| Actualité / journal SEV

Navigation BLS

Une CCT de qualité à défendre

Der Ausbau der Winterschifffahrt ist eine gute Nachricht für das Personal und den Tourismus.

Le nouveau modèle d’affaires de la navigation BLS accepté par le Conseil d’administration prévoit l’externalisation dans une filiale. Le SEV n’acceptera en aucun cas une détérioration des conditions de travail et d’engagement du personnel de la navigation BLS. Avec la filiale BLS prévue, le SEV veut négocier une CCT qui soit au moins équivalente à la CCT actuelle.

Le SEV salue le fait que BLS ne vise pas à supprimer des postes dans son nouveau modèle d’affaires. «C’est une bonne nouvelle pour le personnel de la navigation et le tourisme que BLS veuille étendre l’offre de navigation en hiver sur les lacs de Thoune et de Brienz, assurant ainsi la création à moyen terme de postes supplémentaires, déclare le secrétaire syndical SEV Michael Buletti. Nous espérons que les deux nouveaux bateaux à tirant d’eau modéré qui seront nécessaires pour cela pourront être acquis avec l’aide du canton.»

Respecter la CCT et en négocier une nouvelle

Concernant l’externalisation de la navigation prévue dans une nouvelle filiale et la déclaration de BLS dans son communiqué de presse au sujet de «l’élaboration de conditions d’engagement indépendantes de la convention collective de travail de BLS», Michael Buletti précise que «les conditions de travail et d’engagement du personnel de la navigation ne pourront pas être détériorées: pour le personnel concerné les dispositions de la CCT BLS continuent d’être applicables encore durant une année après la reprise par une filiale.» Michael Buletti mentionne l’article 333 du Code des Obligations qui règle cette question.

Michael Buletti
 

Cette externalisation risque de mettre la pression sur les conditions d’engagement. «Nous allons tout faire pour nous opposer à cela et insisterons pour négocier avec la filiale de BLS une nouvelle CCT qui soit au moins équivalente à la CCT actuelle», souligne Michael Buletti.

Dans le secteur de la navigation de BLS, le SEV a un taux d’organisation élevé. Ce personnel est membre du groupe navigation de la section SEV VPT BLS.

Pourquoi un nouveau modèle d’affaires?

«Les recettes tirées de l’exploitation ne suffisent pas à couvrir les investissements dans les bateaux, les débarcadères et les chantiers navals, écrit BLS dans son communiqué. Afin de garantir une base financière solide à long terme, le Conseil d’administration de BLS SA a décidé de mettre en œuvre un nouveau modèle d’affaires. Le Service de la navigation est appelé à se concentrer sur son activité principale, le service régulier de navigation, qui réalise la majorité des recettes.»

BLS estime que pour s’imposer sur le marché très concurrentiel du tourisme et assurer les postes de travail à long terme, «il est nécessaire de faire preuve d’une plus grande flexibilité et d’une forte indépendance. Pour ce faire, BLS envisage la création d’une société anonyme. Le Service de la navigation éliminera quatre bateaux en partie vétustes, conservant ainsi une flotte de douze navires, dans le but de réduire les coûts fixes élevés.» Pour augmenter ses recettes, BLS étendra son offre hivernale sur les deux lacs de l’Oberland bernois et prolongera la saison estivale sur le lac de Brienz. «A moyen terme, BLS souhaite acquérir deux nouveaux bateaux multifonctionnels et respectueux de l’environnement à tirant d’eau modéré pour la navigation hivernale», poursuit l’entreprise.

Enfin, BLS veut examiner la possibilité d’élaborer des conditions d’engagement indépendantes de la convention collective de travail de BLS pour les quelque 120 collaboratrices et collaborateurs de la navigation. «Aucun poste ne sera supprimé. Au contraire, le développement de la navigation hivernale engendrera à moyen terme la création de places de travail supplémentaires.»

Markus Fischer

Enable JavaScript to view protected content.

La section LPV BLS maintient la pression

En mai 2019, 475 mécaniciens de locs ont présenté des revendications dans une lettre ouverte adressée à la direction et au CA BLS. Ont suivi une rencontre entre des représentants de la section SEV LPV BLS et la direction de la production ferroviaire (B) en septembre, ainsi qu’une assemblée des membres de la LPV BLS à laquelle ont pris part quelque 50 participants à Thoune en octobre. Ensuite la LPV BLS a remis à la direction B un catalogue de revendications. Au début février 2020, une délégation de mécaniciens a de nouveau rencontré la direction B afin d’approfondir les points les plus importants. A la mi-mars se déroulera la prochaine discussion avec la direction B pour en débattre. Nous espérons pouvoir arriver à un résultat.

La LPV BLS exige que des concessions à caractère obligatoire soient présentées par écrit d’ici fin février au plus tard.

Lettre ouverte du groupe AS BLS

Le 6 février dernier, le groupe Administration et Services (personnel des gares et de l’administration) de la section SEV BLS a adressé au CA et à la direction BLS une lettre ouverte portant 363 signatures. Le groupe AS y critique le grand nombre de réorganisations appliquées durant les dernières années dans le seul but de réaliser des économies. «Moins il y en a, mieux c’est!», écrit le groupe AS, en rappelant que les constantes réorganisations et les super nouvelles idées occupent de nombreuses ressources, empêchant ainsi l’entreprise de se concentrer sur sa tâche principale qui reste le transport ferroviaire. Il critique avant tout la manière unilatérale dont la direction se concentre sur les coûts et l’efficience sans prendre garde aux désavantages pour le personnel et la clientèle, ni d’ailleurs à tout ce qui «ne peut pas être exprimé en argent». Une telle évolution ébranle la motivation du personnel ainsi que son identification à BLS. Voici les exemples mentionnés:

  • Dans le cadre du programme d’économies BestWay, on prévoit de déménager rapidement le siège principal de BLS de son emplacement actuel très pratique à côté de la gare principale de Berne pour aller dans un endroit périphérique. Beaucoup de collaboratrices et collaborateurs se demandent à quoi cela peut bien servir. Pour la plupart d’entre eux le temps de trajet sera rallongé pour se rendre au travail. Il en va de même pour les trajets entre le siège principal et les installations, les partenaires et la clientèle de BLS.
  • La réorganisation Infra+ a été communiquée avant que les responsables ne sachent comment l’appliquer. Ceci a amené de l’insécurité et des rumeurs. Beaucoup de collaboratrices et collaborateurs ne sont pas convaincus de la nécessité d’Infra+ et ils ne soutiennent pas les nombreuses mesures.
  • Sharepoint, OneNote, OneDrive et Skype ont été introduits sans que leur utilisation n’ait été bien expliquée.

La direction BLS a écrit au personnel le 12 février pour dire qu’elle prenait au sérieux les demandes contenues dans la lettre et qu’elle voulait s’efforcer de mieux les comprendre. C’est pourquoi elle invitait tout le monde à participer à l’enquête de satisfaction du personnel qui se déroulerait au printemps (et qui, fait nouveau, comporterait des questions ouvertes) et aux prochaines journées destinées aux cadres et au personnel. BLS affiche une «culture du dialogue étendue»: «Personne ne doit avoir peur d’exprimer son avis.»

Déménagement du siège principal suspendu

Le CA a décidé le 13 février de suspendre l’actuel projet de déménagement du siège principal et de le redéfinir. Il a été reconnu qu’avec BestWay les délais étaient très serrés et que le personnel n’était pas prêt à accepter les trois sites pouvant entrer en ligne de compte.

Ecrire un commentaire