| Focus.SEV

Pas d’augmentation depuis des années à Zurich: le SEV sensibilise les responsables

Des salaires qui stagnent

Depuis six ans, les salaires de base n’ont pas été revus à la hausse au sein des entreprises de transports de la communauté zurichoise (ZVV) qui regroupe une cinquantaine d’entreprises. Le personnel en a assez, lui qui voit les loyers et les primes de caisse maladie augmenter.

Les mécanos perdent plus de temps dans les villes qu’ici.

Le 30 avril, la délégation SEV, composée de représentants des sections VPT Forchbahn, SZU, VZO et ZSG et de notre secrétariat zurichois ont présenté une série de faits aux dirigeants de la communauté des entreprises de transports lors de leur rencontre annuelle:

Trop peu de moyens

Ces dernières années, de 2010 à 2015, les pouvoirs publics ont mis trop peu de moyens à disposition des entreprises, arguant de la mauvaise situation financière cantonale et de la faible hausse du renchérissement (+0,9 % durant cette période). Les entreprises de la ZVV n’ont donc mis que 2,3 % pour les hausses de salaires, soit 0,25 % en moyenne par année. Les entreprises n’ont même pas pu financer les hausses individuelles prévues par le système salarial, encore moins les augmentations générales.

« A titre d’exemple, les transports publics zurichois et oberlandais - VZO - avaient besoin de 0,65 % de hausse de la masse salariale pour respecter les augmentations prévues par leur système salarial », explique le secrétaire syndical Arne Hegland. « Comme la commission des transports n’a donné que 0,3 % pour 2015, la direction de la VZO n’a répercuté que ces 0,3 % sur le personnel et les 0,35 % manquants n’ont pas été compensés par d’autres moyens de l’entreprise.» Arne Hegland tient toutefois compte que l’entreprise a cherché plusieurs moyens pour que le personnel reçoive les hausses individuelles.

Au sein de la SZU, l’entreprise a aussi fait des économies sur les salaires: « Malgré notre système basé sur le mérite, les meilleurs employés n’ont pas forcément obtenu davantage de salaire, car il n’y avait tout simplement pas d’argent pour alimenter le système », explique Daniel Wollenmann, président de la section VPT-Sihltal.

Le manque d’argent a entraîné une stagnation des salaires. « Depuis 2004, mon salaire n’a été revu à la hausse qu’en 2005 et 2008, lorsque j’ai passé mes examens OFT de conducteur de bateau », raconte Björn Petersen, président de la section VPT Lac de Zurich. Son salaire a grimpé de 17 % tandis que les primes de caisse maladie ont pris l’ascenseur de 35 % et les loyers de 17 %. « La ZVV a tout de même donné un bonus en raison de la satisfaction des clients et l’entreprise a octroyé des primes et chèques Reka presque chaque année », reconnaissent Petersen et Wollenmann. « Mais ce n’est pas durable! »

La situation décrite par le conducteur de bus et vice-président de la section VZO Dario Persico n’est guère différente. Son salaire brut a crû de 4,5 % entre 2010 et 2015, alors que les primes maladie de sa famille de quatre personnes ont augmenté de 8 à 12 % par année, et même de 15 % cette année. Et c’est encore plus cher lorsqu’on est malade. « J’ai connu des problèmes de santé ces deux dernières années et cela m’a coûté quelque 50 000 fr. entre les franchises, les traitements et les médicaments non remboursés », témoigne Guido Hungerbühler, spécialiste en véhicules ferroviaires et mécanicien chez FB. « Heureusement, j’ai pu continuer à travailler chez FB. » Avec la hausse du nombre de passagers et des emplois en stagnation, la conduite est devenue plus pénible, aussi en raison de piétons moins attentifs, collés sur leur natel. Le risque de maladie est donc en hausse, considèrent Guido Hungerbühler et Dario Persico. Ce dernier n’oublie pas que la naissance d’un enfant occasionne souvent un déménagement: « Nombre de 3,5 pièces coûtent aujourd’hui plus de 2000 fr., plus du tiers du salaire! »

« Les gains de productivité doivent aussi bénéficier au personnel », insiste la secrétaire syndicale SEV Regula Bieri. Et sa collègue Edith Graf-Litscher de résumer: « Après six ans de stagnation, le personnel a mérité une valorisation durable des salaires. Dans les TP, il faut aussi investir dans le personnel, pas seulement dans le béton! » Fi/vbo

Ecrire un commentaire