| Actualité / journal SEV

Guichets CFF

Personnel de vente sous pression

Le nombre de gares CFF desservies par du personnel a été drastiquement réduit. Des guichets continuent à fermer en douce ou à diminuer leurs heures d’ouverture. Les vendeuses et vendeurs qui restent sont soumis à une énorme pression: les files d’attente sont souvent longues, le nombre de produits à vendre – outre les titres de transport – sont toujours plus nombreux et le temps pour la formation manque cruellement.

Des vendeuses et vendeurs disponibles, capables de bien renseigner, c'est ce que recherche la clientèle.

A Bellinzone, les horaires d’ouverture des guichets a été réduit depuis le 1er janvier 2012. Ils ouvrent à 7 h 00 au lieu de 6 h 20 et ils ferment à 18 h 00 au lieu de 19 h 00. Fait exceptionnel, au Tessin, le personnel d’accompagnement des trains et celui de la vente se sont unis pour lancer une pétition demandant aux CFF « de mettre fin aux restrictions des horaires d’ouverture des guichets et de mieux prendre en compte les exigences de la clientèle ». Angelo Stroppini, secrétaire syndical SEV au secrétariat régional de Bellinzone et ancien chef de train, n’est pas surpris par cette fronde unie entre agents de train et employés de la vente: « Ce qui révolte nos collègues, c’est que ces réductions d’horaire d’ouverture des guichets coïncident avec l’introduction des amendes à 90 francs pour les clients qui n’ont pas de billet! ».

Pas assez de temps, pas assez de personnel

La Haute-Valaisanne Gilberte Imboden, responsable du recrutement de nouveaux membres SEV au sein de la sous-fédération SBV, va régulièrement rendre visite aux collègues qui travaillent dans les gares. Elle nous livre son sentiment: « Les employés de la vente aiment bien le métier qu’ils exercent, ce sont des personnes en général très motivées, mais elles souffrent souvent de manque de temps pour mettre à jour leurs connaissances sur les nouveaux produits qu’elles vendent et dans certaines gares nos collègues se plaignent du manque de personnel. »

« Les employés de la vente aiment bien le métier qu’ils exercent, ce sont des personnes en général très motivées, mais elles souffrent souvent de manque de temps pour mettre à jour leurs connaissances sur les nouveaux produits. »

Gilberte Imboden, responsable du recrutement SBV

La « machine à sous » des CFF

Les résultats d’une enquête réalisée il y a deux ans auprès du personnel de la vente par la sous-fédération SBV gardent toute leur actualité. Ils ont été nombreux à déplorer que l’organisation du travail ne tient pas compte des exigences toujours plus élevées de la clientèle et des offres proposées. Elisabeth Jacchini, présidente centrale SBV, confirme que le personnel de vente est toujours plus sous pression. « Les CFF poussent le personnel de vente à faire un chiffre d’affaires toujours plus élevé, la vente c’est en quelque sorte la machine à sous des CFF. Dans ce secteur, durant ces dix dernières années, la productivité a considérablement augmenté. »

Le cas Western Union

Elisabeth Jacchini a dû passablement lutter pour faire comprendre aux CFF que l’envoi d’argent par le biais de Western Union était une source de grande tension pour le personnel de vente. La sous-fédération SBV a effectué un sondage qui a révélé que deux-tiers des vendeurs vivaient mal l’activité Western Union. Trois vendeurs sur quatre ont été victimes d’attaques verbales par des clients Western Union. «Au syndicat, nous avons pris ce problème très au sérieux. Nous en avons parlé avec les responsables de la vente aux CFF de manière concertée avec la commission du personnel. Des mesures ont été prises pour atténuer les problèmes qui peuvent surgir lors de ces transferts d’argent, notamment par l’installation au guichet d’une vitre de protection», résume Elisabeth Jacchini.

« Nous sommes écoutés »

La présidente centrale de la SBV tient à souligner « que lorsque nous sommes saisis de plaintes de la part du personnel de la vente, nous allons exposer les problèmes aux CFF. Nous sommes écoutés. Il y a une réelle volonté de leur part de trouver des solutions de concert avec la commission du personnel ».

AC

Ecrire un commentaire