| Actualité / journal SEV

Nettoyage des WC : L’allocation est méritée et doit être maintenue

La direction de la mise à disposition des trains (ZBS) du trafic voyageurs CFF a informé le personnel le 1er février qu’elle n’était pas tenue de verser une allocation pour travaux pénibles pour le nettoyage des toilettes. «En raison de changements dans le système», cette allocation n’est plus enregistrée automatiquement depuis le début de l’année. Dès qu’une décision définitive sera prise, le personnel sera informé. Le SEV exige le maintien de cette allocation car elle est justifiée et importante pour la motivation du personnel.

Quand monsieur et madame Tout-le-Monde rentrent de soirée ou d’un rassemblement quelconque tard la nuit ou très tôt le matin en RER, souvent les toilettes affichent une image peu ragoûtante. «Les cuvettes sont bouchées par des vomissures ou autres», raconte une collaboratrice qui nettoie les trains dans une installation d’entretien des CFF. «Le sol est inondé, il y a des giclures sur les parois, des matières fécales partout.» Ce n’est pas très agréable de devoir enlever ces saletés: pas seulement à cause de la vision d’horreur et de la puanteur mais aussi parce que le travail est particulièrement laborieux et astreignant. Car mis à part le nettoyage, il faut trimballer les appareils et déambuler sur le ballast par tous les temps. «Nous devons désinfecter les toilettes, avons besoin de matériel spécialisé tel que des aspirateurs à liquides et devons travailler dans la voie pour vider les toilettes bouchées avec les techniciens appelés à la rescousse.»

L’allocation pour travaux pénibles était octroyée aussi pour effacer les graffitis mais les CFF la remettent en question. Cette tâche est très désagréable et difficile. La collègue l’a expérimentée: «il faut utiliser des produits chimiques puissants et se tenir debout sur des grilles et des échelles dans des positions inconfortables.»

La collègue trouve dès lors que l’allocation pour travaux pénibles est justifiée dans les deux cas. «Cette allocation doit être versée à celles et ceux qui accomplissent véritablement ce genre de tâches et pas aux chefs de teams par exemple, car ils ne mettent pas eux-mêmes la main à la pâte.»

Bases juridiques

Les indemnités pour les tâches particulièrement pénibles ont une longue tradition aux CFF. Elles sont réglées par le règlement R 113.2 datant de 1987 intitulé «Indemnité pour travaux particulièrement pénibles». Cette notion est définie dans l’article 1 qui stipule qu’il s’agit d’activités «qui salissent outre mesure, qui sont répugnantes ou particulièrement désagréables d’une autre manière.» Ce règlement est précisé par l’instruction P 142.5 datant de 2013. L’annexe qui établit la liste des travaux donnant droit à l’indemnité mentionne entre autres le nettoyage des WC dans les voitures (nettoyage de base ou d’appui) et l’élimination des graffitis à l’intérieur et à l’extérieur des véhicules pour l’indemnité de classe 2, qui correspond selon le règlement à 1 fr.45 de l’heure.

Toutefois l’instruction précise au chiffre 2 que «les activités similaires énoncées dans la description du poste et faisant partie du domaine d’activité ne sont pas considérées comme des travaux particulièrement pénibles. Il en a été tenu compte lors de la classification du poste.» C’est donc pour cette raison que l’on envisage de supprimer dès 2020 les allocations pour le nettoyage des WC et l’élimination des graffitis pour le personnel de nettoyage dans les installations d’entretien. C’est ce qu’a expliqué le responsable du trafic voyageurs le 12 mars dernier, lors d’une séance avec le SEV qui était intervenu. En effet, dans les nouvelles descriptions de poste entrées en vigueur au 1er janvier 2018, les deux activités sont mentionnées parmi les tâches principales, elles ne donnent ainsi plus droit à l’allocation.

Le secrétaire syndical SEV Jürg Hurni ne comprend pas un tel argument: «Les CFF ont introduit cette phrase de manière unilatérale dans l’instruction. Ils doivent l’annuler et continuer d’octroyer cette allocation qui n’est que justice pour ces employé-e-s, et qui revêt une grande importance au niveau de la motivation.» Etant donné que les chefs d’équipe font le compte-rendu de ces travaux, l’attribution des allocations est facilement réalisable et ne représente pas une grande charge administrative.

Economies sur les bas salaires?

Le secrétaire syndical Christoph Geissbühler s’insurge contre la suppression de cette indemnité en particulier parce que «cela touche les collaboratrices et collaborateurs avec les plus bas revenus et représente en tout quelque 200 000 francs par année: rien du tout comparé au bénéfice de 568millions de francs réalisé par les CFF l’année passée. Cependant pour les 510 personnes touchées, ces indemnités représentent un complément de salaire non négligeable.» C’est pour cette raison que le SEV exige qu’elles soient maintenues.

Comment «notre» collaboratrice du service de nettoyage réagirait à la suppression de cette allocation? Est-ce qu’elle nettoierait moins bien les toilettes? «Non, bien sûr que je continuerais de faire mon travail le mieux possible car des toilettes propres sont le b.a.-ba de l’hygiène dans un train. Mais je ne comprendrais pas une telle décision et je peux m’imaginer que les tours de service prévoyant le nettoyage des WC deviendront impopulaires. Cela n’aiderait pas en ce qui concerne notre motivation.» Christoph Geissbühler ajoute qu’une telle pratique envers le personnel de nettoyage est en contradiction totale avec les mesures prises jusqu’ici par les CFF pour avoir des trains propres. Pour cette raison également le SEV tient à conserver cette allocation et interviendra si nécessaire auprès de la direction du groupe.

Markus Fischer

Enable JavaScript to view protected content.

L’impact des nouveaux profils professionnels

La mise à disposition des trains (ZBS) n’a pas seulement adapté les profils professionnels du personnel de nettoyage au début 2018 mais aussi ceux du personnel technique.

Certaines fonctions ont été rétrogradées dans des niveaux d’exigences plus bas avec des salaires moins élevés et cela a eu pour conséquence le départ de certains collaborateurs. Il est maintenant difficile de trouver de nouvelles personnes pour occuper ces postes.

A fin 2018, à ZBS il y avait 70000 heures de travail en suspens pour les réparations et les travaux d’entretien. Cela représente du travail pour 50 collaborateurs durant une année.

Fi

KASTEN AUF DE (FEHLT IM DEUTSCHEN EXPORT):

Neue Berufsbilder wirken nach

Die Zugbereitstellung (ZBS) hat Anfang 2018 nicht nur die Berufsbilder des Cleaning-Personals angepasst, sondern auch jene des technischen Personals. Weil dabei Funktionen bezüglich Anforderungsniveau und Lohn zurückgestuft wurden, kam es zu Personalabgängen, und neue Mitarbeitende sind nur schwer zu rekrutieren. Ende 2018 waren bei ZBS Reparaturen und Unterhaltsarbeiten von 70000 Arbeitsstunden offen. Das entspricht angestauter Arbeit für rund 50 Mitarbeitende während eines Jahres.

Fi

Commentaires

  • Ernst Imhof

    Ernst Imhof 04/04/2019 08:30:08

    Ich hoffe sehr, dass der SEV sich für die Beibehaltung dieser Zulagen einsetzt.
    Saubere und funktionierende Zugstoiletten sind beste Werbung für die SBB und eigentlich kostenlos

  • Bossard Esther

    Bossard Esther 04/04/2019 10:55:31

    Die Cleaningmitarbeitenden verdienen diese Zulage! Danke, dass der SEV sich für sie einsetzt. Und Danke an die Cleaningmitarbeitenden, die täglich, und oftmals unter viel Zeitstress, die wirklich nicht immer angenehmen Reinigungsarbeiten verrichten.

  • Kati

    Kati 09/04/2019 08:40:44

    Ich hoffe sie haben Erfolg. Was hier geschieht ist einfach nicht mehr normal!!!! Es ist schon fast pervers, dass man hart arbeiten Menschen noch so bestraft. Wenn sie Streiken,komme ich mit um einfach zu unterstützen.

  • Sacipi irfan

    Sacipi irfan 05/04/2019 14:09:13

    Wc zulagen soll erhöhen veil das ist schimste arbeit in ganze velt

  • Bamert Markus A.

    Bamert Markus A. 05/04/2019 10:50:00

    Es ist eine Zumutung, wie grosszügig die Konzernleitung der SBB bei Ihrem Konzernchef und dem "Top" Kader ist und wie knausrig Sie gleichzeitig bei jenen ist, die eine Drecksarbeit zu unser aller Wohl verrichten. Dem Reinigungspersonal dass täglich und oftmals unter viel Zeitstress diese meist unangenehmen Arbeiten verrichtet, sollte mehr als nur ein Dankeschön erhalten.

  • Andy

    Andy 11/04/2019 13:51:17

    Bei der Gelegenehit möchte ich mich als Pendler bei allen Reinigungsfachkräften herzlich bedanken dass ich immer in einen sauberen Zug sitzen darf. Aber auch beim RailClean Personal dass für die Sauberkeit in Bahnhöfen sorgt. Diese Personalgruppe die für die Kunden sehr wichtige Arbeiten erledigt ( Kunden nehemn ja das Thema Sauberkeit besonders zur Kenntnis ) und im Lohnbereich bei der SBB im unteren Segment eingestuft ist verdient meinen Respekt. Und das im Schichtbetrieb ohne Möglichkeit von Home Work und Privilegien die viele Andere haben. Daher erachte ich vor allem auch bei sehr unangenehmen Arbeiten wo ich selber niemals machen würde aus Ekel, eine solche Zulage als mehr als gerechtfertigt! Sie könnte sogar höher sein da der Grundlohn eher tief ist.

Ecrire un commentaire