| Actualité / journal SEV

Facility Management CFF Immobilier

Compass envoie un mauvais signal

Le projet « Compass » concernant le Facility Management à CFF Immobilier doit être appliqué dès l’automne 2022. Grâce aux interventions du SEV, les répercussions négatives pour le personnel de nettoyage et de conciergerie engagé de manière fixe ont pu être contenues.

Patrick Kummer : « Nous continuons la lutte contre l’externalisation des prestations du service public. »

Avec le projet « Compass », CFF Immobilier veut faire toute la lumière sur l’engagement d’employés temporaires ainsi que sur la mixité du personnel dans le Facility Management. Pour l’entretien, la conciergerie et le nettoyage des gares, les CFF ne désirent s’occuper plus que de 122 gares. Selon leurs indications ce sont dans ces gares que le 80 % de la clientèle évolue. Pour les 640 gares restantes, des entreprises externes devront intervenir. Or le SEV s’oppose à tout projet d’externalisation de ce genre. L’été dernier, ce sont 4’000 personnes qui ont signé une pétition contre la privatisation car cela ferait perdre leur poste à 150 employé-e-s temporaires. En décembre 2021, le SEV a posé des revendications claires : il a exigé une renonciation à cette externalisation et l’engagement des employé-e-s temporaires avec des contrats CFF fixes, ceci afin de pouvoir assurer les prestations dans toutes les gares, ainsi que des mesures d’atténuation adéquates pour le personnel interne et un meilleur soutien pour les temporaires touchés par des suppressions de postes. A la mi-décembre, CFF Immobilier a répondu qu’il ne lui était pas possible d’interrompre l’externalisation. Dès l’automne 2022, la première étape de celle-ci doit débuter en Suisse romande ; en 2023 suivront les régions Centre et Est. Au moins les CFF sont entrés en matière sur certaines revendications du SEV. Le secrétaire syndical Patrick Kummer explique les résultats obtenus :

La clientèle continuera de profiter d’un très bon, voire d’un meilleur niveau d’exploitation et de propreté dans les gares, prétendent les CFF. Est-ce le cas ?

Non, au contraire. La propreté aujourd’hui est d’un niveau élevé parce que le personnel s’identifie avec fierté aux CFF. Cet engouement, qui est d’ailleurs également ancré dans la nouvelle stratégie des CFF, ne caractérise par contre pas les équipes de nettoyage des entreprises externes. Les collaboratrices et collaborateurs internes des CFF sont également là pour donner l’alerte si nécessaire : ils connaissent les gares et se rendent très vite compte lorsque quelque chose n’est pas en ordre. Les entreprises externes sont souvent pressées par le temps afin de rester concurrentielles. Ceci ne va pas dans le sens de la qualité.

CFF Immobilier prétend pouvoir mieux s’occuper des 122 gares restantes à l’avenir, celles qui sont le plus occupées, et que cela donnerait lieu à 50 postes internes supplémentaires, pour lesquels le personnel temporaire pourrait aussi déposer sa candidature. Est-ce un signal positif ?

Ici aussi on peut avoir des doutes. Ces postes ne concerneront pas seulement le nettoyage ou le Facility Management technique. Quelqu’un devra encadrer les entreprises externes. Donc des postes seront créés pour des Facility Managers. Il sera difficile pour les personnes qui auront perdu leur poste de s’annoncer à de telles fonctions.

Au moins les employé-e-s actuels ne devraient pas subir de pertes salariales, et le SEV a obtenu une compensation pour les allocations régionales qui vont tomber.

Oui, les classifications dans des niveaux d’exigences plus bas des suites de changements dans l’organisation de l’entreprise bénéficient de mesures d’atténuation sous forme de garanties de salaire selon la CCT. Nous avons en outre demandé de meilleures mesures d’atténuation pour les cas de rigueur. Et les collègues qui auront des temps de trajet plus longs pour se rendre au travail à cause de « Compass » et qui perdront leur allocation régionale suite à un changement de lieu de service recevront une garantie d’allocation régionale pendant quatre ans au lieu de seulement deux ans. CFF Immobilier l’a accepté.

Le SEV a aussi obtenu un succès pour les mesures de soutien s’adressant aux employés temporaires qui perdront leur poste. Est-ce que la demande que tous puissent bénéficier d’un soutien, p. ex. sous forme d’un coaching pour rechercher un emploi, a été acceptée ?

Malheureusement ceci n’a pas été accepté pour tous mais, au moins, tout le personnel temporaire engagé depuis au moins deux ans (dès août 2019) aux CFF pourra profiter de telles mesures de soutien. En outre il est fondamentalement positif qu’au moins quelques employés temporaires bénéficient d’un engagement fixe. La seule bonne solution pour nous reste cependant que les CFF renoncent à toute externalisation et qu’ils assurent les prestations dans toutes les gares, et que pour cela ils proposent aux employé- e-s temporaires des postes fixes. Il est erroné de transférer les deniers publics vers l’économie privée par le biais d’externalisations inutiles, car ceci contribue à financer leurs bénéfices et autres dividendes.

Michael Spahr
Enable JavaScript to view protected content.

Commentaires

  • Rokf Schenk

    Rokf Schenk01/02/2022 19:49:16

    Mir scheint, das die SBB Führung ohne Compass ziellos herumeiert. Mich erinnern all die Auslagerungsgeschichten an die DB, die vor Jahren ihr bahneigenes Telefonnetz an eine private Telecomfirma verhökerte und dort für den eigenen Bedarf Leitungen mietete. Nach ein.paar Jahre stellte man fest, dass diese Mietleitungen viel teurer waren als ein eigenes Netz und baute wieder ein eignes Netz auf. Offenbar muss das SBB Management auch erst Schaden anrichten ( der Steuerzahler zahlts ja) und nachher wieder klug werden... Vielleicht wäre es zielführender zur Abwechslung mal das Management auszulagern.