| Actualité / journal SEV, Communiqués de presse

Coronavirus

Le SEV demande plus de soutien financier pour les entreprises de transport

Copyright: Stefan Wermuth

Le Syndicat du personnel des transports soutient le Conseil fédéral dans sa recommandation aux travailleurs et travailleuses de favoriser le télétravail lorsque c’est possible. Le SEV craint toutefois une hausse des pertes financières pour les entreprises de transports et leurs employés. Il en appelle donc à un soutien financier accru des pouvoirs publics.

«La perte de rentrées des entreprises de transports publics est estimée à quelque 1,5 milliard pour 2020, soit une baisse de 25 à 30% par rapport à 2019», relève Giorgio Tuti, président du SEV. Le syndicat vient d’ailleurs d’écrire à la présidente de la Confédération et ministre des Transports Simonetta Sommaruga pour faire part de son inquiétude. Pendant le lockdown du 15 mars au 31 mai, le chiffre d’affaires de la branche avait baissé de 60%. « Il faut donc s’attendre à des chiffres encore plus mauvais pour la fin de l’année.», poursuit Giorgio Tuti.

Malgré le soutien financier voté par les Chambres en septembre, les entreprises de transport public serrent les cordons de la bourse et envisagent des mesures d’économies, dont une partie sur le dos du personnel. « Le personnel a pourtant fait son job de manière exemplaire au plus fort de la crise comme il le fait toujours. Même avant l’appel de travailler depuis la maison, les CFF ont exprimé la volonté de geler les progressions salariales et réduire le nombre de jours de vacances du personnel ! », critique Giorgio Tuti.

Les entreprises ont donc besoin d’un minimum de sécurité, selon le SEV. En particulier, « il est impératif que le trafic longue distance puisse aussi être indemnisé pour les pertes qu’il subit en 2020 et 2021. Jusqu’à présent ce segment n’a pas fait l’objet de soutien financier », rappelle Giorgio Tuti.

« La branche des transports publics aura besoin ces prochaines années de suffisamment de personnel qui soit bien formé et avec de bonnes conditions salariales : la crise n’a rien changé à l’évolution démographique que doivent affronter les entreprises de transport public. Des études montrent par exemple que l’évolution démographique touche particulièrement durement les CFF dont 40% du personnel actuel sera parti à la retraite d’ici 2035», souligne Giorgio Tuti.

Il convient également de rappeler qu'avant la crise sanitaire, la prise de conscience s'était enfin répandue que nous devions de toute urgence faire quelque chose pour lutter contre le changement climatique.

Les transports publics ont été au cœur de toutes les prévisions et de tous les concepts de mobilité. La situation n'est pas différente aujourd'hui: les transports publics sont très efficaces sur le plan énergétique et respectueux de l'environnement. « C'est pourquoi la part des transports publics dans la répartition modale doit augmenter ! Dans cette perspective également, l'accent doit être mis sur le maintien et, éventuellement, le développement des emplois dans les transports publics », conclut Giorgio Tuti.

Pour de plus amples renseignements:
Giorgio Tuti, président SEV     079 221 45 64