| Actualité / journal SEV

Plus de sécurité pour le personnel et les voyageurs

Les CFF modifient le processus 
d'expédition des trains selon la 
proposition du SEV

© SBB CFF FFS

Afin d’assurer la sécurité des assistants clientèle et des voyageurs, après l’accident mortel de l’un d’eux, le SEV a exigé une modification du processus d’expédition des trains. «Nous sommes soulagés d’apprendre que les CFF ont décidé d’appliquer notre proposition», souligne Jean-Pierre Etique.

La sécurité du personnel est primordiale pour le SEV. C’est pourquoi il a exigé en août déjà, après les premières conclusions au sujet du tragique accident dans lequel un chef assistant clientèle a péri, que la procédure d’autorisation de départ soit examinée et que le processus en cas de commande des portes défectueuses en régime d’exploitation 18 pôles soit utilisé en tant que mesure urgente.

De plus le SEV a demandé que l’autorisation de départ soit donnée par sms seulement après que l’assistant clientèle fut monté dans le train et qu’il eut fermé sa propre porte.

Les discussions ont porté leurs fruits: «Au cours de discussions intensives avec la direction des CFF, nous avons expliqué durant les dernières semaines la problématique du personnel d’accompagnement des trains, poursuit Jürg Hurni. Et cela porté ses fruits. «Nous prenons acte avec soulagement de la décision d’introduire le processus que nous avons proposé, avec un complément en cas d’autorisation de départ donnée au coffret.»

Avec le processus modifié, maintenant les assistants clientèle observent la fermeture des portes depuis l’extérieur du train et donnent l’autorisation de départ seulement après être montés dans le train et avoir fermé leur porte. Ceci permet d’intervenir en cas de besoin, si un objet ou une personne devait rester coincé lors de la fermeture des portes. Ainsi la sécurité du personnel et des voyageurs est augmentée.

«La sécurité du personnel est la principale priorité du SEV, même si cela peut engendrer des retards», insiste Jürg Hurni.

Les CFF ont écrit lundi le personnel des trains de l’accord trouvé avec le SEV. Le processus est valable dès le 30 septembre 2019 et sera appliqué dans tous les trains navettes Re 460 (à un et deux étages) et toutes les compositions avec locomotive, avec un système de fermeture des portes en régime d’exploitation 18 ou 13 pôles.

Des paroles aux actes !

Edito de Giorgio Tuti

A quoi sert un syndicat? Vaut-il la peine d’être syndiqué-e ?A l’heure où le SEV fête ses 100 ans, l’actualité syndicale 2019 offre des réponses à celles et ceux qui ont de sérieux doutes.

On peut regarder autour de nous et obsever les mouvements sociaux chez General Motors ou chez les pilotes de British Airways où les syndicats soutiennent les revendications d’un personnel se mobilisant pour de meilleures conditions de travail ou salariales. Nous pouvons aussi regarder ce que nous avons accompli en cette année de centenaire. Les succès engrangés ne sont pas des moindres.

Je suis particulièrement fier des résultats obtenus aux CFF depuis six mois. La participation aux bons résultats financiers de l’entreprise n’est que la juste reconnaissance d’un engagement sans faille du personnel.

Ce printemps, nous avons pu maintenir l’indemnité pour travaux salissants de 1 fr.45 de l’heure que l’entreprise voulait enlever à une catégorie professionnelle aux salaires déjà bas.

Deux autres dossiers brûlants viennent s’ajouter à la liste:la modification du processus de départ des trains suite à l’accident de Baden et la clôture du dossier de la Décision 25 qui date de la CCT 2011 avec la reconnaissance salariale pour les mécaniciens B100 de CFF Infrastructures. Certains de ces succès permettent d’en imaginer de nouveaux pour d’autres catégories professionnelles et les retraité-e-s.

Car ce sont sur ce genre de victoires que l’on peut s’appuyer pour améliorer les conditions de travail et salariales des travailleurs et travailleuses. Il n’est pas non plus inutile de rappeler ce que nous avons pu sauver lors de la dernière négociation CCT, à l’instar de la semaine de vacances pour les plus de 60 ans ou la protection contre le licenciement.

Mais je trouve aussi une certaine satisfaction en lisant l’interview du chef des RH des CFF diffusée au personnel la semaine dernière. J’y ai entrevu un changement de ton pour tenter de reconquérir la confiance du personnel.

J’y ai aussi lu la volonté de se recentrer sur les fondamentaux, presque en symbiose totale avec nos revendications.

Si j’ai l’impression qu’on a été entendu, l’avenir dira s’il s’agit d’une simple opération de séduction ou d’un premier signe tangible de changement de culture que nous appelons de nos voeux.
Quoi qu’il en soit, le moment est idéal pour que la famille du SEV s’agrandisse encore.

Ecrire un commentaire