| Actualité / journal SEV

Référendum contre RIE III déposé: la bataille sera rude

57 000 signatures valables, dont plus de 4200 par le SEV. Le référendum contre la RIE III a été déposé le 6 octobre. La bataille peut désormais commencer en vue de la votation, en février 2017 probablement. Les conséquences sur les cantons, et donc les transports publics, sont catastrophiques.

Lors de la remise des 57 000 signatures valables, le SEV était présent avec sa vice-présidente Barbara Spalinger, les secrétaires syndicaux Roman Gugger et Michael Buletti, et le coach romand des sections Baptiste Morier.

Une cinquantaine de membres de l’alliance composée du PS, des Verts, de la JS, des Jeunes Verts, de solidaritéS, du PST-POP, de l’Union syndicale suisse (USS), d’Unia, du SEV, de syndicom, du SSP, de l’APC, du SIT, et d’attac ont déposé le référendum le 6 octobre. «Certaines entreprises et leurs actionnaires gagnent des milliards grâce à cette opaque entourloupe fiscale. Les cantons vont trinquer et nul ne sait exactement quelle taille auront les trous creusés dans les comptes publics», a expliqué le vice-président du PS Beat Jans: «Un non montrerait la voie vers une réforme modérée et équilibrée.»

La troisième réforme de l’imposition des entreprises est censée abolir les privilèges fiscaux interdits au niveau international. En réalité, elle crée de nouvelles possibilités d’échapper à l’impôt pour les grands groupes et les gros actionnaires. La loi est volontairement rédigée de manière compliquée. «Les villes sont en première ligne et elles n’ont aucune marge de manoeuvre, a déploré Pierre Conscience, de solidaritéS. La concurrence que se livrent et se sont livrés les cantons a déjà vidé leurs caisses. On assiste à une escroquerie en bande organisée, à une fusillade des prestations publiques.» Et Pierre Conscience d’en appeler à tous ceux et celles qui ne font pas partie de l’alliance. «Affirmez votre opposition à RIE III. Ce combat doit être unitaire.»

Car les coûts de la RIE III sont complétement imprévisibles. Elle coûtera à coup sûr 2,7 milliards, soit 1,3 à la Confédération et la même chose voire plus aux cantons et communes.

Pour la vice-présidente de l’USS, Vania Alleva, les choses sont claires: les cantons devront économiser ailleurs: «Les travailleurs et les travailleuses, la population dans son ensemble devra payer la facture, soit par des augmentations d’impôts, plus de taxes ou des réductions de prestations.»

L’alliance porte un regard confiant sur cette votation et est certaine que les votant-e-s ne se laisseront pas duper par l’arnaque de l’imposition des entreprises. La RIE II avait été acceptée de justesse et même le Tribunal fédéral avait reconnu que la population avait été trompée lors de la votation de 2008. Le Conseil fédéral prévoyait des coûts à hauteur de 86 millions. Selon l'administration fédérale des contributions, il en a coûté entre 400 et 600 millions aux collectivités publiques, plus d'un milliard selon l'USS. Une arnaque, pas deux.

Vivian Bologna

Les transports publics en danger

On ne le dira jamais assez: l’impact sur les collectivités publiques de la Réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) sera dévastateur pour les transports publics. Avec des milliards qui disparaissent, les cantons devront couper dans d’autres prestations qu’ils financent.

Qui peut raisonnablement penser que les transports publics échapperont aux économies? «Lorsqu’un syndicat demande aux multinationales de répartir ses gains de manière à ce que le personnel en bénéficie aussi, la répartition est un gros mot!» fustige la vice-présidente du SEV, Barbara Spalinger. «Et lorsqu’une multinationale obtient des cadeaux fiscaux et qu’en parallèle des subventions aux primes maladie sont réduites, voire supprimées, on parle là d’attractivité pour les entreprises, pas de répartition. Cette politique des caisses vides est limpide. On baisse les impôts des plus fortunés et on se plaint ensuite des déficits. Il faut ensuite faire des écomies dans les prestations.»

Après avoir récolté plus de 4200 signatures contre la réforme, le SEV va donc s’engager pour combattre cette réforme qui mettrait en danger les emplois dans les transports publics, qui dégraderait les conditions de travail, voire qui pousserait les cantons à exercer une pression majeure sur les entreprises en les mettant en concurrence. Les pires conséquences sont envisageables.

vbo

Ecrire un commentaire