| Actualité / journal SEV

Solidarité

Solidar, l’œuvre d’entraide des syndicats

Fin mars 2021, un incendie majeur a fait rage dans des camps de réfugiés rohingyas au Bangladesh. Solidar Suisse a fourni à 310 familles qui avaient perdu leur logement des ustensiles de cuisine, des articles d'hygiène et du matériel de premiers secours.

En cette période difficile sur le plan sanitaire et économique, il nous a semblé pertinent de nous pencher sur une ONG pas comme les autres, Solidar Suisse, dont les origines ouvrières ne sont pas forcément connues. On plonge dans son identité avec son chargé de communication romand, Lionel Frei.

Vous vous souvenez peut-être d’un humain contorsionné pour former une machine à coudre ? L’image est l’oeuvre de Solidar ou plutôt l’une de ses dernières campagnes de sensibilisation à l’indécence des conditions de travail dans l’industrie du textile. Une image qui exprime à elle seule l’engagement de Solidar. « Nous sommes actifs dans l’aide au développement par le biais de projets. Mais notre engagement est bien sûr politique car nous estimons que la sensibilisation des habitants des pays du Nord est fondamentale pour faire pression sur les multinationales actives dans les pays du Sud», explique Lionel Frei.

Parmi les dernières campagnes, citons celle pour mettre en lumière les conditions de travail au Qatar sur les chantiers de constructions liés à la prochaine Coupe du monde de football en 2022 ou l’initiative pour des Multinationale responsable ou « plus récemment sur la récolte de coton au Burkina Faso par des enfants. Cela concerne directement la Suisse puisque des sociétés actives dans sa commercialisation ont leur siège dans notre pays», explique Lionel Frei.

La production de l’huile de palme en Malaisie fait aussi l’objet de critiques: « Nous avons mené des investigations dans deux plantations qui vendent directement et indirectement leur productionà Nestlé. L’accès aux soins des travailleurs et travailleuses est inexistant; des enfants y sont employés... Les carences en matière de droits humains y sont criardes », enfonce Lionel Frei.

Besoin de soutien

Solidar n’est pas une ONG parmi d’autres. Elle puise ses racines dans le mouvement ouvrier (voir ci-contre). C’est donc en toute logique que des syndicalistes de l’USS siègent au comité. Son budget annuel est de quelque 17 millions, dont un tiers de la Confédération, quelque 20% des cantons et communes et un bon quart de donateurs et donatrices individuel-le-s. « On ne pourrait pas être actifs dans autant de pays - 15 actuellement pour 60 projets sans les dons. Il sont d’autant plus importants que le DFAE a décidé de ne plus soutenir le financement de campagnes de sensibilisation politique suite à la votation sur les Multinationales responsables. Nous le regrettons car nous estimons que ce travail de sensibilisation est crucial. Mais nous allons le poursuivre. Il faut préciser que nous respectons le label zewo. Ainsi, le donateur a la certitude que 80% de son versement va en faveur du projet qu’il soutient. Les 20% restants sont utilisés pour les frais de fonctionnement de Solidar: 13% de frais de gestion, 7% de frais de collecte de fonds », relève Lionel Frei.

Les syndiqué-e-s peuvent aussi soutenir l’ONG en s’abonnant au magazine de Solidar ou aux newsletters, en signant et en diffusant les pétitions et campagnes « Il n’y a pas de petit geste », conclut Lionel Frei.

Plus d’info sur solidar.ch

Vivian Bologna
Enable JavaScript to view protected content.

De l’Oeuvre suisse d’entraide ouvrière à Solidar Suisse

Solidar Suisse a été fondée en 1936, sous le nom d’Œuvre Suisse d’entraide ouvrière (OSEO), par l’Union syndicale suisse (USS) et le Parti socialiste suisse (PSS). L’objectif était d’apporter une assistance aux travailleurs et travailleuses frappés par la Grande Dépression de 1929, puis de dispenser une aide humanitaire lors de la guerre civile en Espagne. Son activité s’est développée après la guerre dans le domaine de l’aide et de l’accueil aux réfugié-e-s et requérant-e-s d’asile.

Dès les années ’90, la montée du chômage a conduit l’œuvre d’entraide à se réorienter dans le domaine de la réinsertion des personnes sans emploi. A l’étranger, Solidar Suisse s’est engagée dès 1949 dans le domaine de la coopération au développement et de l’aide humanitaire. Cet engagement précoce en fait l’une des plus anciennes œuvres d’entraide helvétiques.

Depuis la réorganisation de 2005, dix associations régionales assurent les activités de l’OSEO en Suisse en travaillant dans le domaine de l’intégration professionnelle et sociale. L’ancien « département international de l’OSEO », actif dans la coopération au développement, est devenu une organisation indépendante, Solidar Suisse, dont le nom a été adopté en 2011. Il résume son programme : Solidar s’engage pour la solidarité, des conditions de travail décentes, la justice sociale et contre les inégalités extrêmes. Solidar Suisse favorise aussi la participation démocratique et contribue à des programmes humanitaires et à la reconstruction suite à des catastrophes, naturelles et humaines, dans les régions défavorisées.

Ecrire un commentaire