| Actualité / journal SEV

CFF Cargo fait-il marche arrière?

Les coupes dans le trafic par wagons complets doivent cesser

Le plan d’assainissement présenté par CFF Cargo en janvier 2018 est un échec. De profondes adaptations du projet et l’avancement de la phase II (2020-2023) des mesures de recentrage sur le réseau ont conduit à une accélération et à une adaptation de la réorganisation. Ce faisant, CFF Cargo n’a pas jugé bon de lancer une procédure de consultation, au mépris d’une disposition pourtant convenue et garantie par contrat. En raison de l’intervention du SEV et de ses partenaires (Communauté de négociations), et bien qu’il continue imperturbablement de mettre en place ses mesures, CFF Cargo tente aujourd’hui de s’assurer de notre participation. Aux yeux du SEV, une chose est désormais claire : nous ne tolérerons plus aucune coupe.

Un exemple du démantèlement de CFF Cargo: jusqu'en décembre 2017, de tels wagons ACTS amenaient des déchets de Emmenmatt et de Interlaken Ost à la centrale d'incinération de Thoune. Depuis, Thoune vit avec environ 1500 camions supplémentaires.

Apparemment traumatisé par les chiffres rouges alignés les années précédentes et par la décision du Conseil fédéral de retirer au CEO des CFF la présidence du conseil d’administration de CFF Cargo dans un avenir proche, CFF Cargo a soumis aux partenaires sociaux, en janvier 2018, une profonde réorganisation impliquant le démantèlement de 700 places de travail, c’est-à-dire un tiers des employés ! La première tranche (jusqu’à 2020) prévoyait la suppression de 300 postes et l’examen partiel d’un premier groupe de points de desserte. CFF Cargo communiquait également son intention de procéder à une deuxième tranche de coupes prévoyant le démantèlement de 400 autres places de travail et l’examen d’autres points de desserte (à savoir 50% de l’ensemble). Concernant la première tranche de mesures, et de manière explicite, une procédure de consultation a été engagée. Concernant la deuxième tranche, notre participation à la procédure nous a été expressément garantie.

Dans le cadre de cette consultation, le SEV a démontré que ce projet nuisait gravement aux perspectives de développement de l’entreprise et qu’il était factuellement inapplicable. Le SEV a déploré qu’on ne tienne pas compte des effets positifs du trafic par wagons complets (TWC 17) et de la nouvelle loi sur le transport des marchandises. Et il a critiqué le fait que CFF Cargo contourne ainsi, non sans perfidie, l’option d’une nouvelle stratégie grâce au remaniement de son conseil d’administration.

Malgré les réserves et les admonestations du SEV, CFF Cargo a démarré la mise en place de ses mesures. Mais bien vite il a dû constater que les objectifs qu’il s’était fixés étaient irréalisables et pas vraiment appropriés. Malgré un résultat d’exploitation positif en 2018, CFF Cargo a lancé début 2019 la phase II de sa réorganisation, méprisant ainsi nos droits de participation. En février 2019, immédiatement après l’annonce de ce train de mesures, le SEV a fait valoir qu’il était victime d’une violation de contrat. Ce n’est pourtant qu’après une deuxième intervention de notre part exigeant une discussion avec les partenaires sociaux, que le CEO de CFF Cargo Nicolas Perrin a daigné y consentir. Le 20 mai 2019, il s’est toutefois excusé des procédés incorrects de CFF Cargo auprès des partenaires sociaux. L’information officielle à l’attention des partenaires sociaux aura donc lieu le 27 mai. A son terme, ceux-ci décideront s’il convient d’exiger une procédure de consultation ordinaire, « conformément au code de conduite ». Durant la phase de consultation (et a fortiori avant !), il est interdit à CFF Cargo d’entreprendre des démarches de réorganisation susceptibles d’avoir un impact sur le personnel.

Les nouvelles informations obtenues durant la procédure sont soumises à une certaine confidentialité.

Le SEV s’engage en faveur du maintien des places de travail au sein de CFF Cargo, ce qui nécessite des conditions cadre et un positionnement de l’entreprise tel qu’il lui permette de prendre part au marché croissant du transport de marchandises.

L’échec de la stratégie des coupes menée jusqu’ici par CFF Cargo a suffisamment démontré que ce n’est pas la bonne voie. Quoi qu’il arrive, le SEV s’opposera à toute nouvelle coupe. Il se battra pour la sécurité de l’emploi et pour le transfert du trafic de la route au rail !

Pour de plus amples informations:

Philipp Hadorn, secrétaire syndical SEV
Enable JavaScript to view protected content.
079 600 96 70

 

 

Ecrire un commentaire