| Actualité / journal SEV

Le SEV lance une campagne nationale de prévention

L'amiante : un problème de santé au travail toujours actuel

Poncer, scier ou percer : autant de gestes qui peuvent dégager de l’amiante si le matériau concerné en contient. Or ces fibres minérales microscopiques provoquent des cancers pulmonaires quand on les inhale. Le SEV va donc distribuer prochainement un flyer d’information aux employés des ETC. Ce flyer rappelle quelles sont les précautions à prendre afin d’éviter toute atteinte à la santé lors de travaux. L’amiante a été interdit en Suisse en 1990 seulement, ce qui fait que de nombreux bâtiments en contiennent encore, ainsi que du matériel roulant, comme les wagons.

Il faut vérifier l’absence d’amiante dans les wagons avant d’entamer des travaux qui dégagent de la poussière.

L’inhalation de fibres d’amiante provoque de graves atteintes à la santé, sous forme de cancers des poumons. Ce minéral toxique est encore présent dans de nombreux bâtiments, mais aussi dans le matériel roulant fabriqué avant 1990, année où l’amiante a enfin été interdit en Suisse. Le SEV lance donc une grande campagne de prévention, en collaboration avec les employeurs. Un flyer d’information disponible en allemand, français et italien va aussi être distribué bientôt aux travailleurs de toutes les ETC du pays.

Qui dit amiante pense aux bâtiments, alors qu’on en trouve aussi dans le matériel roulant comme les wagons, un fait souvent méconnu. Le SEV lance donc une campagne de prévention afin d’attirer l’attention sur les problèmes de santé causés par l’amiante si l’on ne prend les mesures de protection adéquates.

« On constate une certaine méconnaissance des dangers de l’amiante dans les compagnies de transports publics », explique Vincent Brodard, secrétaire syndical. On trouve en effet de l’amiante un peu partout, y compris dans des matériaux où l’on ne soupçonnerait pas sa présence a priori.

Flyer d’information

Le SEV a donc décidé de mener une campagne de prévention auprès des salariés en collaboration avec les employeurs. Une lettre destinée aux entreprises a déjà été envoyée aux ETC de tout le pays. Le second volet de la campagne de prévention du SEV est un flyer d’information qui sera distribué tout prochainement aux salariés.

Utilisé jusque dans les années 1980, l’amiante a été interdit en Suisse en 1990 seulement. ll en reste donc encore dans de nombreux bâtiments, mais aussi dans les véhicules fabriqués avant cette date. Le problème concerne surtout le matériel roulant ferroviaire et probablement moins les bus, dont la durée de vie est plus courte.

L’amiante est un minéral fibreux qui résiste très bien au feu, à la chaleur et aux attaques chimiques. De plus il est très facile à mélanger à des matériaux composites comme les ciments, les résines ou le caoutchouc. Ces caractéristiques ont fait que l’amiante a été abondamment utilisé un peu partout durant des décennies.

On en retrouve dans d’innombrables matériaux, des garnitures de freins aux tuyaux en passant par les plafonds, les joints d’étanchéité et les panneaux de protection incendie des armoires électriques. Les agents de maintenance sont ainsi particulièrement exposés lors de l’entretien des véhicules.

Les fibres d’amiante ont en effet tendance à se diviser en microfibres, parfois mille fois plus fines qu’un cheveu humain. Elles peuvent alors être inhalées et arrivent jusque dans les poumons, où elles restent. Ces particules finissent par provoquer des maladies mortelles : soit un mésothéliome, un cancer spécifique de l’amiante, soit un cancer broncho- pulmonaire.

Prudence lors de travaux

De nombreux matériaux ne présentent pas de danger tant qu’ils sont en bon état. Il en va autrement s’ils se dégradent, ou bien en cas de travaux. C’est le cas de certains revêtements de sol dans les trains composés de plaques de PVC ou de vinyle qui contiennent de l’amiante. Comme il s’agit d’un matériau fortement aggloméré, ces plaques ne dégagent pas de fibres d’amiante dans l’atmosphère en temps normal. Par contre elles peuvent en dégager une grande quantité lors de travaux d’assainissement, ou quand elles sont endommagées.

Pour prévenir toute atteinte à la santé des travailleurs, le SEV rappelle aux employeurs leur devoir de prévention et les mesures à prendre. Celles-ci comprennent les expertises à mener sur le matériel roulant et les bâtiments, afin de déterminer s’ils contiennent de l’amiante. Les personnes qui peuvent être amenées à intervenir sur des éléments contenant de l’amiante doivent être systématiquement informées. De leur côté, les travailleurs qui soupçonnent ou constatent la présence de matériaux contenant de l’amiante doivent en aviser leurs supérieurs. En cas de risque, les travaux d’assainissement doivent être menés par une entreprise spécialisée et non pas par les collaborateurs de la compagnie de transport.

Hélène Koch

À qui s'adresser?

Voici les coordonnées de différents services et sites internet spécialisés dans les questions sur l’amiante

A la Suva (Caisse nationale suisse en cas d’accident)

  • Secteur génie civil et bâtiment : tél. 021 310 80 41
  • Secteur chimie : tél. 021 310 80 41
  • Division médecine du travail : tél. 021 310 80 75
  • e-mail : Enable JavaScript to view protected content. (pour les trois services Suva ci-dessus)

A l’OFSP (Office fédéral de la santé publique)

  • Division des produits chimiques : tél. 031 322 96 40
  • Enable JavaScript to view protected content.

Sites internet

  • www.suva.ch/amiante. Ce site propose notamment une liste d’entreprises spécialisées dans l’enlèvement de l’amiante
  • www.caova.ch: Association d’aide aux victimes de l’amiante
  • www.ist.ch: Institut universitaire romand de santé au travail

Ecrire un commentaire