’allocation pour travaux pénibles pour le nettoyage des WC. Ce n’est pas juste que pour le même travail désagréable, les uns reçoivent l’allocation et les autres pas.»

Inputs du Tessin

Une partie du groupe tessinois.

Les collègues tessinois ont amené des idées sur la manière de protéger le climat chez Cleaning, par exemple en utilisant plusieurs fois les mêmes chiffons. Ils ont aussi proposé que les collègues puissent faire des stages sur une base volontaire dans d’autres lieux de travail pour connaître les autres méthodes de travail.

Markus Fischer

Enable JavaScript to view protected content.

Merci Hans Ruh

Hans Ruh (rechts) an der Cleantagung.
Théologien et ancien professeur d’éthique sociale à l’Université de Zurich, Hans Ruh a expliqué à la journée Clean pourquoi la suppression de l’allocation pour travaux pénibles l’avait tellement choqué, et ce qui l’avait poussé à faire une action de protestation dans les toilettes du train entre Zurich et Berne, le jour de son 86ème anniversaire: «Les CFF ont renforcé par cette décision les grandes inégalités salariales répandues un peu partout, péché mortel de l’humanité. Deuxièmement, je me suis indigné du manque de respect et de reconnaissance envers le personnel.» Grâce à l’écho médiatique, les CFF ont pris contact avec lui et l’ont rencontré, puis ils ont admis avoir commis une erreur. Il a donc pu laisser tomber sa menace d’occuper chaque semaine un WC d’un train.

Cleaning 4.0

Tobias Strahm

«Il y a toujours moins de temps à disposition pour le nettoyage des trains et les perturbations et les changements de dernière minute augmentent. Par conséquent dans le nettoyage des trains les tableaux de service fixes ne peuvent plus être appliqués» a expliqué Tobias Strahm, chef du projet CFF «Cleaning 4.0». «Ceci nous pousse donc à avoir un nettoyage plus flexible «ciblé sur les besoins», grâce à des outils numériques.»

Les collaborateurs Cleaning reçoivent via la «Train Clean App» sur leur téléphone portable ou leur tablette les informations en temps réel sur les lieux où se trouvent les trains à nettoyer ainsi que sur leur état: sur l’app on voit ce que les teams Cleaning – et à l’avenir aussi le personnel des trains et des locs – ont inséré dans le système sur l’état des trains et sur les travaux de nettoyage qui ont été effectués récemment dans ces trains. Grâce à ces annonces, aux statistiques et aux notifications des capteurs (p. ex. les réserves d’eau dans les WC), les nettoyeurs décident eux-mêmes quels travaux effectuer dans quels trains durant le temps à disposition, et comment fixer les priorités.

Selon Tobias Strahm, le personnel apprécie d’avoir lui-même accès aux informations et l’utilisation de l’app, actuellement en phase de test, ne fait pas perdre trop de temps. L’accent est mis sur une bonne introduction et un accompagnement de tous les collaborateurs et collaboratrices, ainsi que des chef-fe-s d’équipe et de team. Leurs feedbacks serviront à améliorer le système.

Ecrire un commentaire