| Actualité / journal SEV

RailFit 20/30

Les RH des CFF se saignent

Aux Ressources humaines des CFF, on ne fait pas dans la dentelle quand il s’agit de montrer l’exemple. La réorganisation des RH dès le 1er janvier 2018 est un modèle du genre : 20% de postes en moins. On applaudit.

RailFit 20/30, c’est 1,2 milliard d’économies, et 1400 postes supprimés. Parmi ces derniers, concrètement, 56 des 281 postes des Ressources humaines des CFF disparaîtront, soit 20% des effectifs. « La direction des CFF ne saisit pas la chance offerte par les nouvelles technologies pour développer l’entreprise, mais uniquement pour des économies comptables … », critique vertement Daniel Froidevaux, secrétaire syndical SEV en charge du dossier. Les partenaires sociaux ont en effet fustigé la réorganisation « qui prend pour prétexte la numérisation pour atteindre des objectifs artificiels d’économie ! »

Il faudrait investir dans les RH

Cette restructuration entrera en vigueur le 1er janvier 2018. Elle prévoit le remplacement des conseillers RH par des centres de compétences RH. Si, à l’avenir, le personnel ayant une fonction de conduite ne sera plus dépendant de la disponibilité de son conseiller RH pour obtenir une information, il perdra la relation privilégiée qu’il pouvait entretenir avec lui et qui le soutenait de manière étroite dans des situations difficiles. Ainsi, la mécanisation des Ressources humaines des CFF, initiée en 2009 par la mise en place du HR Service Center, franchit une nouvelle étape.

Pour le SEV, la numérisation a bon dos dans ce dossier. Car les Ressources humaines devraient avoir plus d’importance aux CFF, alors que « les compétences de conduite du personnel ont besoin d’être améliorées et non pas affaiblies. Qui peut sérieusement penser qu’on va améliorer les prestations des RH en supprimant un cinquième des postes ? »

Le personnel concerné peut désormais postuler pour tenter de conserver son emploi, et parmi les personnes touchées, il y en a bien 30 qui n’ont pas encore quatre ans d’entreprise et qui risquent par conséquent d’être licenciées.

« Augmenter l’agilité »

Dans leur réponse apportée à la prise de position des partenaires sociaux, les responsables du projet n’en démordent pas. « Le nouveau modèle RH est important, il a notamment pour objectif d’augmenter l’agilité de l’organisation de nos RH. » Une agilité nécessaire à la transformation dictée par la numérisation qui va permettre d’offrir une « plus-value pour le travail au sein des Ressources humaines ».

De belles paroles théoriques qui sonnent creux. « C’est encore une fois le même discours qui nous est servi. On peut faire mieux avec moins. Nous constatons que la déshumanisation se poursuit aux CFF et qu’elle met en danger la santé des collaborateurs. Elle est réelle dans les trains et dans les gares. Elle prend la forme de diminutions drastiques d’emplois dans les services. On ne peut pas imaginer qu’au final les CFF seront meilleurs si la direction considère les collaborateurs sous l’angle d’une ressource économique ! », considère Daniel Froidevaux.

D’un point de vue juridique, cette réorganisation suscite des interrogations, comme le signale Franziska Schneider du service juridique du SEV : « D’un point de vue économique, une telle réorganisation pourrait même avoir du sens si on la consolidait un jour. En revanche, il faut la critiquer d’un point de vue humain et juridique. Les CFF vivent de procédures. Toutes les personnes concernées, employé-e-s et supérieur-e-s, ont des droits et des devoirs. Et les RH jouent un rôle qu’il ne faut pas sous-estimer. Nous allons y être très attentifs. Si nous constatons que la nouvelle compréhension du rôle des RH devait conduire à des procédures non conformes pour nos membres, alors nous entamerions les démarches nécessaires. »

Vivian Bologna

Commentaires

  • Thomas Mangold

    Thomas Mangold15/06/2017 05:18:10

    Nachdem die Personalbetreung – was die Kompetenzen betrifft – sukzessive von der Linie in den Moloch HR verschoben wurde, nahm im gleichen Mass die Qualität ab. Das Pesonal wurde zur Ressource, die sogennanten Coaches verkamen zu betriebsfremden Excel-Tabellen-Produzenten und den lokale Teamleitern blieb noch die undankbare Aufgabe, die unpopulären Entscheide ohne Wenn und Aber im Team umzusetzen.
    Wegen HR rollt kein einziger Zug pünktlicher oder besser ausgelastet. Die Revolution frisst ihre Kinder!

  • Clemens Cola

    Clemens Cola15/06/2017 07:09:43

    Gerade der Bereich, welcher die Folgen der Digitalisierung abfedern sollte wird nun selbst Opfer dieses Wahnsinns, namens RailFit. Kolleginnen und Kollegen, welche betroffen sind, werden in einem "Prozess" abgearbeitet, dabei bräuchten sie möglichst persönliche Ansprechpersonen, welche geschult sind und sich mit viel Einfühlungsvermögen der Probleme annehmen. Die Absenzenzahlen werden wohl eher nicht sinken.

Ecrire un commentaire