| Actualité / journal SEV

Comité SEV

Un niet unanime à «No Billag»

Vendredi, le comité du SEV a voté un non clair et unanime à « No Billag ». Il a aussi adopté les points forts 2018.

« Le SEV, en tant que syndicat actif dans le service public, doit donner un signal clair avant la votation du 4 mars, a plaidé Giorgio Tuti, président du SEV. Si ‹ No Billag › passe, on assistera à une privatisation – et donc à une Berlusconisation – de l’information. C’est la qualité et l’objectivité journalistique qui risquent de disparaître. Au final, il en va de notre fonctionnement démocratique. » Le comité, unanime, est du même avis. Le SEV appelle donc tous ses membres à dire non à « No Billag ». L’initiative populaire a pour but principal de supprimer les redevances radio et télévision. Mais derrière ce texte se cache en fait le démantèlement de la SSR. L’initiative interdirait à la Confédération de financer des stations de radio et de télévision ou d’exploiter ses propres chaînes. Dans un pays plurilingue comme la Suisse, la redevance permet de financer les radios et tv régionales ainsi que la SSR. Il en va donc de la diversité médiatique et de la cohésion nationale.

Le comité a également approuvé les points forts 2018. Dans sa politique contractuelle, on trouve notamment la renégociation de la CCT CFF/CFF Cargo, celle avec Swissport, la mise en place d’une CCT de branche pour le trafic marchandises ou d’une CCT bus grandes lignes si la concession est octroyée, ainsi que d’une CCT pour la navigation tessinoise. Du côté des ETC, l’un des objectifs consiste à introduire des modèles de retraite anticipée dans les CCT.

Dans sa politique sociale, le SEV va poursuivre l’étude d’une nouvelle réforme des rentes aux côtés de l’USS. Réforme qui ne doit pas différencier les rentiers actuels et les futurs. Côté prévoyance professionnelle, le SEV veut des solutions sociales aux baisses de taux technique et de taux de conversion qui frappent les caisses de pension.

Dans sa politique des transports, le SEV poursuit sa lutte contre la stratégie libérale 2030 de l’OFT, en particulier contre la promotion des bus grandes lignes et les pratiques dans l’octroi des concessions dans le trafic régional et dans le trafic grandes lignes.

Pour le reste, le SEV s’engage contre « RailFit 20/30 » et contre toute autre tentative de démantèlement dans les transports publics. Les agressions contre le personnel des transports publics restent un point central, à l’instar des éventuelles détériorations dans le domaine des FVP.

vbo

L’érivain et scénariste vaudois Antoine Jaccoud dit tout le bien qu’il pense de l’initiative «No Billag». Un texte que nous publions ici. Nous reviendrons sur cette initiative dans notre premier numéro de 2018, le 1er février.

vbo

Exit

Je ne veux pas payer pour les Tessinois.

Je ne veux pas payer pour les Suisses allemands.

Je ne veux pas payer pour Espace 2.

Je ne veux pas payer pour les handicapés.

Je ne veux pas payer pour les sourds.

Je ne veux pas payer pour les vieux.

Je ne veux pas payer pour les autistes.

Je ne veux pas payer pour les chômeurs.

Je ne veux pas payer pour les étrangers.

Je ne veux pas payer pour les femmes.

Je ne veux pas payer pour les enfants.

Je ne veux pas payer pour les autres en général.

Je ne veux payer pour personne.

Je ne veux payer que pour moi.

Juste moi.

Rien que moi.

Seulement moi.

Et puis après,

mourir.

Antoine Jaccoud

Commentaires

  • Rérat Jean-Bernard

    Rérat Jean-Bernard22/01/2018 18:36:51

    Bonjour, Ne pas oublier de communiquer que no billag est sous le couvert de l'UDC et les copains de Blocher... et que de toutes façon pour avoir un service audiovisuel il faut payer, alors autant la taxe de redevance.
    Cordiales salutations

Ecrire un commentaire