| Actualité / journal SEV

Aussi bien le SOB que le BLS mettent la pression sur les CFF avec des projets au Gothard et au Simplon

Gros dilemne au Gothard

Les CFF récoltaient déjà beaucoup de critiques sur ses projets pour la ligne de faîte du Gothard. Le SOB s’en mêle maintenant et toute l’affaire devient délicate.

Le charme de la ligne de faîte du Gothard: l’église de Wassen, que les passagers aperçoivent trois fois grâce au tunnel hélicoïdal.

Il y a seulement quelques années de cela, les CFF avaient exprimé l’intention de fermer la ligne de faîte du Gothard dès l’ouverture du tunnel de base. Les raisons: trop cher à l’entretien et peu attractif pour les voyageurs.

Concept des CFF inapproprié

Désormais, la fermeture n’est plus d’actualité, mais les CFF ne se montrent pas non plus très motivés par cette ligne. Leur idée d’offrir une offre minimale en faisant circuler des compositions du trafic régional, donc non accompagnées, est critiquée de toutes parts. Le SEV n’est pas en reste, lui qui estime que faire des circuler des trains non accompagnés sur ce tronçon qui comporte plusieurs tunnels hélicoïdaux et un tunnel de faîte de 15 kilomètres est complètement irresponsable.

Pro Bahn, association de défense des intérêts des usagers, critique le peu de confort du matériel roulant choisi, ainsi que l’offre proposée, qui n’inclut plus de trains directs entre Arth-Goldau et Lugano ou Locarno. Les experts du tourisme estiment également que l’offre des CFF est trop maigre.

Entrée en scène du SOB

Il y a deux ans déjà, le SOB (Südostbahn) avait manifesté son intérêt et avait livré un concept de trafic régional bénéficiant de l’indemnisation. Il avait eu tort, puisque premièrement, l’Office fédéral des transports avait estimé que la ligne de faîte restait concession des CFF, dans le trafic Grandes Lignes, et deuxièmement, les cantons n’avaient montré que peu d’intérêt à participer financièrement à ces prestations.

Mais lorsque les CFF ont présenté leur concept quasi inchangé, le SOB est revenu à la charge avec un projet incluant une offre de trafic Grandes Lignes prévoyant des trains entre Arth-Goldau et Lugano ainsi que des liaisons directes depuis Bâle et Zurich vers le Tessin, passant par la ligne de faîte. Mais l’appétit du SOB n’est pas totalement assouvi avec cela : il propose également de prolonger le Rheintalexpress Coire–St-Gall en direction de Zurich. Avec le Voralpen-Express Lucerne–Arth-Goldau–St-Gall, déjà opéré par le SOB, il y aurait ainsi un réseau structuré entre Bâle-Lugano et Coire qui permettrait d’importants gains d’efficacité et qui génère donc une offre qui couvre ses coûts.

Le BLS lorgne sur le Simplon

Le BLS est entré en même temps dans l’arène, renouvelant sa proposition de faire circuler ses trains du Lötschberg jusqu’à Domodossola, via Brigue. Mais là, il s’agit de trafic régional pur et la décision appartient non pas à l’OFT mais à l’Italie.

pmo/Hes

Commentaire

C’est plus compliqué qu’il n’y paraît

De gauche à droite, c’est le soutien au SOB qui domine, car il a su montrer comment la ligne de faîte du Gothard pourrait être exploitée à l’avenir, de façon attractive et de manière autofinancée. En fait, il faut bien avouer que les CFF leur ont rendu la tâche facile en négligeant totalement la ligne de montagne.

Mais si le SOB obtient la ligne de faîte, des questions essentielles se poseront alors: l’entreprise devra recruter du personnel des trains et des mécanos, tandis que les CFF et Tilo se retrouveront en surnombre. On connaît d’ailleurs les chiffres au niveau du personnel des trains au Tessin.

Le SEV est un partenaire social des deux entreprises et représenterait donc les revendications du personnel des deux côtés. C’est pourquoi il renonce à prendre parti activement pour l’une ou l’autre proposition.

La critique du SEV face à l’offre des CFF est connue. Il est clair qu’une attribution au SOB améliorerait l’offre et répondrait aux revendications du personnel des trains. L’OFT a par ailleurs promis de veiller à cette question également en cas de nouvelle concession aux CFF.

Mais l’octroi au SOB soulèverait d’autres questions en matière de politique des transports, que le SEV pointe du doigt depuis longtemps. Si l’OFT autorise un autre fournisseur que les CFF dans le Trafic Grandes Lignes, cela constituerait une ouverture qui aiguiserait rapidement les appétits.

Le quatrième paquet ferroviaire prévoit la libéralisation du Trafic Grandes Lignes: on aurait une fois de plus l’impression que la Suisse obéit à l’Europe avec un temps d’avance. Le SOB serait alors le fer de lance pour les groupes étrangers, aussi bien étatiques que privés.

Peter Moor/Hes

Commentaires

  • Stefan Waldispühl

    Stefan Waldispühl 06/08/2016 10:29:22

    Eines ist klar - das ab Ende 2016 geplante SBB-Konzept für die Gotthard-Bergstrecke ist billig, kundenunfreundlich und aus touristischer Sicht (Bahnland Schweiz!) komplett untauglich! Bleibt dies so einige Jahre bestehen, wird auf der Gotthard-Bergstrecke in ein paar Jahren kein Zug mehr fahren, das BAV hat dann genug Argumente, die Strecke stillzulegen.

    Es ist sicherlich auch im Interesse des SEV, das Angebot von SOB, BLS oder wem auch immer zu unterstützen, solange dieses um Längen besser ist als dasjenige der SBB. Auf jeden Fall lieber ein kundenfreundliches, innovatives, touristisch wertvolles Angebot mit anständigem Rollmaterial in BLS-grün oder SOB-rot, attraktiven Fahrplänen, das auch die Bergstrecke langfristig sichern vermag.

    Nur so wird der Druck auf SBB und BAV gross genug sein, um ein Desaster an der historischen Gotthardstrecke zu verhindern.

Ecrire un commentaire