| Actualité / journal SEV

Sous-fédération RPV

Les problèmes chez Clean au grand jour

La première journée Clean s’est déroulée le 2 février à Rothenburg. Elle fut organisée par la section RPV Zurich afin de discuter des problèmes du domaine Clean de manière approfondie.

Juan José Grau de la RPV Zurich présente le nouveau système Clean 4.0 qui est entré en vigueur le 1er janvier.

Daniel Purtschert, co-président RPV Zurich, a salué les 22 membres présents ainsi qu’Hanspeter Eggenberger, président central RPV et Manuel Avallone, vice-président SEV, qui étaient invités.

Le membre-adjoint Juan José Grau a présenté le nouveau système Clean 4.0 qui est entré en vigueur le 1er janvier. Ce système de nettoyage cause divers problèmes car les méthodes de nettoyage peuvent différer selon les régions. De plus, c’est le chef d’équipe Clean qui doit décider ce qui doit être nettoyé en combien de temps selon le plan d’occupation. L’ambiance est mauvaise. Il y a même eu des discriminations: certains collègues sont avantagés pour obtenir une fonction plus élevée et d’autres pas. Un bon chef d’équipe a été déclassé et un collaborateur moins qualifié a été obligé de reprendre cette fonction, ce qui a déclenché une demande d’assistance judiciaire au SEV. En ce qui concerne la formation, il y a eu également de grandes différences. Les CFF ont convenu avec les syndicats de ne pas dépasser les 4% d’employés temporaires par rapport au nombre total de postes à plein temps dans le groupe. Le problème est que les employés temporaires n’ont pas pu suivre de cours sur la sécurité, ce qui représente un risque sur la place de travail. Au Tessin on travaille surtout de nuit parce que les trains ne peuvent pas être nettoyés. Les CFF veulent apparemment supprimer l’indemnité pour travaux particulièrement pénibles 2 et la remplacer par un montant forfaitaire. Manuel Avallone et Hanspeter Eggenberger l’ont dit clairement: ceci n’est pas acceptable, nous devons d’abord en discuter. Il n’y a plus de dédommagement automatique pour le remplacement d’un chef d’équipe depuis que les CFF ont supprimé il y a quelques années l’indemnité pour tâche de remplacement. Manuel Avallone explique que ce dédommagement doit être demandé par le collaborateur dans le cadre de l’entretien d’évaluation du personnel, car l’article 98 de la CCT prévoit que, pour la prise en charge d’une fonction avec des exigences plus élevées, des primes ou des récompenses doivent être octroyées.

Un membre fait remarquer que la prochaine évaluation du personnel se fera bientôt. Il ne faut pas signer quoi que ce soit si on a l’impression d’avoir été traité incorrectement. Il faut demander un deuxième entretien et se faire accompagner. On a aussi le droit de signaler à l’instance supérieure une évaluation jugée injuste. Toutefois, celui qui signe son évaluation n’a plus aucune chance de pouvoir y changer quelque chose par la suite.

La prochaine journée Clean aura lieu le 18 janvier 2020 à Schlieren ZH. Les thèmes seront: le nettoyage / nettoyage quotidien; les différences régionales; les chances de promotion pour le personnel; le personnel temporaire engagé à 80 %; la CoPe; les indemnités pour travail particulièrement pénible; la formation relative à la sécurité.

Ludwig Reyer/réd.

Ecrire un commentaire