| Actualité / journal SEV

Assemblée des délégué·es ZPV

Agressions et manque de personnel

Bureau ZPV («direction» dès 2025) de g. à dr. : Jordi D’Alessandro, vice-président jusqu’à fin 2024, Ralph Kessler (président central), Susanne Kratzer (secrétaire centrale), René Furrer (caissier central) et Adrian Weibel, nouveau coordinateur RhB de la ZPV.

Deux thèmes préoccupent particulièrement la sous-fédération du personnel des trains (ZPV) : les agressions envers le personnel et les importants sous-effectifs.

« La violence dans les trains est actuellement très présente », a constaté le président central Ralph Kessler lors de la 139e assemblée des délégués ordinaire de la ZPV le 15 mai à Langnau en Emmental. Il a cité en exemple les actes de vandalisme commis le 21 avril dernier par quelque 200 jeunes très éméchés dans le premier train du matin partant de Sion en direction de Genève-aéroport (voir interview, page 2). L’unique assistante-clientèle a dû assumer la tâche difficile de protéger les autres passagers. « Nous recevons constamment des informations concernant le non-respect de la règle stipulant que tous les trains dès 22 h ainsi que les trains critiques du matin doivent être dotés d’un accompagnement intégral », a-t-il précisé.

Pression trop élevée

Les CFF ne doivent pas seulement réviser leur concept d’accompagnement pour les trains de la nuit et du petit matin mais cela doit être fait de manière globale, a déclaré Kessler. « Nous avons plus de gens dans les trains que jamais et il arrive toujours que des trains circulent avec seulement un·e assistant·e-clientèle. La pression est énorme et cela découle directement du projet ’ Accompagnement de la clientèle (AC) 2020 ’, pour lequel nous pouvons remercier l’actuel chef Production Voyageurs. Il a fait beaucoup de promesses creuses à l’époque, p. ex. celle d’engager plus que deux assistant·es -clientèle sur les compositions avec deux duplex TGL.

Nous devons aujourd’hui constater qu’il nous a menti. Il faut que les choses changent, ceci est urgent ! Nous voulons pouvoir effectuer notre travail dans les trains en toute sécurité. L’année dernière déjà j’ai posé cette question : est-ce que notre job nous rend malades ? Le taux d’absentéisme nous donne la réponse de manière évidente avec une moyenne de 26 jours d’absence par année pour cause de maladie ou d’accident dans l’assistance-clientèle). Les actuels sous-effectifs ne rendent pas la situation plus facile. »

Mêmes problèmes depuis des ans

« C’est accablant : lorsque je suis devenu secrétaire syndical il y a 15 ans, nous devions déjà parler régulièrement avec les CFF de ces deux thèmes, les agressions et les sous-effectifs », a regretté Jürg Hurni. Il s’agissait pour lui des derniers mots adressés lors d’une AD ZPV en tant que responsable du dossier CFF P au SEV, car il remettra sa fonction à la fin de l’année au secrétaire syndical René Zürcher, qui est aujourd’hui responsable du dossier CFF en Suisse romande. René s’est présenté aux délégué·es.

Le problème des sous-effectifs était déjà bien présent avant le déraillement dans le tunnel de base du Saint-Gothard le 10 août 2023, ce qui a entraîné la fermeture d’un tube et donc un allongement des temps de trajet, et par conséquent un besoin accru en personnel. Jürg Hurni voit en fait la raison des sous-effectifs ailleurs : « Le recrutement du personnel semble ne pas fonctionner. Ces dernières années déjà au niveau du personnel des locs et dans l’entretien du matériel roulant, il manquait beaucoup de personnel, et les effectifs dans la police des transports ne suffisent pas non plus et doivent être augmentés massivement. » Une autre raison pour la situation actuellement critique dans l’assistance-clientèle est, selon lui, la réorganisation AC 2020 : « Elle a détruit des structures qui fonctionnaient bien. La direction en est responsable. »

Affaires internes et propositions

Les délégués ont accepté une légère réforme des structures qui prévoit surtout la suppression de l’actuelle commission centrale. Ils ont accepté aussi les comptes ZPV 2023 qui affichent un léger bénéfice et le budget 2024 qui est équilibré. Pour la période administrative 2025–2028 les membres de l’actuel bureau (la « direction » dès 2025) ont été réélus, à l’exception de Jordi D’Alessandro qui se retire de la vice-présidence à la fin de l’année. Il va continuer de représenter la ZPV au comité SEV en tant que membre remplaçant avec Susanne Kratzer (nouvelle) et le président central. Le poste de vice-président·e est vacant, de même que les sièges de la ZPV aux commissions de jeunesse et migration. La représentation des femmes reste dans les mains de Janine Truttmann. Pascal Dürst de la ZPV Säntis-Bodensee devient le nouveau membre remplaçant de la CG.

Les délégués ont demandé par le biais de propositions l’introduction d’une indemnisation pour l’utilisation des vêtements privés lors des contrôles renforcés et des prestations sporadiques, ainsi que deux jours de reconnaissance en tant que remerciement pour les formateurs d’apprenant·es au lieu d’une journée. Ils ont exigé en outre des teams de quatre agents sur les trains spéciaux pour les supporters de foot et une meilleure réglementation lors des nuitées à Paris.

Thomas Walther, présent dès le début dans la CoPe surface Personnel des trains, resp. Accompagnement de la clientèle, et l’a présidée 15 ans. Photo: René Furrer.

Les déléguées ont enfin rendu honneur à Sara Eigenmann, présidente CG sur le départ, et à Thomas Walther, qui a remis après 15 ans son mandat de président de la CoPe surface Assistance clientèle. Il reste actif au sein de la CoPe au niveau de la division.

Markus Fischer