| Actualité / journal SEV

Projet «PN 2.0»

CFF Cargo: Stopper les réorganisations, enfin !

Travail de bureau dans la surface et ‹travail productif› ne sont pas incompatibles: ils sont liés. ©CFF.

Avec le projet «PN 2.0», CFF Cargo réorganise la production depuis fin 2020. Comme avant, les nouveaux chefs veulent sortir des chiffres rouges en ayant recours à de nouvelles structures et à des suppressions de postes. Mais le problème de base reste les objectifs irréalisables d’autonomie financière.

Le but visé par PN 2.0 est une « structure efficace et flexible », qui simplifie la coopération à la production et améliore «l’expérience client», expliquait CFF Cargo dans une newsletter adressée à son personnel le 28 avril lors du lancement de la 2e phase du projet. Le 1er mars déjà, dans une première phase, la nouvelle structure générale avait été définie: les unités ont été regroupées, le nombre de régions passant de 6 à 3 et six responsables n’ont pas été remplacés (après démission ou nouvelle orientation).

La 2e phase, actuellement en cours, touche la structure des trois régions restantes et des quatre secteurs par rapport au team, au chef ou à la cheffe de team et à l’occupation d’autres «postes-clé» à partir du 1er juillet. Au niveau régional, il y a dorénavant un ou une «chef/fe Processus & Concepts» et entre trois et cinq « chefs/fes de team Senior ». Ils doivent améliorer la collaboration entre la centrale à Olten et les régions, de même que « renforcer les compétences méthodiques dans les régions » en fonction des « nombreux changements » qui y sont prévus, comme spécifié dans la newsletter.

La phase 3 devrait mettre en place l’organisation détaillée des régions et l’occupation de toutes les charges pour lesquelles de nouveaux profils professionnels sont créés en ce moment.

Pendant la phase 2, plusieurs cadres doivent repostuler ou chercher une nouvelle orientation professionnelle. Cependant, la communauté de négociations des syndicats, menée par le SEV, a renoncé à une procédure de consultation officielle. « Cela n’aurait pas arrêté Cargo », affirme Philipp Hadorn, secrétaire syndical SEV. Toutefois, la communauté de négociations a demandé en contrepartie qu’une commission d’accompagnement intervienne et elle a obtenu l’échange des informations et l’élaboration de solutions en commun pour faire face aux problèmes. Pour la troisième phase, Cargo doit avoir recours à une procédure de consultation officielle.

Emplois supprimés

« PN 2.0 a l’inconvénient de survenir dans l’année qui suit TRAfit», ont admis les personnes en charge de PN le 26 mars. « Contrairement à la tranquillité et la consolidation qu’elle est censée apporter dans l’entreprise après toutes les restructurations des dernières années, selon la direction, ce n’est en fait qu’une vaste réorganisation de plus, commente Philipp Hadorn. Et ceci alors que certaines réorganisations sont encore en cours, telles que les suppressions de postes prévues dans l’overhead avec le projet Struko. »

Philipp Hadorn n’en reste pas là: « Face à la pression financière provoquée par la crise du coronavirus, CFF Cargo réagit une fois de plus avec des réductions massives de personnel, prétextant une volonté d’augmenter le rendement et simplifier les processus. Le SEV a constamment fait preuve de compréhension par rapport aux hausses de rendement et aux progrès technologiques, à condition toutefois que les volumes de transport ne chutent pas mais au contraire augmentent, et que le trafic soit transféré de la route au rail, et non pas l’inverse. Et que tout le personnel soit impliqué et formé pour les nouveaux jobs plus exigeants et les besoins plus pointus. »

Le trafic marchandises est globalement en croissance et CFF Cargo devrait ainsi effectuer plus de transports. Mais le nombre de postes ne devrait pas diminuer, malgré une efficacité accrue, affirme Hadorn. Or Cargo veut supprimer des centaines de postes jusqu’en 2023 ! Ceci touche de façon disproportionnée l’«Overhead», avec le travail de bureau dans la surface … «Travail de bureau et ‹travail productif› ne sont pas incompatibles: ils sont liés», note Hadorn.

La polyvalence, une chance

CFF Cargo attend de ses collaborateurs et collaboratrices qu’ils soient davantage polyvalents à l’avenir. « Un enrichissement de la fonction n’implique pas seulement une charge supplémentaire, mais l’apport d’un travail intéressant et de meilleures chances sur le marché de l’emploi », selon Philipp Hadorn. « Quand il s’agira d’élaborer les profils professionnels et de les évaluer pour les niveaux d’exigences, le SEV veut être présent. »

Et veiller à ce que le personnel de la manoeuvre formé pour examiner les wagons et chargements (PWL) reçoive les indemnités promises (voir journal SEV 4/2021).

Markus Fischer
Enable JavaScript to view protected content.

Carte de rayon non respectée

Tandis que Cargo attend du personnel de manœuvre qu’il conduise sur des distances toujours plus longues, favorisant ainsi la voie de dumping salarial, une carte de rayon a été créée en 2013 grâce au partenariat social. Il avait aussi été convenu qu’il percevrait un double tarif journalier lors d’engagements sur les voies. Cargo a adapté les rayons unilatéralement et n’a pas toujours versé les deux fois 19 francs. Cargo et les syndicats ont créé un groupe de travail commun pour clarifier les revendications et définir les engagements faisant l’objet d’un versement supplémentaire.

Ecrire un commentaire