| Focus.SEV

Les négociations CCT sont terminées: le personnel aura le dernier mot

RhB: l’euro s’invite dans les négos

Après sept rondes de négociations, le SEV et les Chemins de fer rhétiques (RhB) sont arrivés à un accord de nouvelle CCT. La balle est désormais dans le camp des membres qui se prononcent sur ce texte le 9 mars.

Tourner en rond ou trouver une solution? Le Bernina-Express sur le célèbre viaduc de Brusio.

Au menu des points forts de cette CCT figurent des hausses des suppléments et une indemnité de disponibilité ainsi qu’une hausse annuelle du temps de travail de six heures. Une concession du SEV liée au cours de l’euro. Les négociations furent longues et pénibles. Malgré la bonne préparation du SEV, l’échec des négociations à l’ombre d’un échec a plané.

Quoi qu’il en soit, le SEV est parvenu à maintenir des acquis tels que la semaine de vacances supplémentaire et le temps pour les travaux accessoires des mécaniciens et du personnel des trains.

De belles améliorations

Au rang des améliorations, il faut souligner la hausse des suppléments pour le travail de nuit et du dimanche (voir ci-dessus). Et la reconnaissance de la disponibilité pour les piquets. Une demande de longue date enfin acceptée.

Lors de la dernière séance de négociations, le SEV a dû faire une douloureuse concession liée à la force du franc suisse. Le temps de travail annuel de 2100 heures – déjà élevé - est augmenté de six heures, soit l’équivalent de quatre postes.

Pour le SEV une chose est déjà claire: les conséquences de la faiblesse de l’euro sur le tourisme aux Grisons auront des répercussions directes sur les RhB. Avec cette hausse du temps de travail, le personnel aura toutefois fait sa part. Il s’agira de réévaluer la situation lors de la prochaine négociation CCT. A moyen terme, le temps de travail aux RhB devra baisser. Le personnel se prononcera sur les négociations le 9 mars.

PP/vbo

Les points principaux

  • Hausse des indemnités du dimanche de 40/55 à 45/75 fr. (jusqu’à/plus de 5 heures)
  • Augmentation de l’indemnité de nuit de 5.50 à 6 fr.
  • Indemnité de disponibilité de 35 fr. par demande d’intervention
  • Temps de travail minimal de 360 minutes pour le personnel de gare, de train et les mécaniciens
  • Hausse des jours de repos minimaux de 104 à 108.
  • Introduction d’un modèle sectoriel de temps de travail (BAR)
  • Redéfinition des tours de service en cas de longue interruption de ligne
  • Des mesures de soutien pour les employé-e-s les plus âgé-e-s en cas de perte d’emploi
  • Négociations salariales 2015: 1,1% pour les promotions liées au système.

Reste à négocier l’application de l’évaluation de fonction (entrée en vigueur en avril 2016).

Ecrire un commentaire