| Actualité / journal SEV

Séance du comité SEV

Elections à la CP CFF : le SEV fait recours

Recours contre les élections à la Caisse de pension CFF entachées d’irrégularités, budget SEV 2017 et nouveau concept de communication: voilà les trois thèmes principaux de la séance du comité du 14 octobre.

Le SEV s’était mobilisé contre les rentes variables envisagées par la Caisse de pension CFF.

« Le SEV a perdu deux sièges à la caisse de pension. Il n’y a plus aucun militant pour y siéger. Nous n’avons pas réussi à mobiliser nos membres. Nous avons attendu, sûrs de nous, et nous sommes reposés sur nos lauriers car d’habitude nous sommes bons ! »

Le président du SEV Giorgio Tuti ne s’est pas voilé la face et a fait l’autocritique du SEV, tout en rappelant qu’une des listes (la 3), celle qui s’est autoproclamée « Proposition pour une CP avec une équité générationnelle », a utilisé des moyens illégaux pour se profiler. Etant donnée l’importance des décisions de la Caisse de pension CFF, le SEV a donc pris l’option de recourir contre le résultat des élections.

Le débat a été nourri. D’aucuns se sont demandés pourquoi la commission électorale n’avait pas pris des mesures dès que les irrégularités ont été constatées. Le règlement des élections a été vivement critiqué car seul le vote électronique était possible. Ce qui prétérite les personnes qui ne travaillent pas devant leur ordinateur.

Les arguments en faveur du recours étaient clairs : d’une part, il est inacceptable que des élus qui ont usé de moyens illicites puissent siéger dans un conseil de fondation. Mais surtout, au vu du programme défendu par la liste 3, on peut s’attendre à des attaques en règle contre les retraité-e-s. Le conseil de fondation devra en effet relever des défis importants ces prochaines années.

Le budget du SEV 2017 accepté

Autre gros sujet, le budget du SEV 2017, qui prévoit un déficit de quelque 200 000 fr., a été adopté à l’unanimité. Un déficit à mettre dans le contexte d’un budget de quelque 14 millions de francs. Si le budget est déficitaire, c’est en raison de divers facteurs déjà connus: les taux d’intérêts nuls au lieu des 3 à 4% plombent les résultats financiers ; la baisse du nombre de membres d’environ 1,5% par année est constante. Le recrutement d’actifs ne parvient pas à compenser les quelque 1000 décès par année. Troisième élément participant au déficit : le Congrès 2017 coûtera davantage que celui de 2015 car il se déroule sur deux jours. Le responsable des finances Aroldo Cambi a estimé que désormais la marge de manœuvre était limitée pour maîtriser encore davantage les coûts. Ils ont été rationnalisés dans le domaine des envois postaux, la communication (voir ci-dessous), ainsi que les frais de révision des comptes SEV ou des frais de transactions lors de placements financiers. « Par ailleurs, la vente de Brenscino fait tomber directement la couverture de déficit inscrite au budget », conclut Aroldo Cambi, heureux que son budget ait passé la rampe sans coup férir.

Vivian Bologna

Ecrire un commentaire