| Actualité / journal SEV, Climat

Grève pour l'avenir le 21 Mai

Les transports publics s'engagent pour le changement climatique

Il est midi moins une: les locomotives siffleront le 21 mai en faveur du climat. C'est la der qui sonne!

Sous la devise «Public Transport for Future», le SEV s’associe à l’opération «Strike for Future» - la Grève pour l’avenir -, une alliance ouverte à tous regroupant des organisations, des mouvements et des individus de tout bord qui, le 21 mai, réclameront ensemble une meilleure protection pour le climat. Ce qui nous unit, c’est la conviction qu’il est urgent de prendre des mesures efficaces contre le changement climatique et que ces mesures doivent être socialement équitables.

S’il est un problème qui requiert un projet d’avenir collectif, c’est bien le changement climatique. Et la lutte contre ce changement ne pourra s’avérer efficace que si l’effort est collectif et négocié démocratiquement.

Le principal levier pour y parvenir, c’est le renforcement du service public : en effet, le combat ne sera couronné de succès que s’il se met au service du bien commun. Ce n’est pas le profit de quelques individus qui doit primer, mais le bien-être de toute la population. L’objectif doit être de créer des places de travail durables, bien rémunérées et respectueuses de la santé. Dans les transports publics, cela ne fonctionnera sur le terrain que si le principe de coopération l’emporte sur le principe de concurrence.

En ce qui concerne l’action du 21 mai, mais également au-delà, le SEV formule donc les revendications concrètes suivantes pour que la lutte contre le changement climatique soit également une lutte sociale :

Mobilité : l’extension des transports publics doit se poursuivre. Aucune politique climatique ne peut en faire l’économie, ce que confirme par ailleurs le succès remporté ces dernières années par une offre sans cesse renforcée et utilisée. Car le potentiel de changement est gigantesque : en Suisse, plus des trois quarts des kilomètres effectués par les voyageurs continuent de l’être par le biais du trafic individuel motorisé. Les transports publics ne fonctionnent que s’il s’agit d’un système global, avec des modes de transport et des connexions coordonnés et harmonisés de manière optimale. Or, un tel système ne peut être obtenu et développé que par les pouvoirs publics, c’est-à-dire par les entreprises étatiques, en tête desquelles les « maîtres d’œuvre » que sont les CFF et CarPostal.

La part du transport public de voyageurs par rapport au volume global du trafic doit augmenter de 50% jusqu’en 2050.

Transport et logistique : partout où c’est possible, le transport des marchandises doit s’effectuer par le rail, car aucun mode de transport n’est plus écologique, et aucun pays au monde ne possède un réseau ferroviaire aussi dense que la Suisse. L’affaiblissement et la privatisation rampante de CFF Cargo doivent donc être stoppés au plus vite et, inversement, le trafic des marchandises par voie ferroviaire doit être élargi de manière durable sur tout le territoire.

Dans le trafic marchandises d’importation et d’exportation, ainsi que dans le trafic intérieur, la part du rail par rapport au trafic global doit doubler jusqu’en 2050.

L’avenir appartient aux transports publics !

SEV
Enable JavaScript to view protected content.

Le SEV en action»

Le personnel des transports publics arborera un badge solidaire le 21 mai. Les membres au contact de la clientèle recevront ce badge par les secrétariats régionaux et les sections. Les autres peuvent le commander jusqu'au 18 mai sur sev-online.ch/climat.

A 11h59 les locomotives siffleront en Suisse pour signaler que c'est la der qui sonne pour le climat.