| Actualité / journal SEV

Fermeture des points de vente CFF

Déshumanisation en cours

En Suisse, le service public est dans la tourmente. Aussi en raison de la fermeture de guichets CFF dans toute la Suisse. Le Conseil fédéral devra à présent répondre à quelques questions.

Distribution de tracts le 27 mars contre la suppression du guichet de la gare de St-Maurice (VS). De g. à dr.: le conseiller national Mathias Reynard, Blaise Carron (pdt et vice-pdt USVs) et René Zürcher, SEV.

Durant le courant de l’année, ce sont neuf points de vente – prétendument non rentables – que les CFF veulent fermer. A noter que celui de Palézieux sera repris par les Transports publics fribourgeois TPF. Donc il ne doit pas être si peu rentable que cela. Des solutions acceptables pour tous les em-ployés concernés, sur tous les sites, ont au moins été trouvées, ce que le SEV salue.

Questions à l’attention du Conseil fédéral

Les politiques se penchent maintenant sur cette problématique. Mathias Reynard, conseiller national (PS/VS), a transmis pour la session d’été une interpellation sur ces fermetures. Sous le titre « Fermeture de guichets de gare:stratégie de démantèlement aux CFF ? », il demande entre autres quels sites subiront le même sort en 2019 et plus tard et quels sont les critères retenus. M. Reynard fait remarquer que de nombreuses campagnes des CFF ont pour but d’amener la clientèle à utiliser les services en ligne au lieu de ceux des guichets. Par exemple par le fait que certaines prestations au guichet sont payantes alors qu’elles sont gratuites via internet ou une application. L’interpellation veut aussi montrer que le démantèlement des points de vente met en danger le mandat de service public des CFF.

Le SEV soutient l’interpellation

Comme Mathias Reynard, le SEV ne désavoue pas non plus les nouvelles technologies.

Appliquées judicieusement, elles peuvent nous fournir de précieux services. Il est toutefois inacceptable de rendre peu attrayants les points de vente physiques par des heures d’ouverture des guichets réduites et de longues files d’attente, pour ensuite les fermer, surtout que les services en ligne des CFF ne fonctionnent pas parfaitement.

Gares fantômes

Si le personnel de la vente doit prêter main forte à la clientèle lors de l’achat de billets aux automates ou via une application au lieu de lui fournir le service souhaité au guichet, c’est que la déshumanisation des gares est déjà bien en marche. Il y a la menace de gares sans visage, de lieux impersonnels qui compromettent gravement le sentiment de sécurité subjectif. Et une fois de plus, les CFF accélèrent le démantèlement de ses services.

Des interpellations cantonales (à ce jour dans les cantons du Jura, de Neuchâtel, de Genève et de Vaud) ont également abordé le thème. Le SEV suivra avec intérêt le déroulement politique de cette affaire.

Chantal Fischer / M-JJ

Sites

Les CFF vont fermer en 2018 neuf de leurs points de vente. Les sites suivants sont touchés :
Suisse alémanique : Bâle EuroAirport, Turgi, Erlenbach ZH, Zurich Tiefenbrunnen, Münchenbuchsee et Küssnacht am Rigi
Suisse romande : St-Maurice, Renens EPFL, Palézieux (sera repris par les TPF)

Commentaires

  • Daniela

    Daniela29/06/2018 11:10:11

    Es geht nicht ohne Bahnschalter! Noch lange nicht alle können und wollen ihr Ticket online lösen. Ich finde es überhaupt nicht gut, dass man die Spartageskarten oder Sparbillette Schweiz nur online lösen kann. Hatte schon manche Kunden, die gerne eine Spartageskarte gehabt hätten. Als ich ihnen mitteilte, das es nur online geht schaute ich in enttäuschte Gesichter! Sehr schade, dass man damit gewisse Personen benachteiligt.

Ecrire un commentaire